Publicité

À la recherche de la solution pour diminuer les débris dans l’espace

Par
Un espace avec trop de débris risque d'empêcher le fonctionnement des satellites
Un espace avec trop de débris risque d'empêcher le fonctionnement des satellites
© AFP - Science Photo Libra / Science Photo Library / SPB / Mark GARLICK

Dans l’espace, plus de 34 000 débris de plus de 10 centimètres dérivent. Tous ces débris peuvent entrer en collision avec les satellites et causer d’énormes dégâts. Il est donc urgent d'en diminuer le nombre. D'autant que la quantité de satellites envoyés en orbite n’est pas près de diminuer.

Alors que Thomas Pesquet s'envole ce jeudi pour la station spatiale internationale, 300 chercheurs de 30 pays différents sont réunis en ligne, jusqu'à vendredi, pour la 8e Conférence européenne sur les débris spatiaux, organisée par l'ESA, l'agence spatiale européenne. 

Pour le moment, la multitude de débris au-dessus de nos têtes ne constitue pas un risque élevé. Mais pour empêcher une augmentation de ce risque, les chercheurs doivent se pencher dès maintenant sur le problème. 

Publicité

D’entrée, les scientifiques se veulent lanceurs d’alerte. Un scientifique suisse note ainsi qu’il y a un "risque énorme que la situation devienne hors de contrôle". Rolf Densing, le directeur des opérations de l’ESA, souligne qu’il est nécessaire de trouver une solution "plus soutenable. L’objectif est de laisser un morceau d’espace pour la génération de nos enfants".

Certes, aujourd'hui, un satellite a seulement 8% de chances d'être mis hors service, pendant sa durée de vie normale, à cause d'un morceau d'épave. Mais ce chiffre pourrait grimper en flèche si rien n’est fait pour diminuer le nombre de débris, notamment quand on pense à l’arrivée des constellations de satellites de SpaceX et consorts, qui vont forcément tomber en panne un moment ou un autre.

Plusieurs solutions envisagées pour lutter contre ces déchets de l'espace

La première est toute simple : il s’agit de cartographier plus finement les débris existants pour permettre aux satellites en marche de les éviter. Une autre solution est de ramener les débris assez proches de la terre pour qu’ils se désintègrent dans l’atmosphère, en toute sécurité pour les populations au sol. Un robot financé par l’ESA, le robot Clear Space, est notamment chargé de tester cette mission. Christophe Bonnal, expert de ces débris spatiaux au sein du CNES, le centre spatial français, estime que "si on parvient à rentrer 10 débris par an, de gros débris, cela permettrait de stabiliser la population orbitale (les satellites et les débris), voire de la diminuer"

Problème : cela coûte des millions d'euros. Le plus simple est donc d'éviter que ces satellites deviennent des débris encombrants, en les rapatriant sur terre avant qu’ils arrivent en fin de vie. Une réglementation va déjà dans ce sens. Mais elle est peu appliquée. "Il y a moins de 10 % des satellites qui respectent cette règle", explique Christophe Bonnal_. "Que ce soit par flemme, par manque d’anticipation, par impact financier…"_

Des taxes pourraient donc entrer en vigueur pour forcer à appliquer la réglementation. Trouver une solution est en tout cas une nécessité, nos technologies dépendant de plus en plus des satellites pour fonctionner. Un espace avec trop de débris pourrait mettre à mal son rôle et celui des satellites dans nos vies.

4 min