Publicité

Affaire Denis Baupin : ses accusatrices posent à visage découvert

Par
Contre le harcèlement sexuel, les 14 accusatrices de Denis Baupin prennent la pose
Contre le harcèlement sexuel, les 14 accusatrices de Denis Baupin prennent la pose
- Laurent Friquet

Elles avaient accusé le député Denis Baupin de harcèlement et d’agression sexuelle. Cette fois, ces femmes prennent la pose pour peser dans le débat présidentiel.

Mars 2016 : dans la campagne "Mettez du rouge", une photo mettait le feu aux poudres : des députés s'y affichait avec du rouge à lèvres, pour protester contre les violences faites aux femmes. Une photo sur laquelle apparaissait aussi Denis Baupin.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

C'est notamment à cause de ce cliché que des femmes (14 au total) avaient décide de parler pour la première fois sur Mediapart et France Inter. Nouveau cliché cette fois : celles qui ont accusé le député écologiste de harcèlement et d'agression sexuelle prennent la pose.

Publicité

►►►LIRE AUSSI | Des femmes dénoncent des faits de harcèlement et d'agression sexuelle de la part du vice président écologiste de l'Assemblée

Presqu'un an après avoir pris la parole publiquement, elles s'affichent une nouvelle fois à visage découvert : Sandrine Rousseau, Elen Debost, Isabelle Attard et Annie lahmer; derrière elles 10 femmes de dos : 14 au total, comme le nombre de témoignages recueillis lors de l'enquête, et cette question en bandeau "14 voix égale 140 femmes", car, en France, seulement 10 % des femmes victimes de violences osent en parler.

En s'affichant ainsi, ces quatre femmes veulent s'impliquer ensemble côte à côte dans le débat présidentiel et sur cette question des violences faites aux femmes, dont les candidats ont bien du mal à s'emparer.

Elles, ont osé en parler, trois d'entre elles ont même porté plainte : l'enquête préliminaire qui a suivi à été close en fin d'année, mais pour l'instant le parquet de Paris n'a pas encore rendu sa décision, soit de classer l'affaire, soit de renvoyer Denis Baupin en correctionnelle.

►►►LIRE AUSSI | Denis Baupin : "Pas des SMS salaces, plutôt de compliment, de séduction..."