"Tintin l’aventure immersive" : trois raisons de se ruer à l’Atelier des Lumières à Paris

Publicité

"Tintin l’aventure immersive" : trois raisons de se ruer à l’Atelier des Lumières à Paris

Par
Dans l'exposition "Tintin l'aventure immersive" à l'Atelier des Lumières
Dans l'exposition "Tintin l'aventure immersive" à l'Atelier des Lumières
- C de la Motte Rouge/Culturespaces/Tintinimaginatio

Après Van Gogh, Cézanne, ou Klimt, les aventures du héros d’Hergé s’animent à l’Atelier des lumières à Paris. Pour la première fois, le lieu accueille de la BD, l’idéal pour une sortie en famille pendant les vacances de la Toussaint.

Au mur, des couvertures des aventures de Tintin dans toutes les langues sont chassées par d’immenses images en noir et blanc des BD des débuts (Tintin au pays des Soviets…). Puis par des cases plus connues de Tintin en voyageur – à cheval, en bateau, ou en avion – qui rappellent que le reporter n’a eu de cesse de parcourir le globe. Des éléments de décors aériens nous guident sous la mer, où des dessins de Tintin dans Le Trésor de Rackham le Rouge s’animent légèrement… Sur des musiques qui vont des Beatles à John Williams, Tintin court véritablement sur les murs de l’Atelier des Lumières.

En quatre parties thématiques (« Tintin grand reporter », « Le Capitaine Haddock », « Les grands méchants, « Vers l’aventure et au-delà »…), ce ne sont pas moins de 1 000 images des 24 albums de Tintin qui sont projetées sur 4 000 m2 au sol et sur les murs… En une demi-heure, elles nous font revivre 47 ans de BD. Dont un focus très réussi sur Objectif Lune et On a marché sur la Lune

Publicité

Trois bonnes raisons de s'immerger dans l'Atelier des Lumières

Tintin prend un coup de jeune

Dans "Tintin l'aventure immersive" à l'Atelier des Lumières
Dans "Tintin l'aventure immersive" à l'Atelier des Lumières
© Radio France - Anne Douhaire/France Inter

Et si Tintin était rock’n'roll ? La bande originale de l’expérience immersive comprend des titres des Beatles (Day tripper), mais aussi d’Iggy Pop (The Passenger) ou de David Bowie (Heroes)… Ce qui est pas mal pour un personnage né en 1929 ! Sa présence dans l'Atelier des Lumières correspond à la volonté de TintinImaginatio (ex-Moulinsart, l'organisme qui représente les ayants-droits d’Hergé) de faire revivre auprès des plus jeunes un héros dont le dernier album est paru en 1976. Dans le même esprit, un jeu vidéo est attendu l’année prochaine, avant un nouveau dessin animé. En attendant, ce Tintin grand format et mobile donne un coup de pep's au héros.

Tintin devient poétique

Parmi les réussites de cette expérience, les passages, où les images jouent avec les hors cases, et les changements de rythme dans l’animation légère. Ils apportent un surcroît d’intérêt et de la poésie. Les dessins idéalement composés d’Hergé se plient parfaitement à ces jeux. D’ailleurs pour mieux apprécier les clins d’œil et la variété des références, ne pas hésiter à se déplacer devant les images.

Embrasser la richesse de l'œuvre d'Hergé

Des jurons du capitaine Haddock, au fatras d’où émerge la statue Arumbaya, en passant par les visages familiers des méchants (Rastapopoulos…), ou des images de Milou… Toute l’œuvre d’ Hergé est comme dépliée à plat. On se rend alors compte de la quantité de travail qu’il a fallu à ce maître du 9e art, et de son incroyable inventivité graphique. Des images qui donnent envie de se replonger dans les 24 BD de Tintin pour retrouver le parfum de l’aventure.

Tintin l’aventure immersive à L’atelier lumière du 21 octobre au 20 novembre

Dans l'exposition "Tintin, l'aventure immersive" à L'Atelier des Lumières à Paris
Dans l'exposition "Tintin, l'aventure immersive" à L'Atelier des Lumières à Paris
- ans l'exposition "Tintin l'aventure immersive" - C de la Motte Rouge/TintinImaginatio/Culturespaces