Publicité

Assistantes maternelles finalement autorisées à travailler : retour sur 24h de cafouillage gouvernemental

Par
Les assistantes maternelles représentent le premier mode de garde d'enfants, avec une capacité théorique d'accueil de 750 000 places
Les assistantes maternelles représentent le premier mode de garde d'enfants, avec une capacité théorique d'accueil de 750 000 places
© Getty - Westend61

Matignon avait annoncé jeudi soir que les assistantes maternelles ne pourraient plus accueillir d'enfants pendant trois semaines, en "cohérence" avec la fermeture des crèches. Avant de rétropédaler moins de quatre heures plus tard. Finalement, c'est officiel : elles pourront bien poursuivre leur activité.

Comment ajouter de la confusion à une situation déjà complexe ? Après l'annonce mercredi par Emmanuel Macron de la fermeture des crèches et des écoles pendant trois semaines, la question des assistantes maternelles a donné lieu à un gros moment de flottement au sein du gouvernement…  et à quelques crispations dans les quelque 800 000 familles ayant opté pour ce mode de garde, le plus répandu en France. La décision finale est tombée ce vendredi après-midi : les assistantes maternelles pourront poursuivre leur activité, ont annoncé les syndicats.

Jeudi, 19h : pas d'accueil pour les enfants gardés par une assistante maternelle

Sur l'ensemble du territoire, 283 000 assistantes maternelles accueillent, à leur domicile et après avoir reçu un agrément, entre un et quatre enfants. Pouvaient-elles continuer d'exercer alors que les crèches étaient fermées ? Non, répondait Matignon jeudi un peu après 19h, invoquant un souci de "cohérence". "L'étude de l'Institut Pasteur montre qu'il y a plus de contaminations chez les assistantes maternelles que dans les écoles", justifiait le cabinet du Premier ministre, affirmant que cela répondait aussi à une demande de la profession. Les chercheurs ont en effet estimé à +39% le surrisque de contamination pour les adultes ayant un enfant gardé chez une assistante maternelle, contre 13% pour les enfants gardés en crèche et 15% en école maternelle. Ces restrictions ne concernaient pas en revanche les gardes à domicile.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Lors du premier confinement, au printemps dernier, l'État avait pourtant assoupli les règles encadrant l'activité d'assistante maternelle afin de leur permettre d'accueillir davantage d'enfants et "accompagner progressivement la reprise de l'activité".

Jeudi, 23h : Matignon rétropédale et temporise

Mais moins de quatre heures plus tard, le gouvernement fait marche arrière. "La question n'est pas encore tranchée", fait savoir Matignon, qui promet une réponse définitive ce vendredi. Pendant ce temps, les parents s'impatientent.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vendredi matin : mea culpa et attente

Comment expliquer ce couac ? Dans les matinales télé et radio, opération déminage. "Nous avons une boussole : le bon sens, des mesures claires et lisibles", assure Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publique, sur Sud Radio, promettant que "le sujet des assistantes maternelles sera clarifié dans la journée". "Il n'y a pas de précipitation. On fait de la dentelle à chaque fois", défend de son côté la secrétaire d'État Nathalie Elimas. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pendant ce temps, à Matignon, un conseiller fait son mea culpa et concède avoir parlé un peu vite. Une réunion doit avoir lieu dans l'après-midi en visio entre Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de l'enfance et des familles, et les syndicats. Ceux-ci réclament notamment que l'indemnisation des assistantes maternelles soit portée à 100% en cas de suspension de leur activité. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vendredi 16h45 : le verdict

Le suspens a pris fin ce vendredi à 16h45 : les assistantes maternelles sont finalement autorisées à garder les enfants pendant les trois prochaines semaines, annonce franceinfo citant des sources syndicales. Celles qui ne souhaitent pas travailler pourront être placées en chômage partiel avec une indemnisation à 80%. Les consignes sanitaires seront renforcées lors de l'accueil des enfants. Quant aux Maisons d'assistantes maternelles (MAM), elles pourront rester ouvertes dans un maximum de dix enfants.