Publicité

Annie Ernaux promet que son discours de remise du prix Nobel sera "engagé"

Par
Annie Ernaux, jeudi, dans les locaux de son éditeur Gallimard
Annie Ernaux, jeudi, dans les locaux de son éditeur Gallimard
© AFP - JULIEN DE ROSA

Invitée de France Inter ce vendredi matin, l'écrivaine Annie Ernaux a évoqué le discours qu'elle fera à Stockholm à l'occasion de sa réception du prix Nobel de littérature. Celui-ci sera "engagé", promet-elle, inspirée par le discours d'Albert Camus en 1957.

C'est un passage obligé des écrivains et écrivaines lauréats du prix Nobel : avant de recevoir officiellement leur prix, le 10 décembre, à Stockholm, chaque personnalité primée doit présenter un discours dans lequel elle évoque son œuvre, son parcours artistique. Invitée vendredi matin sur France Inter, Annie Ernaux a évoqué son futur discours : "Je ne peux pas l'avoir en tête déjà, mais je sais une chose, c'est que, bien entendu, ce sera un discours, allez, engagé."

L'autrice venait de saluer la mémoire d'Albert Camus, dont les discours de Suède, qu'il a prononcés à l'occasion de son prix Nobel en 1957, sont "un des textes qui m'ont le plus marquée" : "Il y parle de ses origines, encore de manière très pudique, et il dit qu'il va revenir. Je pense qu'à ce moment-là, il écrivait déjà 'Le Premier homme'", se souvient-elle. Dans ce texte, Albert Camus évoquait aussi la mémoire de son instituteur.

Publicité

Engagement et courage

L'autrice assume le côté "engagé" de son œuvre : "La littérature n'est pas neutre, elle ne l'a jamais été", déclare-t-elle. "J'ai une façon de dire le monde, qui pourrait être soit négative, entraîner certains sentiments, ou alors, une autre façon de m'exprimer qui soit dans la lutte contre la misère et les inégalités". "Parler de beaux livres, de belle écriture, c'est une façon de masquer le pouvoir qu'a la littérature", ajoute-t-elle.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Elle réfute pourtant le terme de "courage" : "Le mot 'courage' ne fait pas partie de mon vocabulaire. Le courage, pour moi, ce n'est pas d'être assise à une table, de prendre un stylo et d'écrire. On peut parler du courage des gens en Ukraine, mais pas d'écrire ! Écrire, c'est une chance", déclare-t-elle.

Dès jeudi et la conférence de presse qu'elle a donnée après l'annonce du prix Nobel, elle a dit son intention de "continuer le combat contre les injustices sous toutes leurs formes", et affirmé que le prix lui conférait une "responsabilité" de s'exprimer dans ce combat contre les injustices "par rapport aux femmes et par rapport aux dominés".