Publicité

2021 sera plus mortelle que 2020 pour l'OMS qui appelle à ne pas vacciner les enfants mais faire don des doses

Par
Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur de l'OMS, annonce une année 2021 plus meurtrière que 2020
Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur de l'OMS, annonce une année 2021 plus meurtrière que 2020
© Getty - Sven Hoppe/dpa

Le directeur général de l'Organisation Mondiale de la Santé a affirmé en conférence de presse que 2021 serait plus mortelle que 2020. De plus, il a exhorté les pays à ne pas vacciner les enfants afin de réserver des doses à ceux qui en ont besoin.

La deuxième année de la pandémie est en voie de faire plus de morts que la première, selon le directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé Tedros Adhanom Ghebreyesus. Au moment où plusieurs pays entrevoient l'espoir d'une vie plus normale (les États-Unis par exemple ont pris la décision jeudi de ne plus rendre le masque obligatoire pour les personnes vaccinées) d'autres, comme l'Inde, restent aux prises avec une flambée épidémique dévastatrice. Notant que de nombreux pays étaient encore en proie à des taux d'infection explosifs, Inde mais aussi Népal, Sri Lanka ou encore certains pays d'Amérique du Sud, le directeur général de l'OMS a déploré :

La Covid-19 a déjà coûté la vie à plus de 3,3 millions de gens et au train où vont les choses, la deuxième année de la pandémie sera beaucoup plus mortelle que la première.

Publicité

Ne pas vacciner les enfants pour économiser de précieuses doses

Tedros Adhanom Ghebreyesus a en outre appelé les pays à renoncer à vacciner les enfants et les adolescents contre la Covid-19 et faire don des doses ainsi libérées au système Covax (le système international mis en place pour garantir un accès équitable aux vaccins) pour les redistribuer aux pays défavorisés. 

Je comprends pourquoi certains pays veulent vacciner leurs enfants et leurs adolescents, mais je vous demande de penser à y renoncer et donner plutôt les vaccins à Covax

Depuis des mois, le directeur de l'OMS dénonce le nationalisme vaccinal, car de nombreux pays ne parviennent pas à protéger leurs personnes les plus vulnérables et les personnels soignants, faute de doses de vaccins disponibles. Parallèlement, l'Union européenne et les États-Unis promettent de vacciner une vaste majorité de leur population d'ici l'été.

En Inde, plusieurs États sont aux prises avec des pénuries de vaccins, limitant les créneaux disponibles pour les 600 millions d'adultes de 18-44 ans qui peuvent désormais se faire vacciner. La vaccination avec le Spoutnik V russe a néanmoins débuté vendredi dans ce pays de 1,3 milliard d'habitants.

Le système Covax a été privé d'une importante proportion de vaccins qu'il pensait pouvoir distribuer au 2e trimestre de cette année.

L'OMS a donc appelé des pays à faire don des doses dont ils disposaient. La France a ainsi permis de distribuer 500 000 doses de vaccin AstraZeneca par le biais de Covax, comme la Suède et la Suisse.

Les États-Unis restent le pays le plus endeuillé avec plus de 584 000 décès, devant le Brésil (plus de 430 000), l'Inde (plus de 258 000), le Mexique (219 590) et le Royaume-Uni (127 640).