Publicité

Alerte dans les vignobles : après la pluie, le mildiou fait des ravages

Par
Le mildiou a attaqué les feuilles des vignes dans le Beaujolais;
Le mildiou a attaqué les feuilles des vignes dans le Beaujolais;
© Radio France - Victor Vasseur

Les trombes d'eau tombées ces dernières semaines entraînent des attaques de mildiou. Ce champignon est dévastateur pour les vignobles, comme dans le Beaujolais.

La vigne a déjà des couleurs rouges, comme à l'automne, à cause du froid. Quand on approche des feuilles, des taches jaunâtres apparaissent, comme des taches d'huile. Au fil des jours, un duvet blanc se répand sur la feuille. Après le gel, la grêle, voilà le mildiou : année maudite.

Sur ses parcelles de Brouilly entre Mâcon et Villefranche-sur-Saône, Jérôme Lacondemine a vu les dégâts ces derniers jours : "Je peux produire 52 hectolitres de vin par hectare ; là, si j'en ai 15, ce sera bien. Il ne reste plus grand chose." Alors pour sauver ses vignes, il observe les feuilles puis met des coups de cisaille. "On dit souvent entre vignerons que lorsque le mildiou apparaît, on lui court après toute l'année." Dans le Beaujolais, la dernière grande attaque de mildiou date de 2012. Les conditions climatiques étaient similaires, avec beaucoup de pluie. Depuis le mois de mai, il est tombé 300 mm, "c'est énorme", lance le vigneron. Du jamais vu depuis des années par ici.

Publicité
Le mildiou a attaqué les grappes des vignes dans le Beaujolais.
Le mildiou a attaqué les grappes des vignes dans le Beaujolais.
© Radio France - Victor Vasseur

Traiter la vigne 

Le mildiou se développe d’abord dans le sol, au pied des vignes après la chute des feuilles à l’automne. Les œufs passent l'hiver dans la terre. À partir du printemps, au moment où la vigne pousse, la pluie peut commencer à inquiéter les vignerons. Les gouttes tombent sur le sol, "rebondissent", puis contaminent la vigne. Le mildiou atteint les feuilles et la maladie peut alors se propager. Si les pluies persistent, le champignon contamine les grappes puis les sèchent.

Pour combattre le mildiou, il n’y a pas 1000 solutions, il faut traiter. Jérôme Lacondemine a fait le choix du bio, alors il utilise du cuivre. L’inconvénient : le traitement se pose sur la feuille pour la protéger, mais disparaît quand la pluie passe. Il faut donc traiter deux fois plus qu’un vigneron en agriculture conventionnelle. Eux utilisent des produits de synthèse qui vont pénétrer dans la plante.

Le mildiou a attaqué les grappes des vignes dans le Beaujolais.
Le mildiou a attaqué les grappes des vignes dans le Beaujolais.
© Radio France - Victor Vasseur

Malgré la maladie, le raisin est beau, mais pas très en avance. "Les vendanges seront tardives" anticipe Jérôme Lacondemine, au-delà du 20 septembre sur cette parcelle, comme dans les années 90. L'an passé, les premiers vendangeurs dans le Beaujolais étaient arrivés mi-août.

D’autres vignobles touchés 

C’est en Champagne que la situation est la plus critique. Dans la Vallée de la Marne et l'Aube, selon le Comité interprofessionnel du vin de Champagne, le champignon entraîne entre 20 et 25% de perte. "Si tout le vignoble est concerné, il existe une grande hétérogénéité des situations avec des pertes pouvant aller de quelques pourcentages à plus de 50 %" écrit le CICV dans un communiqué. En Alsace, "nos premières estimations indiquent que 100 % des parcelles sont touchées dans le Haut-Rhin, 75 % dans le Bas-Rhin, avec des pertes à la clé" raconte Gilles Ehrhart, le président de l'Association des viticulteurs d'Alsace au journal Les Echos.

Le mildiou a attaqué les grappes des vignes dans le Beaujolais.
Le mildiou a attaqué les grappes des vignes dans le Beaujolais.
© Radio France - Victor Vasseur