Publicité

1979, annus magnificus

Par

"Après Apocalypse Now, j'ai réalisé que je ne serai plus jamais un jeune réalisateur."

5 ans après Conversations secrètes , Francis F Coppola reçoit donc sa deuxième Palme d'Or, pour Apocalypse now , ex aequo avec Le tambour de Volker Schlöndorff, certes, mais, près de 40 ans après, il faut bien reconnaitre que si le second n'a pas forcémment bien veilli, le premier est un monument du cinéma.

Marlon Brando sur le tournage
Marlon Brando sur le tournage
© Sipa

Le tournage d'Apocalypse now appartient à la légende du cinéma. Prévu pour durer 6 semaines, il s'est étalé sur 16 mois, entre mars 1976 et août 1977. Situés aux Philippines, les plateaux de tournage ont dû subir rien de moins qu'un ouragan, la crise cardiaque de leur interprète principal Martin Sheen – cachée à la production par un Francis Ford Coppola terrifié à l'idée d'un arrêt du film, l'attitude de Marlon Brando qui ne connaissait pas son texte et avait à peine lu le script avant de débarquer, les problèmes de drogues divers et variés.

Publicité

Les complications ne se sont pas limitées au seul tournage puisque le montage du film a pris près de trois ans. Si Apocalypse now est à Cannes cette année là, c'est parce que Gilles Jacob a été très, très perséverant

Coppola_Jacob

2 min

►►► Retrouvez d'autres anecdotes sur cette édition 1979 raconté par Gilles Jacob dans Citizen Cannes à télécharger dans le fil de podcast

Quelques images de la conférence de presse "en famille"__

Plus que d'Apocalypse now, c'est d'un homme de l'ombre dont Philippe Collin a voulu nous parler. Sur les tournages de Coppola, Dean Tavoularis est le "Design producer", métier qui n'existe pas en France. C'est en quelque sorte l'architecte des décors."Pour qui connait vraiment le cinéma de Coppola ", explique Philippe Collin, "deux personnes sont indissociables de l'oeuvre du cinéaste : Walter Murch, le monteur et Dean Tavalouris qui a fait presque tous ses films et on ne peut pas comprendre les films de Coppola si on ne connait pas son travail " ajoute - t -il.

Si Dean Tavoularis est un homme de l'ombre pour nous, c'est une légende d'Hollywood. Ecoutez le évoquer, avec beaucoup d'humour le tournage d'Apocalypse now

Coppola_Tavoularis

1 min

C'est à l'occasion de l'exposition de ses dessins, storyboard et autres oeuvres à Paris en 2011 que Philippe Collin rencontre Tavoularis et son épouse, l'actrice Aurore Clément.

Tavoularis_collin

1 min

►►► Retrouvez l'intégralité de l'entretien à télécharger dans le fil de podcast

Vous avez dit Redux ?

Lors de sa sortie en 1979, le film, projeté en copie 70 mm, ne comportait aucun générique, ni de début ni de fin. Un petit livret, avec la liste des techniciens et des acteurs, était distribué à l’entrée des salles. L’absence du générique de fin s’explique par le fait que Coppola a décidé de retirer les dernières images, où le camp de Kurtz est bombardé.Une nouvelle version considérablement rallongée (49 minutes supplémentaires) est sortie en 2001 sous la dénomination Apocalypse Now Redux. L'occasion de découvrir la fameuse séquence de la plantation française dans laquelle joue Aurore Clément. Le réalisateur l'avait coupé volontairement à l'époque car il l'avait jugée ratée. A noter ses enfants Sofia et Roman apparaissent rapidement dans cette scène. Aurore Clément raconte à Philippe Collin comment Coppola lui a annoncé que la séquence serait coupée.

Coppola_clement

57 sec

La nouvelle version du film a été accueillie de manières diverses. En effet, certains considèrent que le sens du film est clarifié et que des détails flous de la première version retrouvent leur place. D’autres ont vu les ajouts comme des digressions qui amoindrissaient la force du récit, car elles constituent des pauses dans la remontée du fleuve. Par ailleurs cette version révèle également un capitaine Willard (Martin Sheen) plus humain voire plus drôle par moment. Quoi qu’il en soit, Coppola a travaillé le nouveau montage à partir des éléments originaux.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Francis Ford Coppola apparaît furtivement dans son film, en tant que reporter en train de couvrir une attaque de l'armée américaine. Accroupi pour mieux filmer les visages des soldats, il est entouré de son directeur de la photographie Vittorio Storaro et de Dean Tavoularis, qui figurent tous les deux les membres de l'équipe de télévision.

►►► POUR ALLER + LOIN | > Abonnez-vous au fil de podcast "Spécial Cannes" Émissions cultes, pépites et grands moments. Téléchargez chaque jour des archives qui accompagnent et illustrent ce billet de blog

(en partenariat avec l'INA)

Le masque et la plume - 3 émissions présentées par François-Régis bastide et consacrées au Festival

Radioscopie - Jacques Chancel reçoit François Chalais

Le téléphone sonne présenté par Claude Guillaumin avec Gilles Jacob

Le 5/7 Boulevard - Philippe Collin et Xavier Mauduit reçoivent Dean Tavoularis et Aurore Clément

Citizen Cannes - Gilles Jacob raconte les années 70, Coppola et Apocalypse now

Le festival en 18 palmes - Apocalypse now par Bertrand Bonello

Cannes 1979

Le jury cette année là est présidé par Françoise Sagan. Autour d'elle, entre autre, le réalisateur Jules Dassin, le journaliste Maurice Bessy, le producteur Paul Claudon ou la comédienne Susannah York.

Le palmarès Au grand dam de la présidente, qui soutenait Le Tambour , Volker Schlöndorff doit donc partager la palme avec Coppola

Françoise Sagan, présidente du jury, signe après bien des polémiques, le palmarès de l'édition de 1979.
Françoise Sagan, présidente du jury, signe après bien des polémiques, le palmarès de l'édition de 1979.
© Radio France

Grand Prix Spécial du Jury : Siberiade d'Andrei Mikhalkov-KontchalovskiPrix de la mise en scène: Terrence Malick pour Les Moissons du ciel Prix d'interprétation féminine : Sally Field pour Norma Rae de Martin RittPrix d'interprétation masculine : Jack Lemmon pour Le Syndrome chinois de James BridgesPrix du second rôle féminin : Eva Mattes pour Woyzeck de Werner HerzogPrix du second rôle masculin : Stefano Madia pour Cher papa de Dino RisiGrand prix de la commission technique supérieure : Norma Rae de Martin RittPrix FIPRESCI de la critique internationale : Apocalypse Now de Francis Ford CoppolaPalme d'Or du Festival International du Film - court métrage : Harpya (Harpie) de Raoul ServaisCaméra d'or : Northern Lights de John Hanson et Rob NilssonPalmarès époustouflant, auquel il faut ajouté, également dans la sélection cette année là :Le grand embouteillage - Luigi Comencini La Drôlesse - Jacques Doillon Les Sœurs Brontë - André Téchiné Série noire - Alain Corneau

Annus Magnificus, on vous dit !