Publicité

BANDE DESSINEE - "Goscinny", "Blain", "Mizuki" "Chris Ware"... Les expositions à ne pas manquer à Angoulême

Par
Dans l'exposition consacrée à Christophe Blain à Angoulême
Dans l'exposition consacrée à Christophe Blain à Angoulême
© Radio France - France Inter

Comment raconte-t-on une histoire en BD ? Quelles sont les sources d’inspiration des auteurs ? Comment se met-on à écrire ? Le Festival international de la BD d’Angoulême 2022 met à l’honneur les scénaristes, mais aussi quelques grands « auteurs complets ». Présentation.

Honneur aux scénaristes.

René Goscinny, scénariste quel métier !  

A la question : « Mais vous êtes qui ? », René Goscinny, répondait en toute modestie : « Je suis l’autre », sous-entendant celui qui fait le travail invisible. Après les expositions à la Cinémathèque française puis au musée d'art et d'histoire du judaïsme, celle du Musée d’Angoulême se centre sur le travail d’écriture du maître du scénario. 

Publicité

Un scénariste stakhanoviste, qui écrira 420 pages de BD pour divers supports en une année. Une productivité certainement venue après avoir vu des auteurs américains à la fin des années 1940. C’est aux Etats-Unis aussi, que Goscinny va apprendre à raconter des histoires : une technique basée sur des ressorts immuables, une idée (géniale), un vocabulaire inspiré du lieu où se déroule l’aventure et des pages de citations latines, avant d'élaborer le synopsis, puis, enfin le scénario. On retrouve souvent dans ses récits des duos, avec une personne à forte corpulence, et la gourmandise pour parler aux plus jeunes… Des recettes qui ont fait leur preuve jusqu’à aujourd’hui !  

Dans l'exposition consacrée au travail de scénariste de Goscinny
Dans l'exposition consacrée au travail de scénariste de Goscinny
- France Inter

René Goscinny : scénariste quel métier au Musée d’Angoulême

En complément de cette exposition, celle de Loo hui phang Ecrire est un métier apporte un contrepoint contemporain et engagé. La scénariste a demandé à ses confrères de raconter comment ils concevaient leurs histoires. Certains écrivent le matin (Fabien Velhman) d’autre plus tard dans la journée, certains en musique, d’autres en silence, certains ont besoin, pour des raisons financières parfois d’avoir plusieurs projets en même temps, d’autres préfèrent se concentrer sur une seule histoire… Rien de commun si ce n’est que lorsqu’une idée s’impose à eux, naît alors le besoin irrépressible d’aller jusqu’au bout pour la raconter. A la fin du parcours, l’autrice pointe la grande fragilité des auteurs de scénario. Souvent, dans la chaîne de la conception d’une BD, ils sont les premiers à prendre des risques en se lançant dans l’écriture sans garantie. A méditer.  

Ecrire est un métier à l’Espace Franquin 

L’hommage au Grand Prix 2021 : Chris Ware

Dans l'exposition Chris Ware au FIBD 2022
Dans l'exposition Chris Ware au FIBD 2022
© Radio France - France Inter

Les BD de Chris Ware sont passionnantes. Dans des cadres très géométriques, marqués par l’architecture, l'auteur américain raconte des histoires pourtant profondément humaines. Et joue avec intelligence des multiples possibilités graphiques du 9e art. Dans cette exposition chronologique, on découvre ses croquis. On apprend qu’il dessine des planches en trait grand format avant de les réduire pour mieux perdre son lecteur. Livre après livre, sa tendance va vers plus d’abstraction - même s'il sait également faire preuve d’un talent plus classique avec l’aquarelle, technique plus charnelle. Des objets qu’il confectionne pour concevoir ses livres montrent les capacités manuelles de celui qui assure « préférer fabriquer plutôt que dessiner ». 

Chris Ware à l’Espace Franquin

Merveilleux Blain 

L'auteur du "Monde sans fin, miracle énergétique et dérive climatique" avec Jean-Marc Jancovici, de "Quai d'Orsay", de "Gus", et de "Blueberry" avec Joann Sfar, est mis à l'honneur dans une exposition thématique (cinéma, western, la fille, Quai d’Orsay…) au Festival de la BD d'Angoulême 2022…   

Butch Cassidy et le Kid, et d’autres westerns seraient à l’origine  de la vocation d’artiste de Christophe Blain. Le plus grand cinéphile de nos auteurs BD n’a jamais réalisé de film. Il a fait mieux : des albums dans lesquels les films apparaissent sans être des citations, ni des commentaires, mais de fines références au cinéma qu'il a aimé. Sa cinéphilie s’attache à des longs métrages d’avant sa naissance. 

Voir des mecs bondir de wagon en wagon dans un western me fait presque autant band* qu’une scène de cul.

Cet amour de la conquête de l’Ouest dans le 7e art transparaît dans la célèbre énergie de son trait, mais aussi par le choix de personnages inspirés par des acteurs (Lee J Cobb ou Sophia Loren dans Blueberry avec Joann Sfar), et dans les relations entre eux - en commentaire d’Isaac le pirate, il dit dans l’exposition : « Ce sont des fâcheries à la con, mais en même temps, ils se disent des trucs vraiment durs, vraiment salauds » comme entre deux cowboys. Cette fascination pour ce genre aux codes virils n’empêche pas le très talentueux dessinateur d’insuffler une grande sensibilité dans ses sujets plus féminins. A voir absolument !         

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Christophe Blain, dessiner le temps au Vaisseau Moebius. Une partie de l’exposition sera accueillie à la Galerie Barbier à Paris. Ne pas rater le catalogue signé Antoine Guillot (France Culture).

Et aussi  

Dans l'exposition consacrée à Shigeru Mizuki
Dans l'exposition consacrée à Shigeru Mizuki
© Radio France - France Inter
  • Les fans de manga courront au Musée d’Angoulême voir l’exceptionnelle exposition consacrée au mangaka Shigeru Mizuki dont l’œuvre, marquée par la Seconde Guerre mondiale, fait la part belle aux rêves, aux yokaï et aux monstres surgis d’univers fantastiques 
  • Camille Jourdy et Lolita Sechan à L’Hôtel Saint-Simon : la très jolie surprise du festival. Un regard croisé sur ces deux artistes qui ont collaboré le temps d’un album, Caché ou pas j’arrive (Actes Sud BD). Leurs univers très délicats, mignons en apparence, cachent de véritables fêlures. L’occasion de découvrir l’envers du décor de leur album commun, leurs marottes, leurs influences, mais aussi une partie du futur livre de Lolita Séchan : Le grand chagrin de Daria Biloba, à paraître en 2023.  
  • A la Cité de la BD : de Popeye à Persépolis BD et cinéma d’animation. 

Aller plus loin