Publicité

Bruno Gantz "a rejoint le ciel au-dessus de Berlin"

Bruno Ganz est mort ce samedi d'un cancer. L'acteur suisse alémanique avait 77 ans
Bruno Ganz est mort ce samedi d'un cancer. L'acteur suisse alémanique avait 77 ans
© Getty - Getty Images / Tristar Media

Celui qui avait tourné pour les plus grands réalisateurs allemands Werner Herzog, Volker Schlöndorff et surtout Wim Wenders qui lui avait offert son plus beau rôle dans les "Ailes du désir", est décédé ce samedi des suites d'un cancer de l'intestin. Il avait 77 ans.

Bruno Ganz était l'un des plus grands acteurs de langue allemande. Il aimait autant le cinéma que les planches où il s'était illustré dans des rôles majeurs comme "Faust" de Goethe. Né en 1941 dans une famille ouvrière, Bruno Ganz avait voulu, dès le plus jeune âge, devenir acteur et pour ça il avait quitté la Suisse pour l'Allemagne au début des années 1960.   

Après avoir joué dans quelques uns des théâtres les plus prestigieux d'Allemagne et avoir été désigné "acteur de l'année" en 1972 pour ses rôles au théâtre, le cinéma fait appel à lui et notamment très vite Wim Wenders pour L'Ami américain ou Peter Handke pour La femme gauchère.

Publicité

Claude Goretta, Mauro Bolognini, Alain Tanner ou Theo Angelopoulos le font tourner. 

En 1987 il est l'ange Damiel dans Les Ailes du désir de Wim Wenders. Un film qui recevra la palme de la mise en scène à Cannes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Jouer Adolf Hitler était impensable pour les acteurs allemands. Suisse, Bruno Ganz répond favorablement à Oliver Hirschbiegel en 2004. Sa performance dans La Chute (Der Untergang) est d'autant plus remarquée qu'il livre un Hitler complexe, pathétique, paranoïaque et colérique, en tout cas "humain". Un rôle dont il confiait qu'il l'avait hanté durant de nombreuses années.

On le verra ensuite sous la direction de Jonathan Demme, Francis Ford Coppola, Bille August, Ridley Scott, Barbet Schroeder ou Terrence Malick.

Son dernier rôle restera celui de l'inconnu dans The House that Jack Built, de Lars von Trier, un film sur l'épopée sanglante d'un tueur en série présenté hors compétition à Cannes.

"Personne ne pouvait échapper au pouvoir fascinant de sa conception des rôles", rappelle la secrétaire d'État allemande à la Culture, Monika Grütters qui souligne que Bruno Ganz a également été une "icône du théâtre germanophone". Parmi les nombreux autres hommages, celui du directeur du festival du film de Berlin. Dieter Kosslick, n'oublie pas le rôle joué par Bruno Ganz dans "Les Ailes du désir", dont le titre original en allemand signifie "Le ciel au-dessus de Berlin".  "J'ai le sentiment que rien ne doit l'empêcher à présent de rejoindre le ciel au-dessus de Berlin" a-t-il dit.