Publicité

Conquêtes limitées, contre-attaque ukrainienne : l'armée russe loin de crier victoire en Ukraine

Par
L'armée russe n'a toujours pas réussi à conquérir tout Marioupol
L'armée russe n'a toujours pas réussi à conquérir tout Marioupol
© AFP - Alexey Kudenko / Sputnik / Sputnik via AFP

Le 9 mai c'est le "Jour de la Victoire" en Russie. Mais la célébration de la chute du nazisme prendra cette année des accents particuliers : face à l'Ukraine, le Kremlin aura du mal à faire valoir un quelconque succès militaire.

Ce 9 mai, les Russes ont semble-t-il prévu, en Ukraine même, deux "défilés" ou manifestations de victoire en commémoration de la victoire contre l'Allemagne nazie. Le premier à Kherson sur la Mer Noire au sud-ouest de l'Ukraine, seule ville d'importance prise par les Russes depuis le début de leur offensive il y a deux mois et demi. Les autorités russes ont d'ailleurs recouvert les panneaux d'affichage de la ville de placard vantant les mérite de l'armée soviétique.

Le second défilé aura lieu à Marioupol, sur la mer d'Azov. La ville a été presque entièrement conquise - et incidemment détruite. Mais difficile pourtant d'y parler de victoire : un dernier carré de combattants ukrainiens résiste encore à Mariupol, tenant l'immense complexe sidérurgique d'Azovstal en bord de mer.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le difficile front de l'Est

Le plus important de l'offensive Russe dans le pays se déroule dans le Donbass, dans le sud-est ukrainien. Plus d'une quarantaine de bataillons russes - soit environ 30 000 hommes - poussent depuis la mi-avril vers l'ouest avec l'objectif affiché de prendre les provinces de Louhansk et Donetsk dans leur totalité, provinces dont le tiers du territoire était déjà  occupé par les Russes depuis 2014. Pour le moment, les conquêtes ont été pour le moins limitées : quelques dizaines de kilomètres carré de rase campagne, quelques hameaux et la ville de Popasna (20 000 habitants avant guerre).

Le gouverneur ukrainien de la région confirmait dimanche que ses défenseurs avaient évacué Popasna - complètement détruite disait-il - durant le weekend. Dans la même région, les forces russes ont abondamment bombardé ce weekend la zone de Bilohorivka, un village sur les arrières de Severodonetsk, détruisant l'école où des dizaines de civils avaient trouvé refuge.

Contre-attaque ukrainienne

Mais l'armée ukrainienne semble aussi capable de reprendre du terrain. Dans le Donbass, les combattants ukrainiens, qui mettent désormais en batterie de l'artillerie lourde reçue des Américains, ont manifestement contenu les poussées russes : les deux dernières grandes  villes de la province de Luhansk : Severodonetsk et Lysychansk sont par exemple parfaitement défendues. Et les Ukrainiens contre-attaquent : dans le Donbass ils ont lancé une contre-offensive importante dès vendredi mais il est difficile encore d'en mesurer la portée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

À Kherson dans le sud-ouest du pays, les Ukrainiens ont reconquis d'importantes portion de territoire la semaine dernière. Mais c'est surtout à Kharkiv dans le nord-est de l'Ukraine que les gains territoriaux sont les plus importants. Les forces de Kiev ont réussi à dégager Kharkiv - la deuxième ville du pays 1,5 million d'habitants - repoussant les troupes russes à plus de 40 km vers l'est et à au moins 25 km vers le nord. La ville semble désormais hors de portée de l'artillerie russe qui y a fait des ravages depuis la fin février.