Publicité

À Rome, la découverte d'un bloc de pierre révèle un peu plus l’Histoire de la ville

Par
Le bloc de pierre est une découverte historique importante pour la ville
Le bloc de pierre est une découverte historique importante pour la ville
© AFP - RICCARDO DE LUCA / ANADOLU AGENCY

C'est une découverte exceptionnelle selon la Maire de Rome : une pierre délimitant la frontière de Rome en 49 après JC a été retrouvée à proximité du Mausolée d'Auguste, en plein cœur de la capitale italienne. Un nouveau trésor qui nous raconte l'histoire de la Cité éternelle.

Il a été découvert à l'endroit même où il a été construit, il y a près de 2 000 ans. Ce pilier de pierre en travertin (un type de roche sédimentaire calcaire) délimitait la frontière de Rome. Une trouvaille inattendue, se réjouit Claudio Parisi Presicce, le directeur des Musées de la ville : "C'est un saut dans le passé", s'exclame-t-il. "En 49 après Jésus-Christ, l'Empereur Claude réalise une nouvelle délimitation du Pomerium, c'est la limite sacrée au-delà de laquelle ne pouvait pas entrer l'armée et les généraux, et qui séparait la ville de son territoire alentour."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une première depuis 100 ans

De nombreux piliers de pierre délimitaient cet espace le long des murs, là où il était interdit de labourer ou d'habiter. Mais au fil du temps, les frontières de cet espace sacré ont très peu évolué, comme l'explique Daniela Porro, archéologue en chef de Rome : "Cette découverte vient souligner la volonté politique de l'Empereur d'agrandir les frontières de la ville. La population augmentait. Cela nous ramène à l'idée initiale de la fondation de Rome comme une ville multiethnique et inclusive."

Publicité

Seulement dix autres pierres (moins bien conservées et pas toutes à leur place initiale) ont été retrouvées. La dernière, c'était il y a plus de 100 ans. Celle-ci est visible dans le Musée de l'Ara Pacis, elle rejoindra ensuite son emplacement d'origine tout près du mausolée d'Auguste.