Publicité

Bande dessinée : que lire après le festival d'Angoulême 2022 ?

Par
Sélection de huit BD à lire pour les vacances de Pâques : 'Adieu triste amour', 'Hawaï solitudes'...
Sélection de huit BD à lire pour les vacances de Pâques : 'Adieu triste amour', 'Hawaï solitudes'...
- Mirion Malle, Blanche Sabbah, Gilles Rochier, Zep, Nicolas Pegon...

Une histoire subtile hawaïenne, un témoignage de victime de pédocriminalité, des ouvrages futés et écolos, une maturation féministe, un faux polar, une courageuse reconstruction après un AVC… Une sélection de BD à découvrir pour les vacances de Pâques.

Subtile tranche de vie hawaïenne

Un dessin fin et somptueux au service d’une histoire profondément humaine. À Hawaï, une mère célibataire débordée, et déprimée, s’occupe comme elle peut de son fils et de son père… Cette infirmière dévouée prépare le concours de médecin. Son chat disparaît. Son frère, musicien sans succès, débarque… Il ne se passe pas grand-chose dans ce récit familial tout en finesse, mais le dessinateur américain et illustrateur au New Yorker R Kikuo Johnson, lui-même originaire de l'île du Pacifique, parvient avec son trait minimaliste bleu à nous emmener dans son histoire de façon très puissante. C'est la vie qu'il raconte, tout simplement.

"Hawaï Solitudes" de R Kikuo Johnson chez Gallimard BD

Publicité

Quitter son pays

Une enquête dessinée sur les pas de ceux qui quittent tout. La famille Adabaan (Ibrahim, Adiba et leurs cinq enfants) a d’abord fui la Syrie pour la Jordanie. Un jour, elle embarque dans un avion pour les Etats-Unis. Là, la vie est compliquée. Si d’ici trois mois, ils ne sont pas intégrés (parler anglais, avoir un travail, des enfants scolarisés…), ils pourront être expulsés, et leurs efforts n’auront servi à rien. Le récit ne cache rien : la difficulté du quotidien et de l’adaptation à une nouvelle culture, l’angoisse, le racisme, la déception parfois… Le dessin souple et plein de trouvailles graphiques rend palpable la dureté de l’expérience. Cette BD, adaptation d’un reportage de 2016, a reçu le Prix Pulitzer du dessin de presse en 2018. Une récompense méritée.

Détail de Bienvenue dans votre nouvelle vie de Jake Halpern et Michael Sloan
Détail de Bienvenue dans votre nouvelle vie de Jake Halpern et Michael Sloan
- Buchet et Chastel

"Bienvenue dans votre nouvelle vie" de Jake Halpern et Michael Sloan chez Buchet et Chastel

Une étrange quête

C'est l'histoire d'un chien, un "hound dog" (chien de chasse) comme dans la chanson d'Elvis Presley. L'animal perdu débarque chez deux losers, César et Alexandre. Ces habitants d'une ville américaine se mettent en quête du propriétaire pour lui rendre la bête. S'ensuit une errance, plus qu'une véritable recherche. César et Alexandre croisent toute une série de personnages. Entre l'alcool, les jeux vidéo, et les rendez-vous médicaux, la vie se passe sans grand-chose à espérer. Grâce à son dessin ligne claire influencé par le cinéma d'animation et le style du dessinateur Brunö ( Tyler Cross …), Nicolas Pegon nous embarque en recréant une ambiance lourde et pluvieuse à la Twin Peaks. Impressionnant.

"Hound Dog" de Nicolas Pegon chez Denoel Graphic

Pédocriminalité dans les années 1960

Planche du "Manoir de Chatwell" de Glenn Head
Planche du "Manoir de Chatwell" de Glenn Head
- Delcourt

Dans un trait énergique qui rappelle celui des dessinateurs indés, Glenn Head raconte les abus sexuels du directeur d'un internat américain.

Il évoque l'emprise du personnage, et son double discours. Il n'oublie pas les conséquences dévastatrices sur les victimes, dont le dessinateur fait partie. Il connaitra lui-même l'alcool, les drogues, des difficultés relationnelles, sexuelles, l'autodestruction… C'est raconté sans fard, avec justesse jusque dans le déni de l'entourage qui ne peut croire qu'une telle horreur existe.

Ce témoignage en noir et blanc énergique est touchant, violent, nécessaire, mais jamais ennuyeux ni glauque. Un livre malheureusement toujours d'actualité.

"Le manoir de Chatwell" de Glenn Head chez Delcourt

Rêve de banlieue

Avec son dessin proche de la caricature, des bouches en forme de "o" et des yeux toujours exorbités, Gilles Rochier poursuit son histoire dans la cité qu'il connaît depuis l'enfance. Dans ce volume, toujours dans les tons bleus, le ton se fait plus grave. Un copain est retrouvé mort… Le dessinateur traîne sa déprime. À travers des dialogues avec des copains, il retransmet sur un ton désabusé l'histoire de son quartier. Avec autodérision, et sans misérabilisme, il restitue le parler et les préoccupations de la banlieue dont la première d'entre elles : le manque d'argent.

"Faut faire le million" de Gilles Rochier chez Six pieds sous terre

Tournant d'une jeune adulte

"Adieu, triste amour" est le titre d'une chanson de Benjamin Biolay et Françoise Hardy, mais aussi le récit de la mue d'une jeune femme. Au Québec, l'autrice de BD Cléo vivote avec son copain Thomas. Au hasard d'une rencontre, elle comprend qu'il n'est peut-être pas celui qu'il prétend être. Le doute s'installe… On suit l'héroïne jusqu'à sa décision brutale de changement. Le dessin va à l'essentiel, et sert à merveille le propos très féministe.

  • LIRE | Mirion Malle, autrice BD d'"Adieu triste amour"

"Adieu Triste amour" de Mirion Malle est édité chez La ville brûle

Ecologie et féminisme : "Mâtin" d'Internet à la BD papier

"Mâtin, quel journal !" (un clin d'œil au slogan du journal Pilote) a démarré sur Instagram pendant le premier confinement. Sur ce compte, il est question d'environnement et de féminisme. C'est toujours très bien fait avec un ton qui oscille entre réalisme et optimisme. Dargaud publie aujourd'hui en version papier trois volumes. "Mythes et meufs" de Blanche Sabbah, est un hommage aux héroïnes de fictions sous forme de réhabilitation. Dans "Procrastination écologique", Maité Robert se moque de nos grands idéaux environnementaux dézingués par notre flemme, sur un ton très humoristique dans des dessins agrémentés de photos. Et "Plastic tic tac tic" de Capucine Dupuy et Terreur Graphique dénonce la montée en flèche du plastique, et ses conséquences. Instructif et terrifiant.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Quand il n'y aura plus de mémoire

Le sujet de la perte de la mémoire préoccupe les auteurs de BD. Après la série "Bug" d'Enki Bilal, voici la variation autour du sujet de Zep. En 2113,  nous vivrons avec un cerveau augmenté, et tous nos souvenirs, tout ce que nous aurons appris se trouvera dans un "databrain center". Mais que se passera-t-il en cas de défaillance ? Un jour, un jeune homme est victime d'une panne… On suit ses pérégrinations. Les questions posées par la BD sont très contemporaines. Que faire de toutes les données stockées ? Quelles conséquences environnementales posent-elles ? Quelle sorte d'humains deviendrons-nous ?… De la SF pour réfléchir.

"Ce que nous sommes" de Zep chez Rue de Sèvres

Reconstruction après l'AVC

Un témoignage universel. Bruno Cadène, grand reporter à France Culture, est victime d'un AVC… Il se retrouve aphasique à l'hôpital. La BD raconte la lente reconstruction du journaliste avant son retour à la vie professionnelle. Grâce à la rééducation et à l'affection des siens, il va retrouver la parole… Touchant.

"Silence radio" de Xavier Bétaucourt, Bruno Cadène, Olivier Perret chez Delcourt

Et aussi

Relire "Mafalda" fait toujours plaisir. Glénat republie une compilation de strips du célèbre personnage de Quino. La sélection est résolument féministe parce que la petite Mafalda l'était.

ECOUTER | Juliette Arnaud sur Mafalda

"Fumée" de Chadia Loueslati et Nina Jacqmin chez Marabulles : une BD muette et très poétique pour raconter en douceur une addiction pourtant mortelle, celle à la cigarette.

"Saint-Exupéry, le dernier vol et autres récits" par Hugo Pratt chez Casterman… Rien que pour le plaisir de ce mariage dessiné pas si improbable entre le bédéaste italien et l'aviateur français.

"Neige écarlate, Karmela Krimm tome 2" de Franck Biancarelli et Lewis Trondheim au Lombard : le polar au féminin avec comme toile de fond Marseille sous la neige, et comme outil de détective, le téléphone portable. Toujours très bien mené !

On lit le Fauve d’Or 2022 : "Ecoute Jolie Marcia" de Marcello Quintanilha paru chez Ca et là.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Aller plus loin

On picore dans notre sélection jeunesse. Et on pioche parmi nos précédentes sélections : celle d’avant le festival d'Angoulême, de février dernier, de Noël, d'octobre, de la rentrée, de cet été, du printemps, d'après le Festival de BD Angoulême 2021…

Plus de bandes dessinées sur France Inter

On regarde les leçons de dessin données par des auteurs de BD : Comment j’ai dessiné ?