Brignoles, le lendemain de l'élection

Publicité

Brignoles, le lendemain de l'élection

Laurent Lopez a remporté l'élection cantonale de Brignoles
Laurent Lopez a remporté l'élection cantonale de Brignoles
© MaxPPP/Nice Matin/Frank Muller

Gauche et droite se renvoient la responsabilité de l'élection d'un conseiller général FN dimanche à Brignoles. Laurent Lopez, l'élu, se dit victime de menaces et d'insultes de la part de ses adversaires qu'il accusés de faire preuve d'extrémisme.

Laurent Lopez est devenu dimanche le deuxième conseiller général FN de France après sa victoire face à la candidate UMP Catherine Delzers (53,9% - 46,1%).

Publicité

Le FN avait déjà réalisé de bons scores ces dernières années dans le canton de Brignoles. En 2011, l'élection avait déjà été remportée par un candidat du Front national avec 4.407 voix avant d'être invalidée par le Conseil d'Etat.

Gauche et droite se renvoient la responsabilité

Jean-Marc Ayrault a accusé lundi l'UMP d'avoir une lourde responsabilité dans la victoire du Front national. "La responsabilité des dirigeants de l'UMP, qui n'ont même pas levé le petit doigt pour défendre leur candidate, est extrêmement importante", a déclaré à la presse le Premier ministre, ajoutant: "Il ne faut pas qu'ils s'étonnent ainsi qu'une partie de leurs électeurs les fuient pour aller directement" vers le FN.

Selon Jean-Marc ayrault, "les socialistes ont pris leurs reponsabilités et ne cèderont jamais face au Front national".

Jean-Marc Ayrault

S Ayrault- Brignoles

34 sec

Quant à L'UMP, Il estime que c'est la politique du gouvernement qui a poussé dimanche les électeurs de cette petite ville du Var à voter pour l'extrême droite.

Jean-François Copé a demandé à Jean-Marc Ayrault de "reprendre ses esprits" et à montrer de "l'humilité". Selon le président de l'UMP "le résultat de Brignoles est d'abord une sanction d'une gestion désastreuse au niveau local et calamiteuse au niveau national".

Jean-François Copé

S Copé / ayrault brignoles

49 sec

Le nouveau conseiller général accuse

Laurent Lopez, invité de France Inter lundi matin, a expliqué être victime de menaces et d'insultes et a affirmé que sa permanence avait été dégradée dimanche soir. "Moi, l'extrémisme, je l'ai rencontré hier soir quand j'ai été victime de menaces d'invectives, d'insultes. J'ai dû faire face aux dégradations de véhicules, de ma permanence". "Les forces de l'ordre sont en train de mener des enquêtes, des dépôts de plaintes ont été effectués", a-t-il précisé.

Laurent Lopez

L invite de 7h50 - Invité Brignoles 7h50 Web

6 min

Marie-Christine Lauriol, journaliste du bureau de France Inter à Marseille, précise que les graffiti présents sur les locaux de la permanence de l'élu FN, datent en fait d'une semaine.

La gendarmerie de Brignoles n'est pas en mesure pour l'instant de confirmer ou d'infirmer le dépôt de plainte par Laurent Lopez.