Publicité

Après la suppression de l'ENA, les grands corps d'État à leur tour menacés

Par
"Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps", avait déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à l'issue du grand débat national.
"Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps", avait déclaré Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à l'issue du grand débat national.
© AFP - Ludovic Marin

Après l'annonce au début du mois de la suppression de l'ENA, l'exécutif s'attaque à un autre symbole : les grands corps d'État. Ces prestigieuses institutions administratives sont promises aux meilleurs élèves de l'École nationale d'administration. Elles sont aussi des citadelles au cœur de la haute fonction publique.

La promesse d'Emmanuel Macron date d'il y a deux ans. "Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps", déclarait le président à l'issue de la crise des "gilets jaunes". Aujourd'hui, leurs jours sont bel et bien comptés. Le ministère de la Transformation et de la Fonction publique confirme "l'hypothèse d'une extinction" des grands corps, après l'annonce de la suppression de l'ENA au début du mois.

13 min

Parmi les grands corps cités, celui de la prestigieuse Inspection générale des finances (IGF). Là où tout à commencé, pour Emmanuel Macron, à la sortie de l'École nationale d'administration (ENA). Il est aussi question du corps de l'Inspection générale de l'administration (IGA) et de celui de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS). Au fil des années, ils sont devenus des citadelles au cœur de la haute fonction publique. 

Publicité

"L'hypothèse d'une extinction des grands corps est sérieuse" 

Cette hypothèse est "sérieuse", "en cohérence avec la vision du chef de l'État" observe un conseiller. Plus question d'avoir des fonctionnaires fraîchement diplômés qui intègrent une inspection et n'en bougent pas. Ils n'y feraient plus qu'une partie de leur carrière.

Dans un pays dirigé à plusieurs reprises par des membres de ces grands corps, leur suppression serait une révolution. "On fait dans la dentelle", reconnaît l'exécutif.