Publicité

Airbnb et les maires ruraux s'allient pour booster le tourisme

Par
Le village de Valleraugue, un peu plus de 1 000 habitants, dans les Cévennes gardoises.
Le village de Valleraugue, un peu plus de 1 000 habitants, dans les Cévennes gardoises.
© Radio France - Sylvie Duchesne

Un partenariat entre Airbnb et l'Association des maires ruraux de France doit permettre de créer du tourisme dans les zones rurales françaises délaissées par les vacanciers. Airbnb versera 100 euros à l'AMRF pour toute nouvelle annonce d'hébergement postée sur la plateforme de location entre particuliers.

C'est un pari gagnant-gagnant. Depuis le début de la crise sanitaire, le tourisme a changé de forme. Les frontières fermées, les restrictions de circulation et les différents confinements donnent envie de se mettre au vert. Airbnb l'a bien compris. Grâce à un partenariat avec l'Association des maires ruraux de France (AMRF), l'entreprise veut créer 15 000 nouveaux hébergements d'ici fin 2021. 

L'AMRF regroupe les communes de moins de 3 500 habitants. Pour chaque nouvelle annonce dans ces villes et villages, Airbnb versera 100 euros à l'AMRF, qui s'en servira pour communiquer sur le partenariat et donc inciter les habitants à mettre leur logement en location. 

Publicité
4 min

Un relai de croissance pour Airbnb

Créer du tourisme là où il y a du patrimoine, mais pas de visiteur, ou très peu, c'est là l'objectif d'Airbnb. "La majorité des sites remarquables en France se situent dans des endroits non touristiques, explique Emmanuel Marill, directeur Europe chez Airbnb. L'été dernier on a vu déjà que la Bretagne, l'Alsace, les Vosges, le Jura, la Dordogne, la Creuse avaient très bien marché sur Airbnb. Cette année, je pense qu'on ira encore plus loin, dans des contrées plus perdues, plus isolées." 

La crise sanitaire a bien changé les pratiques touristiques des Français, qui apprécient depuis l'été dernier de redécouvrir le terroir français, faute de pouvoir parfois voyager plus loin. "Nous sommes sur un marché d'offre, détaille Emmanuel Marill. Imaginez un village de 300 âmes. Il y a peut-être un ou deux logements ouverts à la location aujourd'hui. Si demain il y en a cinq ou dix, ils trouveront des vacanciers pour cet été, c'est évident !"

Revitaliser les communes rurales

Le partenariat est aussi un tremplin pour le tourisme dans ces communes rurales. "On n'est pas idiot, ajoute le président de l'AMRF, Michel Fournier. On sait que pour Airbnb, c'est une opération commerciale, et pour nous c'est une opération économique et de tourisme !" Pour l'AMRF, les politiques manquent pour développer de manière harmonieuse le tourisme sur l'ensemble du territoire français. "Si on trouve un opérateur prêt à nous accompagner dans ce sens, on dit banco", tranche Michel Fournier. 

L'autre avantage de la venue de nouveaux vacanciers, selon Michel Fournier, c'est le développement de l'économie locale. 

"Plus il y aura de gens qui font de l'accueil, plus on développera l'artisanat,  les travaux de réhabilitation, la réactivité des centres de villages, etc !"

Pour l'AMRF, l'espoir va même plus loin : s'ils reçoivent un accueil chaleureux, et que l'offre culturelle est au rendez-vous, ces nouveaux vacanciers deviendront peut-être de nouveaux habitants.