Publicité

Bonne ambiance, respect, épanouissement : les jeunes redéfinissent le monde du travail

Par
Pour les jeunes, une bonne ambiance de travail est primordiale [photo d'illustration].
Pour les jeunes, une bonne ambiance de travail est primordiale [photo d'illustration].
© Maxppp - IP3 PRESS

La Fondation Jean-Jaurès publie ce jeudi son baromètre "Les jeunes et l'entreprise". Un état des lieux sur les attentes de la jeune génération vis-à-vis du monde du travail. Si on remarque que le rapport au travail évolue, les personnes interrogées montrent aussi un attachement aux valeurs fondamentales.

À l'occasion du Parlement des Jeunes ce jeudi, la Fondation Jean-Jaurès publie son rapport - réalisé avec la Macif - sur "Les jeunes et l'entreprise". Plusieurs résultats ressortent : pour les 18-24 ans interrogés - représentatifs de la population - l'entreprise doit être une entité créatrice d'emplois mais utile pour la société. L'entreprise idéale est surtout locale, respectueuse et source de bonne ambiance. Et même si le salaire reste toujours une préoccupation majeure, l'étude montre que ce qui faisait rêver avant n'est plus forcément ce qui attire maintenant.

Un des points importants de cette étude concerne le cadre interne de l'entreprise : les jeunes veulent un travail où il fait bon vivre, où règne la notion de respect. Plus de la moitié des personnes interrogées (55%) estime que la bonne ambiance au travail est l'élément le plus important dans les rapports avec les collègues. 

Publicité

En terme de management, les jeunes attendent avant tout d'un manager "qu'il crée un environnement de travail épanouissant", un jeune sur trois le souhaite. Un manager capable également de "reconnaître le travail accompli" (31% des personnes interrogées y attachent de l'importance). 

Les entreprises du CAC 40 ont moins la cote

Les jeunes veulent aussi des entreprises qui s'engagent. 37% des sondés estiment que les entreprises doivent être utiles pour la société et doivent s'engager sur des projets. L'environnement arrive en tête (29%), suivi par la lutte contre les discriminations (27%) et la lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes (25%). 

Autre point révélé par l'étude, les entreprises du CAC 40 font moins rêver qu'avant. Seuls 13% des jeunes veulent en rejoindre une. Les jeunes préfèrent travailler dans une start-up ou bien dans une entreprise de l'économie sociale et solidaire. Mais ce qui fait le plus envie aujourd'hui, ce sont les entreprises locales. Elles attirent 39% des jeunes.

Le salaire, au cœur des préoccupations des jeunes

Il y a bel et bien une volonté de redéfinir le monde du travail de la part de la jeune génération mais ces jeunes sont lucides sur ce qu'ils en attendent et restent attachés à des besoins fondamentaux. "Stabilité, argent, rémunération, salaire, une entreprise est d'abord là pour embaucher et pour créer de l'emploi, comme le disent des jeunes quand on les interroge", explique Jérémie Peltier, directeur des études de la fondation Jean-Jaurès_. "Il y a donc bien un retour aux fondamentaux. La question du salaire reste au cœur et en tête des préoccupations et des attentes des jeunes français (43%) quand on les interroge sur le monde du travail et sur leur avenir professionnel." _

Lorsqu'on leur demande le premier mot qui leur vient à l'esprit quand on leur parle d'entreprise, 40% d'entre eux répondent le mot "travail", puis "argent" (14%) et enfin "salaire" (12%). Enfin, à la question : "Quel est le rôle principal d'une entreprise ?",  ils répondent majoritairement celui de "créer de l'emploi" (57%), devant le fait d'être utile pour la société.

Et si vous pensiez que la jeune génération avait la bougeotte, erreur : 30% d'entre eux espèrent rester au sein de la même entreprise toute leur carrière. Quant au télétravail, ils sont seulement 12% à souhaiter télétravailler à temps complet.