Bande dessinée - Catherine Meurisse fait entrer la BD à l’Académie

Publicité

Bande dessinée - Catherine Meurisse fait entrer la BD à l’Académie

Par
Catherine Meurisse le 22 janvier 2020
Catherine Meurisse le 22 janvier 2020
© Maxppp - Jean-Baptiste Quentin

L’autrice BD de « La Légèreté » a été reçue cette semaine à l’Académie des Beaux-Arts. Une arrivée symbolique qui consacre tout le 9e art, quelques semaines après la leçon inaugurale au Collège de France d’un autre grand nom de la BD : Benoît Peeters.

Ce n’est pas tous les jours que l’on projette un dessin du Gros dégueulasse de Reiser sur les écrans du prestigieux Institut de France. Mais l’occasion était trop bonne ! Invitée à raconter son parcours pour son installation à l’Académie des Beaux-Arts, Catherine Meurisse a cité l’humour féroce du dessinateur parmi ses multiples influences graphiques et culturelles.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Auparavant, l’écrivain et historien de l’art Adrien Goetz avait prononcé un discours de bienvenue parmi « une troupe de Daltons qui vous accueille comme une petite sœur », en clin d’œil aux académiciens. Son intervention louangeuse et humoristique a rappelé la carrière de la dessinatrice. Une œuvre artistique marquée par la littérature (Mes hommes de lettres), l’art (Delacroix, lui-même élu à l’Académie à la 8e tentative, et qu’elle croque dans son travail de fin d’études, Rothko qui apparaît en grand dans La Légèreté), les ouvrages (Le pont des artsModerne Olympia..). André Goetz a, enfin, loué l’immense liberté de celle qui ne s’interdit rien.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Lorsque Catherine Meurisse a pris la parole à son tour, la nouvelle (et, à 42 ans, plus jeune académicienne) a évoqué l’entrée par effraction de la BD dans ce temple de la culture : « Un casse, sans dommages, sans violence. Un pied de nez sans pied de biche : une adoption ». Et rappelé le rôle du 9e art dans la contre-culture. Elle a dit ce qu’elle devait à Quentin Blake, à Goscinny, Sempé, Gotlib, Bretécher… Emue, elle a raconté ce que Charlie Hebdo et Cabu lui avaient apporté avant que l’attentat de janvier 2015 ne saborde sa jeunesse. Catherine Meurisse a appelé les autrices et auteurs à savourer cette grâce que confère l’Académie des Beaux-Arts : l’immortalité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'humeur vagabonde
32 min

Sur son épée, remise par le dessinateur Blutch, son ancien collègue d’atelier, figurent quatre plumes à dessiner signées Quentin Blake, Luz, Claire Bretécher... et Blutch. Et sur le disque d'agate, on trouve un renard (hommage à la nature et à l’animal qu’elle affectionne, et que l’on retrouve dans son illustration des Fables de La Fontaine) et la date 1784, écrite au fronton de la maison de son enfance… De quoi continuer à porter haut l’étendard de la BD !

Le site de l'Académie des beaux-arts

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.