Publicité

80% des résidents d'Ehpad désormais vaccinés, les contaminations et les décès en forte baisse

Par
A ce jour, 80% des résidents d'Ehpad ont été vaccinés.
A ce jour, 80% des résidents d'Ehpad ont été vaccinés.
© Radio France - IP3 PRESS/MAXPPP

La baisse des contaminations et des décès en Ehpad est significative. Après trois mois de vaccinations, 80% des résidents ont été vaccinés mais les professionnels du secteur restent vigilants et souhaitent surtout continuer à être approvisionnés en vaccins après la mi-mai, date de la dernière livraison.

Alors que la barre des 100 000 morts du Covid-19 a été franchie officiellement en France ce jeudi et alors que le Premier ministre Jean Castex affirme que 12 millions de Français seront vaccinés avant la fin de la journée, où en est-on dans les Ehpad ? Les établissements ont été les premiers à recevoir des doses de vaccins pour protéger leurs résidents (la première vaccination remonte au 27 décembre), une stratégie qui semble porter ses fruits puisqu'après plus de trois mois de vaccination, ces établissements commencent, enfin, à voir le bout du tunnel.

Selon les derniers chiffres, 80% des résidents d'Ehpad ont été vaccinés (95% ont reçu une première dose et 72% la seconde). Des données encourageantes qui le sont encore plus quand on regarde le chiffre des contaminations. Tandis qu'à la mi-novembre, on dénombrait plus de 200 000 cas positifs sur une semaine, il y en avait seulement un peu plus de 1 600 début avril sur la même durée. Même constat du côté des décès : on déplorait 52 morts par semaine dans les Ehpad la semaine dernière, contre plus de 1 300 au pic de la seconde vague. 

Publicité

Ces chiffres permettent aujourd'hui aux résidents de retrouver un semblant de vie normale. Mais pour Florence Arnaiz- Maumé, déléguée générale du syndicat des Ehpad privé (Synerpa), il ne faut pas crier victoire trop vite : "On a une angoisse que ça remonte, évidemment. On regarde donc les diminutions, un peu comme le lait sur le feu__. L'objectif est de continuer la lutte de la descente. Nous savons que cette équilibre est fragile. On nous parle de variants. Nous restons extrêmement vigilants. On est heureux de ces derniers chiffres, pour autant, il faut continuer."

Ehpad publics et privés souhaitent que la livraison de vaccins se poursuivent après le mois de mai

Et pour que cette baisse continue, le syndicat des Ehpad privé veut surtout que ses établissements continuent à être livré régulièrement en vaccins. Jusqu'à présent, les Ehpad privés étaient approvisionnés par les pharmacies. La dernière livraison est programmée pour la mi-mai mais ensuite pas de certitude. Le syndicat demande donc à l'État 100 000 doses par mois en mai et 100 000 en juin, puis 50 000 doses par mois. Et les Ehpad privés ne sont pas les seuls à vouloir que les livraisons se poursuivent. Sur les 7 000 Ehpad que l'on compte en France, la moitié sont publics et 50% d'entre eux sont autonomes et donc également livrés par les pharmacies. 

Pour Marc Bourquin, conseiller à la Fédération hospitalière de France, le gouvernement a tout intérêt à poursuivre l'approvisionnement : "La vaccination dans les Ehpad, dont on avait critiqué la lenteur et la lourdeur, s'est finalement déployée rapidement et efficacement grâce à l'action des professionnels. C'est donc une réussite aujourd'hui mais si on veut la confirmer, il faut poursuivre les livraisons avec les vaccins à ARN messager puisqu'aujourd'hui ce sont ceux qui suscitent la plus grande adhésion. L'enjeu de protéger les plus fragiles - à la fois en vaccinant les personnes âgées, mais aussi les professionnels qui les accompagnent - c'est un enjeu de santé publique de premier rang. C'est une réussite mais il faut donc la conforter dans les mois qui viennent."

"Maintenir les acquis et les renforcer pour que les Ehpad deviennent les premiers lieux en France qui soient débarrassés du Covid-19" (Marc Bourquin, de la Fédération hospitalière de France)

Le but de ces livraisons est bien sûr de continuer à vacciner en masse, notamment les nouveaux résidents qui continuent d'arriver dans les Ehpad, mais également ceux qui changent d'avis. Parmi les autres personnes concernées : le personnel soignant qui n'a pas encore reçu de première dose (environ 200 000 salariés sur les 400 000 du secteur), mais aussi les remplaçants qui vont venir cet été dans les établissements. Enfin, l'autre raison de ces livraisons de vaccins directement en Ehpad : éviter de déplacer les résidents, parfois trop fragiles, jusqu'à des centres de vaccination.