Publicité

Accélérateur ACT : un an après, quel bilan pour les pays pauvres ?

Par
Un an après le lancement de l'Accélérateur ACT, les inégalités toujours grandes entre pays riches et pauvres autour du vaccin.
Un an après le lancement de l'Accélérateur ACT, les inégalités toujours grandes entre pays riches et pauvres autour du vaccin.
© AFP - MARCUS BRANDT

Le dispositif Accélérateur ACT est placé sous l’égide de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Lancé le 25 avril 2020, il a pour but de garantir un accès équitable aux tests, vaccins et traitements entre les pays riches et pauvres. Un an après sa création, un rapport pointe des inégalités persistantes.

Cette année, l’Accélérateur ACT (Access to Covid-19 Tool – accès aux outils contre le Covid-19, en français) a besoin de 22 milliards de dollars pour financer des essais cliniques et fournir les pays pauvres en tests, mais aussi en vaccins. Le système Covax, fondé par l’Accélérateur ACT, doit fournir gratuitement des doses à 92 d’entre eux. 

Maos sur les 22 milliards de dollars nécessaires, seulement la moitié a été promise par les pays membres. Pourtant, selon ce rapport, ce montant représente 1 % de ce que les gouvernements des pays riches dépensent en plans de relance de leur économie.

Publicité

Le constat des auteurs du rapport est sans appel : "Les leaders mondiaux ont un choix à faire : investir pour sauver des vies en luttant, ici et maintenant, contre les causes de la pandémie, ou continuer à payer des milliers de milliards avec peu d'espoir d'en voir la fin."

1 personne sur 500 vaccinée dans les pays pauvres

L’écart entre le taux de vaccination entre les pays riches et pauvres parle de lui-même : un quart de la population des pays riches est vaccinée, contre 1 personne sur 500 dans les pays pauvres. Plus de 733 millions de doses de vaccin anti-Covid ont été injectées dans 196 pays. Seulement 0,2% de ces doses ont été administrées dans les 29 pays les plus pauvres, qui comptent pourtant 9% de la population mondiale.

Les tests aussi à la traîne

Le rapport de l’Accélérateur ACT montre aussi les disparités entre pays riches et pauvres sur les campagnes de test, pourtant également nécessaires à la lutte contre le Covid-19. Le taux de tests est 80 fois plus élevé dans les pays riches qu’ailleurs. Un chiffre qui inquiète les rédacteurs du rapport, en particulier avec l’arrivée des variants plus contagieux. “C’est seulement avec un large accès équitable aux tests que l’on pourra lutter avec succès contre cette pandémie” note dans ce rapport Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre les épidémies.

L'Accélérateur ACT apporte aussi son soutien à 15 essais cliniques pour tenter de trouver un traitement efficace contre le virus, et à terme, l’éradiquer. Ces essais concernent 21 traitements, testés dans 47 pays sur 85 000 personnes. Le seul traitement à avoir obtenu l’approbation de l’OMS est la dexaméthasone pour les cas graves de Covid-19.