Publicité

Blanquer annonce la fin des classes en demi-jauge dans les collèges “à partir de la semaine prochaine”

Depuis la reprise des cours dans les collèges et lycées, le 3 mai dernier, les élèves de 4ème et 3ème sont en demi-jauge dans les 15 départements qui étaient classés rouge.
Depuis la reprise des cours dans les collèges et lycées, le 3 mai dernier, les élèves de 4ème et 3ème sont en demi-jauge dans les 15 départements qui étaient classés rouge.
© Radio France - Emmanuel Claverie

Les élèves de 4e et 3e, qui suivaient les cours en demi-jauge dans 15 départements les plus touchés par le virus depuis le 3 mai, seront de retour en classe entière "à partir de la semaine prochaine", annonce le ministre de l'Éducation nationale. La demi-jauge reste en revanche maintenue dans les lycées.

“Du fait de l'amélioration de la situation sanitaire, à partir de la semaine prochaine, les 4e et 3e de ces départements pourront revenir en présence en classe entière”, a déclaré le ministre de l’Education nationale, invité d’Europe 1 vendredi. “Cela peut être progressif pour certains ; il faut laisser le temps aux principaux de collèges, aux professeurs et à toutes les équipes de s'organiser”, a-t-il précisé. Interrogé sur le sujet sur Franceinfo, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a également confirmé le retour en classe à 100% des collégiens dès la semaine prochaine.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des demi-jauges depuis le 3 mai dernier

Depuis la reprise des cours dans les collèges et lycées, le 3 mai dernier, les élèves de 4e et 3e sont en demi-jauge dans les 15 départements qui étaient classés rouge. Les départements jusqu'ici concernés par le système de demi-jauge sont les 8 départements de la région parisienne, ainsi que l'Oise, l'Aisne, le Nord, la Sarthe, le Rhône, la Loire et les Bouches du Rhône. Les taux d'incidence dans ces départements ont fortement baissé et sont parfois inférieurs à ceux de départements où les élèves sont en classe entière. 

Publicité

La décision de maintenir ces demi-jauges paraissait donc incohérente pour certains parents et enseignants. Le ministre a répondu ce matin aux attentes. En revanche, la demi-jauge reste en revanche maintenue dans les lycées, mais Jean-Michel Blanquer a estimé que la situation pouvait "bouger d'ici aux vacances d'été" du fait de l'amélioration de la situation sanitaire. 

À ce titre, le ministre a fait état d'une nette baisse du nombre de cas de contamination au Covid-19 dans le milieu scolaire. "Sur les sept derniers jours, c'est 12 922 élèves qui sont des cas confirmés, nettement en baisse par rapport à ce qu'on avait la semaine précédente. C'est 1 322 personnels, là aussi en baisse. On est autour de 0,1% de personnes concernées", a-t-il détaillé. Au total, 5 110 classes sont fermées, soit 0,9% de l'ensemble, a-t-il observé.
 

Un retour progressif possible

Didier Georges, secrétaire national du syndicat des chefs d’établissements SNPDEN et principal du collège La Grange aux Belles à Paris, regrette que "comme souvent, l'annonce arrive un vendredi pour un lundi, et il n'est pas sûr que tous les établissements soient prêts". Pour lui la fin des demi-jauges amène aussi son lots de réorganisations, "il y a la réorganisation de la demi-pension, avec une augmentation du volume de demi-pensionnaires, à prendre en compte si on veut continuer à appliquer rigoureusement le protocole sanitaire avec des groupes séparés."

Le retour à la normale "va créer quelques déséquilibres dans l'alternance des enseignements auprès des élèves", Didier Georges, va proposer plusieurs scenarii aux parents, la solution étant peut-être d'attendre une semaine pour revenir en jauge pleine. "C'est un énième casse-têtes" explique le principal du collège parisien. "On est une profession flexible mais on est fatigué et épuisé" conclut-il au micro de Sonia Princet.