Publicité

Bac 2022 : finalement, les correcteurs des copies de spécialités auront un temps de décharge

Par
Les épreuves de spécialités se déroulent les 11, 12 et 13 mai 2022.
Les épreuves de spécialités se déroulent les 11, 12 et 13 mai 2022.
- Frederick Florin

Les professeurs chargés des corrections des copies de spécialités du baccalauréat auront finalement droit à quatre demi-journées maximum pour effectuer cette tâche, en plus des cours en classe qui continuent. C'est ce que réclamaient les principaux syndicats enseignants.

L'information sera publiée jeudi au Bulletin officiel de l'Éducation nationale. Les professeurs qui doivent corriger les épreuves de spécialité du bac (le plus souvent des dissertations de quatre heures) qui se déroulent les 11, 12 et 13 mai auront, cette année, un temps de décharge. Les enseignants ont jusqu'à début juin pour la correction, une période où les cours sont maintenus pour tous les élèves des lycées, de la seconde à la terminale.

Ils auraient donc dû effectuer cette mission tout en continuant à assurer les cours et les conseils de classe de fin d'année. Une surcharge de travail qu'avaient dénoncée plusieurs syndicats. Ils ont obtenu gain de cause et viennent de recevoir un courrier qui les informe que les professeurs auront du temps libéré sur leurs heures de cours pour la correction des copies.

Publicité

Un forfait de quatre demi-journées libérées maximum

Dans ce courrier, auquel France Inter a eu accès, le directeur général des affaires scolaires, le numéro 2 du ministère, Édouard Geffray écrit : "Compte tenu du contexte particulier de correction de ces copies du baccalauréat, les professeurs convoqués par les services des divisions des examens et concours de leurs académies, pour la correction des copies des épreuves d’enseignements de spécialité, bénéficieront d’un forfait maximum de quatre demi-journées libérées de cours pour la correction de ces copies. Ce forfait sera utilisable, au choix du professeur après accord du chef d’établissement, entre le 17 mai et le 3 juin."

C'est ce que réclamaient les principaux syndicats d'enseignants, qui avaient écrit au ministère pour demander une décharge. Avant la réforme du bac, les épreuves étaient corrigées fin juin et les professeurs n'avaient plus de cours à donner à cette période. Avec ces nouvelles épreuves de spécialités, prévues mi-mars et reportées exceptionnellement cette année en mai, la correction a lieu pendant l'année scolaire. Elle est aussi dématérialisée : les copies seront scannées et corrigées sur écran. Les enseignants s'inquiétaient d'y passer des heures, en plus de leurs cours.

Satisfaction des syndicats

Jérôme Fournier, secrétaire national du syndicat Se-Unsa en charge de l'Education est satisfait de cette décision : "Ce sont deux jours qui vont permettre aux enseignants de corriger efficacement", dit-il. Le Snes, principal syndicat du second degré, salue "une avancée à mettre au crédit de l'action syndicale". Le Sgen-CFDT dit "être intervenu encore ces derniers jours auprès du ministère et de l'Élysée" et se réjouit qu'on permette "aux correcteurs d'assumer dans de bonnes conditions leur charge de travail supplémentaire".

Jérôme Fournier nuance toutefois : "On aurait aimé plus, on aurait aimé une semaine, parce qu'en deux jours, mes collègues n'auront pas le temps de tout corriger malgré tout, donc c'est une demi-victoire. C'est une manière de ne pas faire perdre trop d'heures de cours aux autres élèves, des autres niveaux de classe, ce que nous pouvons aussi entendre."

Il reconnaît que les professeurs concernés seront tout de même rassurés et soulagés. C'est le cas de Julien, qui a reçu sa convocation mi-avril pour corriger les copies, souvent très longues : "Notamment en sciences économiques et sociales", explique-t-il, "les dissertations font environ huit pages et certaines copies font près du double ! C'est une surcharge de travail avec de la fatigue à prévoir. Je mets quarante-cinq minutes à corriger sérieusement une copie donc si j'ai une quarantaine de copies, j'en ai pour 30 heures de travail en plus."

Dans son lycée, par exemple, Julien va pouvoir s'organiser avec ses collègues pour répartir au mieux les quatre demi-journées, afin de ne pas être absents tous en même temps et ne pas trop perturber les emplois du temps des élèves.