Publicité

Agression raciste d'un livreur à Cergy : l'auteur présumé placé en garde à vue

Par
Cet homme est suspecté d'avoir, dimanche soir, agressé un livreur Uber Eats noir qui récupérait une commande dans un fast-food de Cergy (Val-d'Oise).
Cet homme est suspecté d'avoir, dimanche soir, agressé un livreur Uber Eats noir qui récupérait une commande dans un fast-food de Cergy (Val-d'Oise).
- Capture d'écran

Un homme, soupçonné d'avoir agressé un livreur Uber Eats noir et proféré des insultes racistes sur une voisine d'un restaurant à Cergy (Val-d'Oise), a été interpellé à Paris mardi et placé en garde à vue. Quatre plaintes ont été déposées après ces faits, filmés et diffusés sur les réseaux sociaux.

L'homme soupçonné d'avoir agressé et proféré des injures racistes dimanche à un livreur noir devant un restaurant de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise) a été interpellé mardi midi à Paris par la brigade anticriminalité et placé en garde à vue. Il est suspecté d'avoir, dimanche soir, agressé un livreur Uber Eats noir qui récupérait une commande au "Brasco", un établissement de restauration rapide. L'auteur de l'agression a ensuite proféré des insultes racistes à l'encontre d'une voisine qui filmait la scène depuis son appartement et qui a publié la vidéo sur les réseaux sociaux. 

Dans cette vidéo, on entend l'homme déclarer notamment "espèce de négresse, espèce de sale noire" et d'ajouter : 

Publicité

Pendant 800 ans on vous a vendus comme du bétail.

Né en Algérie et âgé de 24 ans, l'agresseur présumé était déjà connu des services de police, notamment pour outrage, mais aussi des infractions à la législation sur les stupéfiants, d'après France Bleu Paris. Il s'était éloigné du département face aux appels au lynchage qui ont circulé après la diffusion de la vidéo. 

Quatre plaintes déposées

Ce soir-là, le livreur à vélo écoutait de la musique en attendant sa commande lorsque "son agresseur lui a demandé de baisser le son", a précisé à l'AFP Mehana Mouhou, son avocat. Il a cédé à la requête mais "l'agresseur voulait plus alors il s'est jeté sur lui violemment et l'a frappé et a proféré des injures racistes. La violence était tellement inouïe que mon client a eu l'impression que c'était terminé pour lui", a expliqué l'avocat. "Il est sous le choc, traumatisé par cette violence et des propos qu'il a entendus", poursuit Me Mouhou.

L'avocat du livreur, qui défend aussi la voisine qui a filmé, a déposé plainte pour ses deux clients mardi auprès du procureur de Pontoise pour des faits qualifiés de "violence volontaire avec la circonstance aggravante de racisme", "injures publiques à caractère raciste", "apologie de l'esclavage et de crime contre l'humanité"

"Nous sommes tout aussi choqués que vous et condamnons fermement ce genre de propos qui va à l'encontre de la philosophie de notre restaurant", a écrit l'établissement dans un message publié lundi sur Facebook. Le post précise également que ni le livreur, ni l'agresseur présumé n'étaient employés du restaurant. Le gérant, menacé de mort, ainsi que le député du Val d'Oise, Aurélien Taché, ont également porté plainte. 

La préfecture a pris un arrêté de fermeture administrative de l'établissement pour sept jours pour "nécessité de l'ordre" et "tranquillité publique". À l’appel du collectif de la Brigade anti-négrophobie, une centaine de personnes s'étaient rassemblées lundi après-midi, devant le restaurant.