Publicité

Anniversaire du 6 juin 1944 : sur Twitter, il partage chaque jour la biographie d'un "héros de la Libération"

Par
Jean-Christophe Notin a lancé ce compte Twitter en 2020, pendant le premier confinement.
Jean-Christophe Notin a lancé ce compte Twitter en 2020, pendant le premier confinement.
© Radio France - Manon Vautier-Chollet

En 2020, l'auteur Jean-Christophe Notin a commencé à raconter la vie de résistants dans des tweets, en 280 caractères. Deux ans plus tard, il est suivi par plus de 70.000 personnes, à qui il fait découvrir chaque jour la vie d'un "héros de la Libération" tombé dans l'oubli.

Son compte est suivi par plus de 70.000 personnes. Quotidiennement, Jean-Christophe Notin, à l'origine du compte Twitter "Paroles de combattants de la Libération", publie la biographie d'un résistant de la Seconde guerre mondiale, en 280 signes. Le tout, accompagné d'une photo. Celui qui écrit des livres sur le renseignement et les conflits des XXe et XXIe siècles a lancé le compte en en 2020, pendant le premier confinement. Il a déjà raconté la vie de 1.400 résistants et résistantes.

Ce 6 juin 2022, 78 ans après le débarquement des alliés en Normandie le 6 juin 1944, il va comme à son habitude partager un nouveau portrait. L'histoire des résistants de la Seconde guerre, il la raconte chaque jour, "pour ne pas oublier".

Publicité

Raconter la vie de ceux tombés dans l'oubli

Comme la plupart du temps, Jean-Christophe Notin va choisir ce lundi 6 juin le visage d'un inconnu. "Il y a eu 65.000 médaillés de la résistance, et je voulais donner la parole à ceux dont on ne se rappelle pas. Parce qu'ils ont des parcours fantastiques dont on n'a jamais entendu parler", explique Jean-Christophe Notin.

S'il est évidemment impossible de résumer la vie d'un résistant en un tweet, l'auteur veut faire sortir tous ces Français de l'oubli, "de l'agent de liaison aux femmes qui transportaient des messages dans le guidon de leur vélo". Bien sûr, il ne dit que l'essentiel, mais peut de cette façon toucher des milliers de personnes, en particulier les jeunes générations. "C'est aussi un devoir de mémoire" assure Jean-Christophe Notin. "Et les jeunes sont très intéressés par cette période de l'histoire. Je pense aussi que certains se demandent, en voyant la photo d'un résistant de leur âge, s'ils auraient fait la même chose."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

De belles histoires

Parfois, Jean-Christophe Notin découvre des commentaires émouvants sous ses publications. "Il y a des descendants des résistants dont je parle qui, parfois, sont heureux de découvrir la photo de leur grand-père ou grand-mère." Sans oublier "les descendants de personnes qui ont été sauvées par ces résistants, qui viennent témoigner leur admiration. C'est toujours très émouvant" témoigne l'auteur. Le compte Twitter est devenu participatif puisque régulièrement, des internautes partagent dans les commentaires des articles sur le ou la résistante que Jean-Christophe Notin met à l'honneur.

Avec cette idée, celle de parler de la Résistance sur un réseau social pour toucher un autre public, il ne pensait pas toucher autant de personnes. Quelques-uns de ces 1.400 portraits de ces résistants seront partagés dans un livre à la rentrée, "500 héros de la Libération", publié aux éditions Tallandier.