Affaire Quatennens : l'épouse du député évoque des "violences physiques et morales" depuis "plusieurs années"

Publicité

Affaire Quatennens : l'épouse du député évoque des "violences physiques et morales" depuis "plusieurs années"

Par
Le 18 septembre, Adrien Quatennens avait reconnu avoir giflé sa femme un an auparavant, évoquant un contexte de divorce tendu
Le 18 septembre, Adrien Quatennens avait reconnu avoir giflé sa femme un an auparavant, évoquant un contexte de divorce tendu
© AFP - Ludovic Marin

Dans un communiqué transmis à l'AFP, Céline Quatennens explique prendre la parole pour "rééquilibrer les choses", accusant le député LFI d'avoir "minimisé" les faits et "jeté le discrédit" sur sa personne. Adrien Quatennens "dément catégoriquement" ces accusations.

De quoi plonger un peu plus dans l'embarras les cadres de La France insoumise. Dans un communiqué transmis à l'Agence France Presse, la femme d'Adrien Quatennens porte de nouvelles accusations à l'encontre du député (LFI) du Nord. Elle y rapporte les "colères", les "crises" et "les violences physiques et morales" exercées par son époux "depuis plusieurs années""Cela fait plusieurs années que je subis ses colères, ses crises, des violences physiques et morales. Au cours de ces dernières années, j'ai voulu le divorce à trois reprises, à chaque fois sous la pression je suis revenue en arrière", écrit Céline Quatennens.

"Rééquilibrer les choses"

Après la révélation par le Canard enchaîné de l'existence d'une main courante déposée par Céline Quatennens,  Adrien Quatennens avait reconnu par écrit le 18 septembre dernier avoir giflé sa femme, un an auparavant, dans un contexte de divorce extrêmement tendu. Une agression mutuelle que dément aujourd'hui sa femme qui dénonce des "propos mensongers". Elle assure prendre la parole "contre son gré" mais pour "rééquilibrer les choses". "Il m'est désagréable que mon mari minimise les faits publiquement en jetant le discrédit sur ma personne", ajoute-t-elle.

Publicité

Adrien Quatennens est convoqué devant un procureur à Lille le 13 décembre prochain, à huis clos, dans une procédure de plaider-coupable qui concerne la gifle donnée et les SMS envoyés après la séparation du couple, selon son avocate. Son conseil a d'ailleurs fait savoir ce mercredi que l'élu du Nord "démentait catégoriquement" les acccusations de son épouse.

Pas de participation au groupe LFI de l'Assemblée jusqu'à la décision de la justice

Adrien Quatennens est depuis fin septembre en retrait de sa fonction de coordinateur politique de LFI, mais avait fait savoir à son entourage qu'il souhaitait reprendre sa place sur les bancs de l'Assemblée nationale. Le mouvement travaillait aux "modalités de son retour" mais ces nouvelles accusations mettent un terme au processus. Adrien Quatennens ne participera pas aux activités de son groupe politique à l'Assemblée jusqu'à ce que la justice ait rendu sa décision, a annoncé mercredi soir le groupe LFI dans un communiqué. "Nous souhaitons que la procédure judiciaire en cours se poursuive jusqu'à son terme. Une fois la décision de justice rendue, notre groupe décidera collectivement des suites à donner en son sein", explique le groupe parlementaire.

Son retour avait été jugé un peu plus tôt "impossible" par Olivier Faure, premier secrétaire du PS, allié de LFI au sein de la Nupes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Aujourd'hui, je pense qu'il ne peut pas revenir à l'Assemblée", a également estimé la députée écologiste Sandrine Rousseau.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Il n'avait déjà plus sa place dans notre hémicycle. À la justice maintenant de se prononcer. Ça ne se règle pas devant un tribunal Insoumis", a tweeté Aurore Bergé, cheffe de file des députés Renaissance.