Un accord entre la majorité et Les Républicains sur les retraites (des agriculteurs)

Publicité

Un accord entre la majorité et Les Républicains sur les retraites (des agriculteurs)

Par
Julien Dive (LR) a réussi a négocier un accord avec la majorité pour faire voter sa proposition de loi jeudi prochain
Julien Dive (LR) a réussi a négocier un accord avec la majorité pour faire voter sa proposition de loi jeudi prochain
© Maxppp - PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD

Est-ce de bon augure pour la réforme des retraites ? Selon les informations de France Inter, la majorité enverra jeudi un sacré signal à la droite à l'occasion de la niche des Républicains à l'Assemblée, en votant pour le texte de Julien Dive sur la retraite des non-salariés agricoles.

La proposition de loi que défendra jeudi le député Les Républicains Julien Dive, lors de la niche parlementaire du groupe, permettrait aux pensions de retraite de 500.000 agriculteurs ou conjoints d’agriculteurs d'être calculées non plus sur toutes les années de travail, mais seulement sur les 25 dernières. Une manière de les revaloriser "parfois de plusieurs centaines d'euros par mois" plaide l'élu, qui devrait faire voter son texte grâce au revirement d'un gouvernement en quête de compromis, après une pluie de 49.3 cet automne.

La réticence de d'Elisabeth Borne

Un accord qui était loin d'être gagné d'avance, puisque Matignon trouvait le texte de Julien Dive "mal ficelé", "inapplicable" et "quasi inconstitutionnel" . Il y a quelques jours, lors d'un petit déjeuner avec les députés de la majorité, la Première ministre s'est montré très réticente.

Publicité

Mais bien vite une petite musique a résonné dans les rangs de la majorité. "Faisons de la politique ! Pourquoi ne pas dealer avec LR ?", s'interrogent tout haut plusieurs députés. Circonstance aggravante : le texte fait l'unanimité dans l'opposition, puisque le Rassemblement national, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste voteront pour. Plusieurs élus de la majorité ont mis en garde Élisabeth Borne face au risque d'"apparaître butés".

"Maintenant, on sait qu'on peut obtenir des choses"

Malgré les réticences de Matignon et un problème de calendrier (des négociations sont déjà en cours sur les retraites), la machine à négocier s'est mise en marche. "Ils ont parlé de co-construction, je les ai pris au mot", raconte Julien Dive. Il a accepté deux aménagements : repousser à 2026 l'application du texte et prévoir un rapport du Parlement sur ses modalités. À Matignon, on minimise, indiquant qu'"on cherche le compromis", mais qu*'"on travaillait déjà en ce sens".* "Très bon deal pour LR”, rétorque un député de droite. "Maintenant on sait qu'on peut obtenir des choses, intéressant à quelques mois de la réforme des retraites", salive un autre.