Publicité

À Saint-Ouen, Paris 2024 redonne vie à la Grande Nef, "proue" de l'Île-des-Vannes sur la Seine

Par
La Grande Nef de l'Ile-des-Vannes à Saint-Ouen, doit être rénovée à partir de 2022 pour servir de site d'entrainement pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024
La Grande Nef de l'Ile-des-Vannes à Saint-Ouen, doit être rénovée à partir de 2022 pour servir de site d'entrainement pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024
© Radio France - Rémi Brancato

Bâtiment à l'architecture "exceptionnelle", fermé au public, la Grande Nef Lucien Belloni de l'Île-des-Vannes, à Saint-Ouen, sera restaurée dans quelques semaines, dans le cadre des JO de Paris 2024. Le maire veut y installer un pôle de formation sportive et y faire revenir Bruce Springsteen en concert.

Sa façade sud est bardée de graffitis. A l'une des pointes de l'Île-Saint-Denis, sur la Seine, c'est un bâtiment fermé au public depuis quelques années qui se dresse face au fleuve "comme la proue d'un navire que serait l'île", décrit François Chatillon, architecte en charge de sa restauration. "Le bâtiment est assez dingue, je l'ai toujours vu comme ça, abandonné" témoigne ce promeneur, voisin du site qui apprécie son calme.

Ce bâtiment, c'est la Grande Nef de l'Île-des-Vannes, qui se situe sur une emprise de Saint-Ouen, qui fut au cœur de la vie de la ville, dès son inauguration en 1971 et aujourd'hui inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Conçue comme une halle permettant un accès démocratique au sport par trois architectes (Anatole Kopp, Lucien Metrich et Pierre Chazanoff), dans cette commune de la banlieue rouge administrée par le Parti communiste depuis la Libération, la Grande Nef sera pendant deux décennies au cœur de la politique municipale avec des entraînements et des compétitions mais aussi des concerts. En 2005 la mairie PCF baptise le bâtiment du nom de Lucien Belloni, ancien résistant et communiste.

Publicité

Rénover cette "passoire thermique"

Aujourd'hui, le bâtiment est fermé au public, par sécurité. Mais dans quelques mois, début 2022, les travaux de restauration doivent débuter, en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, pour lesquels la Grande Nef servira de lieu d'entraînement et restera en héritage pour les habitants.

"La réhabilitation est réalisée dans le cadre des Jeux mais ce ne sera qu'une parenthèse dans la vie de cet équipement, car c'est avant tout pour les usagers du quotidien" confie Jérémy Fromont, chargé du projet à la Solidéo, la Société chargée de livrer les équipements olympiques et paralympiques pour 2024.

La Grande Nef de l'Ile-des-Vannes à Saint-Ouen
La Grande Nef de l'Ile-des-Vannes à Saint-Ouen
© Radio France - Rémi Brancato

L'enjeu est de rendre son lustre à cette "architecture exceptionnelle", comme la qualifie François Chatillon. L'architecte souligne notamment le caractère inédit de ce plafond, constitué de "câbles tendus entre eux, qui font une nappe à double courbure, sur laquelle sont simplement posés des bacs aciers : tout cela est tendu par deux magnifiques arcs en béton". 

La Grande Nef après restauration (vue d'architecte)
La Grande Nef après restauration (vue d'architecte)
- DR / Chatillon Architectes

Le bâtiment, qui évoque "une bouche de baleine" ou une "coque de bateau retournée", selon Jérémy Fromont, est aujourd'hui en petite forme : "Il a eu tendance à prendre l'eau, cela a abimé les parquets mais sa structure est en bon état", décrit François Chatillon.

La restauration va permettre de mettre en place des accès pour personnes à mobilité réduite et de "refaire son étanchéité, son enveloppe et on en profitera pour avoir une meilleure enveloppe thermique et diminuer par quatre la consommation d'énergie de ce bâtiment". 

Un symbole du "communisme municipal"

Car en 1971, au moment de sa livraison, l'enjeu énergétique n'était pas si important. Le lieu est alors un centre de la vie culturelle, sportive et politique de Saint-Ouen.

"C'était l'endroit où tout le monde convergeait" se souvient Karim Bouamrane, maire PS de la ville depuis 2020, où il est né en 1973 : "Je me souviens que tous les gamins de toutes les écoles de Saint-Ouen se retrouvaient les 23 décembre, et tous les ans il y avait le même spectacle, c'était aussi la distribution des cadeaux, avec tous les quartiers qui se retrouvaient, c'était magnifique, et c'est ce qui était porté par le communisme municipal de l'époque".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le lieu est alors pensé comme une halle multisport et devient aussi vite un lieu culturel de référence avec la venue des plus grands noms du rock de l'époque : Pink Floyd ou Led Zeppelin. Le "boss" Bruce Springsteen s'y produit aussi en 1981. "Je ne l'ai pas vu mais j'ai pu récupérer le coffret collector de ce concert, grâce à un fan" raconte Karim Bouamrane. 

Un concert de Bruce Springsteen en 2024 ?

"Un des objectifs qu'on a, c'est de refaire venir le 'boss', avant Paris 2024" confie le maire, qui veut faire de la Grande Nef Lucien Belloni, un nouveau "lieu référent en terme de concerts entre 3000 et 5000 spectateurs, car on n'a pas ça au Nord de Paris". "Les Jeux olympiques nous ont permis de trouver une enveloppe budgétaire de 12 millions d'euros" pour financer sa réhabilitation, souligne le maire.

Alors après les Jeux Olympiques et Paralympiques, le lieu va redevenir un centre de la vie sportive et éducative. La mairie doit lancer dans les prochains jours un "appel à projets" pour créer un "mix entre nos centres de formations à la française comme Clairefontaine et ce qu'on peut retrouver du côté de la NBA, comme les 'summer camps'" confie Karim Bouamrane.