Publicité

Après une année de crise, le guide du Routard lance son magazine

Par
Philippe Gloaguen, directeur du Routard et Amanda Keravel, rédactrice en chef des guides France lancent le Routard magazine
Philippe Gloaguen, directeur du Routard et Amanda Keravel, rédactrice en chef des guides France lancent le Routard magazine
© Radio France - Rémi Brancato

Le plus célèbre des guides de voyage français lance son magazine, en kiosque depuis ce jeudi. Le trimestriel consacre son premier numéro à "La France qu'on aime", restrictions de voyage liées à la crise sanitaire obligent. Pour le Routard, ce lancement marque le redémarrage du secteur touristique.

Le Routard peut désormais s'acheter en kiosque. C'est une petite révolution : le plus célèbre des guides de voyage français lance 120 000 exemplaires de son trimestriel, "Le Routard magazine", au prix de 5,95 euros le numéro. En raison du Covid et des restrictions de voyage vers l'étranger qui en découlent, c'est à l'hexagone qu'est consacré ce numéro : "La France qu'on aime" titre le magazine à sa une.

Des contenus qui ne trouvaient pas leur place dans les guides

Mais Amanda Keravel, rédactrice en chef des Guides du Routard France et co-rédactrice en chef de ce nouveau périodique, promet un "pas de côté", dans ces 100 pages de papier glacé. "Voilà des années que nos enquêteurs ratissent la France, se baladent dans les départements et récupèrent tout un tas d'informations, d'anecdotes et de rencontres qu'ils gardent sous le coude, mais qu'ils ne peuvent pas retranscrire dans les guides", explique-t-elle. 

Publicité

Cette frustration est désormais comblée, avec des reportages aux quatre coins de la France, un dossier consacré à la Bretagne, qui comporte notamment une interview du navigateur Jean Le Cam. "Notre objet premier, c'est de tester des restaurants, des hôtels, de visiter des musées, alors on rencontre des personnes, inévitablement, mais l'objet de la rencontre pour l'interview en tant que telle, elle ne s'est jamais retrouvée dans le Guide du Routard", détaille Amanda Keravel : "C'est en cela que le magazine est différent."

4 min

La France pour première destination

Et puisque la crise sanitaire oblige à consacrer les deux premiers numéros à la France, le périodique fait le pari des "bons plans loin des foules" : des menhirs à Monteneuf, plutôt qu'à Carnac, des "plages (presque) secrètes" en Bretagne ou le musée Tatin, assez méconnu, près du Mans. "Notre vocation, c'est d'emmener voir des sites qu'on ne serait pas allé voir spontanément parce que les gens, on le sait, vont plutôt aller fréquenter les bords de mer", justifie Amanda Keravel.

La destination France, seule possible pour beaucoup depuis le début de la crise, a en quelque sorte sauvé le Routard. L'an passé, les ventes ont chuté de moitié avec 1,2 millions de guides vendus contre 2,5 en 2019. Mais les éditions consacrées à l'hexagone ont vu leurs ventes augmenter de 40%.

Les guides pour la France limitent les dégâts

"Amanda a sorti plus de 35 guides sur la France qui se sont mieux vendus que d'habitude, ce qui a compensé la perte des ventes sur le Guide du routard étranger", confirme Philippe Gloaguen, le directeur des guides : "Au lieu de perdre 80% de nos ventes, on a perdu que 50%." 

Le projet du magazine est né en début d'année 2021, d'une sollicitation du groupe de presse CMI. "Grâce à ce magazine, on a pu faire travailler tous nos collaborateurs qui avaient moins d'enquêtes à faire, c'était une occasion inespérée pour nous", se réjouit Philippe Gloaguen, qui juge le résultat "original, très amusant ; fidèle au ton du Routard"

Des enquêteurs du Routard retournent sur le terrain

Et même si les premiers numéros sont limités aux régions de France, les sujets restent inépuisables. "Je ne travaille pour le Routard que depuis 45 ans, et j'ai découvert des choses que je ne connaissais pas", sourit le directeur qui cite l'article consacré à l'Abbaye de Valloires, "où il y a l'histoire d'une bonne sœur qui a caché des enfants juifs pendant la guerre et que je ne connaissais pas".

Le lancement du magazine marque en tout cas, selon ses équipes, le début d'une reprise du secteur touristique. "Les affaires reprennent", souligne Philippe Gloaguen : 37 équipes d'enquêteurs du Routard partent en mission en France mi-mai pour mettre à jour les guides. "Nos valises ont des fourmis dans les roulettes et nos enquêteurs aussi ! Ils sont quand même cloués au sol, comme les avions, depuis un an", sourit Amanda Keravel. Pour les éditions à l'étranger, les départs sont prévus au mois de juin.