Publicité

Affaire Epstein : les temps forts du procès de Ghislaine Maxwell à New York

Par
Une manifestation le 4 décembre dernier à New York, lors du procès de Ghislaine Maxwell.
Une manifestation le 4 décembre dernier à New York, lors du procès de Ghislaine Maxwell.
© AFP - John Lamparski / NurPhoto

Ghislaine Maxwell est notamment accusée d'avoir attiré des mineures pour le compte de Jeffrey Epstein, accusé d'avoir agressé sexuellement des jeunes femmes. Elle a comparu à New York lors d'un procès de trois semaines. Retour sur les moments-clés de l'audience.

Le verdict est attendu d'un jour à l'autre dans le procès de Ghislaine Maxwell dans le cadre de l'affaire Epstein. Les jurés ont délibéré pendant trois jours la semaine dernière, et se sont retrouvés lundi 27 décembre après-midi pour reprendre et conclure leurs délibérations. Ils doivent déterminer si Ghislaine Maxwell, jet-setteuse fille du magnat de la presse britannique Robert Maxwell, a été une rabatteuse manipulatrice qui recrutait des jeunes femmes vulnérables, parfois mineures, pour les offrir en pâture à Jeffrey Epstein. 

Ce dernier est mort dans sa cellule en 2019 mais Ghislaine Maxwell, elle, vient de comparaitre pendant trois semaines devant la Cour du Southern District de New York pour six chefs d'accusation. Elle a plaidé non coupable pour les six chefs d'accusation, dont celui de trafic sexuel de mineures. Si elle est reconnue coupable de toutes les accusations, elle risque jusqu'à 70 ans de prison. 

Publicité

Ghislaine Maxwell a été extraite de sa cellule chaque jour pour son procès

Pour comparaitre à son procès pendant les trois semaines d'audience, Ghislaine Maxwell a été extraite tous les jours de sa cellule de la prison de Brooklyn. Elle y est incarcérée à l'isolement depuis juillet 2020. Le juge a refusé ses multiples demandes de libération sous caution, estimant qu'elle représentait "un risque de fuite trop important". La détenue possède en effet trois passeports (dont un français, car elle est née en France en 1961. Or, la France n'extrade pas ses ressortissants vers les États-Unis). Elle possède par ailleurs plus de 15 comptes en banque contenant quelque 20 millions de dollars reçus de différents comptes appartenant à Jeffrey Epstein. 

Apparue physiquement diminuée et changée, elle n'a pas souhaité prendre la parole lors de son procès.

Jeffrey Epstein/Ghislaine Maxwell, un couple devenu complice

Ce qui ressort de ce procès, c'est que Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein avaient tout d'un couple. De nombreuses photos d'archives inédites ont été présentées par le procureur lors de l'audience. 

Photo du couple Maxwell/Epstein présentée par le procureur lors du procès de Ghislaine Maxwell à New York
Photo du couple Maxwell/Epstein présentée par le procureur lors du procès de Ghislaine Maxwell à New York
© AFP - HANDOUT / US DISTRICT COURT FOR THE SOUTHERN DISTRICT OF NEW YORK

On y voit un couple souriant, amoureux, et une Ghislaine Maxwell très attentionnée envers son petit-ami. 

Photo présentée par l'accusation comme preuve de la proximité entre Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell lors du procès de cette dernière à new York
Photo présentée par l'accusation comme preuve de la proximité entre Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell lors du procès de cette dernière à new York
© AFP - AFP PHOTO / US District Court for the Southern District of New York" - NO MARKET

Puis ils seraient devenus au fil du temps plutôt des associés, des amis. Mais il est apparu grâce aux témoignages des accusatrices que Ghislaine Maxwell participait régulièrement aux actes sexuels de Jeffrey Epstein avec d'autres femmes, et aux agressions sexuelles envers les quatre plaignantes de ce procès.

Le majordome ordonné de "ne rien voir"

Juan Alessi, le majordome employé à la demeure de Jeffrey Epstein pendant 20 ans a affirmé lors de son témoignage que Ghislaine Maxwell lui avait ordonné de "ne rien voir" lorsque des visiteurs venaient dans la maison et de ne jamais regarder Epstein dans les yeux. Il a déclaré avoir reçu un livret d'instructions de 30 pages sur ce qu'il devait ou ne devait pas faire. Il a lu à haute voix plusieurs pages du livret, utilisé comme pièce à conviction par l'accusation. Il y était notamment écrit : 

N'oublie pas : tu ne vois rien, tu n'entends rien, tu ne dis rien, sauf quand tu dois répondre aux questions qui te sont directement posées.

Il a affirmé avoir pris cela comme un avertissement. Juan Alessi, aujourd'hui âgé de 70 ans, a décrit la demeure de Palm Beach en Floride avec des murs tapissés de photos d'Epstein et Maxwell aux côtés de Donald Trump, Fidel Castro, Bill Clinton ou encore le pape.

Au sujet du petit carnet noir retrouvé par le FBI où de nombreuses coordonnées de personnalités étaient notées, il a affirmé qu'il devait en poser une copie sur chaque table de nuit et sur chaque bureau de la maison. 

Juan Alessi a confirmé le témoignage de l'une des quatre plaignantes (qui a témoigné anonymement sous le prénom de Jane) en se rappelant l'avoir vue à de nombreuses reprises dans la maison. 

Elle semblait avoir 14 ou 15 ans.

En 1994 en effet, "Jane" avait 14 ans. Elle a affirmé lors de son témoignage qu'Epstein et Maxwell lui avaient demandé un massage. Ils l'ont tous deux poussée à avoir des relations sexuelles avec eux. Ils auraient utilisé notamment des objets sexuels jusqu'à lui faire mal. 

Le majordome a corroboré une partie de ses dires, en admettant devoir nettoyer, ranger la chambre d'Epstein après chaque "massage" et   devoir ramasser des objets sexuels et des équipements de massage électroniques. Il les replaçait dans la chambre de Ghislaine Maxwell, "là d'où ils venaient" a-t-il dit.

Des témoignages poignants et dérangeants 

Les quatre femmes qui accusent Ghislaine Maxwell se sont succédées à la barre lors de la première semaine du procès. Elles ont affirmé avoir d'abord été attirées par cette femme souriante et agréable qui les abordait. Elle les aurait ensuite présentées à Jeffrey Epstein sous couvert de lui faire de simples massages, avant d’être poussées par Maxwell à accomplir des actes sexuels avec lui, parfois sous la contrainte. Tout ceci dans ses demeures de New York, de Palm Beach ou du Nouveau-Mexique, entre 1994 et 2004.

"Jane", la première femme à témoigner, a affirmé avoir été forcée à avoir des relations sexuelles dès l'âge de 14 ans par Jeffrey Epstein. Elle a également dit avoir été présentée à l'ex-président américain Donald Trump, sans l'accuser de quoi que ce soit. Elle a également accusé Ghislaine Maxwell d'avoir été présente lors de certaines agressions sexuelles de Jeffrey Epstein et d'y avoir parfois participé. Selon le New York Times, "Jane" a subi un contre-interrogatoire "agressif" le lendemain de sa déposition et a notamment été accusée par la défense de Ghislaine Maxwell de rechercher à toucher de l'argent et d'être une "bonne comédienne", d'autant qu'elle est actrice de métier. À la fin de l’interrogatoire, Jane a fondu en larmes.

Une autre accusatrice, "Carolyn", s'est souvenue que Ghislaine Maxwell touchait son corps nu alors qu'elle n'avait que 14 ans.

Tu as un corps superbe pour Mr Epstein et ses amis.

"Carolyn", comme elle s'est fait appeler pour le procès, a raconté avoir été payée, à partir de l'âge de 14 ans : 300 dollars pour chaque massage qui se terminait toujours par un acte sexuel. Elle a désigné Ghislaine Maxwell comme celle qui fixait les rendez-vous et a assuré qu'elle l'avait vue nue et lui avait touché la poitrine dans la villa de Palm Beach.

Une autre accusatrice, Annie Farmer, aujourd'hui âgée de 42 ans, est la seule à avoir témoigné sous sa propre identité. Avec sa sœur Maria, elle est la première à avoir tenté d'alerter la police et le FBI sur les agissements de Jeffrey Epstein à la fin des années 1990, mais les autorités n'ont jamais donné suite.

Annie Farmer, l'une des plaignantes au procès de Ghislaine Maxwell, a livré un témoignage poignant
Annie Farmer, l'une des plaignantes au procès de Ghislaine Maxwell, a livré un témoignage poignant
© AFP - TIMOTHY A. CLARY

Annie Farmer a rencontré Jeffrey Epstein par le biais de sa sœur ainée Maria, une peintre à qui Epstein avait acheté un tableau. Maria avait 25 ans. Annie, en avait tout juste 16. Epstein et Maxwell lui ont promis de l'aider financièrement dans ses études universitaires. Elle leur a fait confiance et s'est retrouvée dans la demeure d'Epstein au Nouveau-Mexique, seule avec lui et Ghislaine Maxwell. Ghislaine Maxwell l'aurait alors agressée sexuellement. 

ALLER PLUS LOIN : Les sœurs qui ont été les premières à vouloir faire tomber Jeffrey Epstein (article du New York Times en anglais)

Une psychologue renommée met en doute les témoignages des victimes

La défense de Ghislaine Maxwell a appelé à la barre une psychologue spécialiste de la mémoire, Elizabeth Loftus. Selon elle, les témoignages des victimes sont trop vieux et peuvent être faux :

Plus l'événement est ancien, plus la mémoire peut être altérée.

Cette psychologue est régulièrement mise en cause par les avocats de victimes car elle est également appelée lors de procès de viols et agressions. Elle a témoigné à plus de 150 procès, toujours (à une exception) pour la défense, comme lors des procès pour crimes sexuels de Harvey Weinstein, Bill Cosby mais aussi ceux de Michael Jackson, Ted Bundy ou encore OJ Simpson. Ses théories sont controversées. Elle étudie la mémoire depuis 50 ans et affirme avoir prouvé l'existence de faux souvenirs ou de souvenirs fabriqués.

Ghislaine Maxwell, une prédatrice "sophistiquée" pour l'accusation, une victime pour la défense

Lors de leur réquisitoire, les procureurs ont décrit Ghislaine Maxwell comme une prédatrice qui attirait des jeunes femmes vulnérables, leur mentait, les manipulait pour ensuite les pousser voire les contraindre à avoir des relations sexuelles avec Jeffrey Epstein. Selon eux, elle était plus qu'une complice. Plutôt un personnage-clé dans un système d'abus. 

"Il s'agit d'un système pyramidal d'abus sexuels", a conclu la procureure lors de son réquisitoire. 

La défense de son coté a accusé le ministère public de "sensationnalisme", affirmant : 

Epstein a caché ses actes à Ghislaine Maxwell et les accusations auxquelles elle fait face concernent en réalité les actes de Jeffrey Epstein. 

Le verdict est attendu dans les prochaines heures, voire les prochains jours.