"C'est extrêmement terrifiant" : quatre questions sur le record de chaleur en Antarctique

Publicité

"C'est extrêmement terrifiant" : quatre questions sur le record de chaleur en Antarctique

Par
Un iceberg en Antarctique, dans la "Paradise bay".
Un iceberg en Antarctique, dans la "Paradise bay".
© AFP - Michael Nolan / Robert Harding

Records de chaleur en Antarctique. Les températures sont exceptionnellement élevées. Pour preuve, il fait environ -11 degrés alors qu'il devrait normalement faire -50. Un climatologue que France Inter a contacté évoque "quelque chose d'extrêmement terrifiant." Décryptage de cette vague de chaleur.

Près de 40 degrés au-dessus de la normale. Le thermomètre explose depuis ces derniers jours en Antarctique et a ainsi atteint des températures exceptionnellement élevées. Un phénomène qui ne surprend pas forcément les climatologues mais les préoccupe néanmoins. Un exemple de plus d'un "réchauffement qui s'accélèrerait en Antarctique" selon l'un d'entre eux, contacté par France Inter. Décryptage de cette vague de chaleur en quatre questions. 

Quelles températures ont été enregistrées ?

La base de recherche de Concordia, installée sur le Dome C du plateau antarctique à plus de 3 000 mètres d'altitude, a par exemple enregistré vendredi dernier une "chaleur" record de -11,5°C. Il devrait normalement faire -50. Il s'agit d'un "record absolu tous mois confondus, battant les -13,7°C du 17 décembre 2016", selon Etienne Kapikian, prévisionniste chez Météo-France. 

Publicité

Les températures devraient pourtant avoir chuté avec la fin de l'été austral mais la base Dumont d'Urville, installée elle sur la côte de la Terre Adélie, a établi un record de douceur pour un mois de mars, avec +4,9°C, et une température minimale record de +0,2°C le 18 mars.  "Les journées sans gel sont occasionnelles à (Dumont d'Urville), mais elles ne s'étaient jamais produites après le 22 février (en 1991)", note Gaëtan Heymes, lui aussi de Météo-France. Il décrit un "événement historique de douceur sur l'est" du continent glacé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Comment expliquer cette vague de chaleur ?

"On a une situation exceptionnelle qui est due au fait qu'il y a un anticyclone très fort sur l'océan australe avec, plus à l'ouest, des basses pressions et donc ça laisse place à ce que l'on appelle une rivière atmosphérique" explique Françoise Vimeux, climatologue. La directrice de recherche à l’Institut de Recherche pour Développement, ajoute que "c'est donc un courant atmosphérique qui transporte de l'air chaud et humide vers ce secteur de l'Antarctique."

Quelle principale conséquence ?

La fonte de la glace. Voilà l'une des conséquences directes de cette vague de chaleur analyse Jean-Baptiste Sallée, océanographe et climatologue au CNRS, contacté par France Inter. La perte de glace est déjà observable et "va continuer dans le futur", pouvant provoquer une "augmentation du niveau des mers globale". Il y a donc "un impact direct de cette fonte sur nos côtes en France."

Comment réagissent les scientifiques ? 

Même s'il n'est pas possible au moment précis où un événement se produit de l'attribuer au changement climatique, un des signes les plus clairs du réchauffement de la planète est la multiplication et l'intensification des vagues de chaleur. Les pôles se réchauffent encore plus vite que la moyenne de la planète, qui a gagné en moyenne environ +1,1°C depuis l'ère pré-industrielle.  Cette vague de chaleur dans l'est de l'Antarctique intervient alors que fin février, la banquise de l'Antarctique avait atteint sa superficie la plus petite enregistrée depuis le début des mesures satellites en 1979 : moins de 2 millions de km2, selon le centre de recherche américain National Snow and Ice Data Center.

Quelque chose qui est pour nous, scientifiques, extrêmement terrifiant

Françoise Vimeux ne se dit "pas vraiment surprise parce que si je rappelle les conclusions du rapport du GIEC l'été dernier, on s'attend à ce que les impacts du changement climatique s'intensifient et se généralisent et, en particulier les événements extrêmes comme les vagues de chaleurs. On sait que le changement climatique vient exacerber à la fois l'intensité et la fréquence de ces événements extrêmes." 

Même avis du côté Jean-Baptiste Sallée, océanographe et climatologue au CNRS, qui ajoute que les pôles ne sont donc "pas épargnés". Il estime que c'est "quelque chose qui est pour nous, scientifiques, extrêmement terrifiant et surprenant de voir cela arriver devant nos yeux." Le climatologue l'affirme : "On voit un possible changement qui se passe en Antarctique, des choses assez surprenantes. Cette année, on a le plus gros minimum depuis que l'on observe la banquise en Antarctique. On voit ces événements extrêmes et on se demande si on est pas en train d'être dans un changement d'état du système en Antarctique, c'est à dire un réchauffement qui s'accélèrerait."

"Des épisodes comme cela font réfléchir

On parle beaucoup depuis de nombreuses années de l'impact de l'Homme sur l'environnement. Ce phénomène marque les esprits et "c'est vrai que des épisodes comme cela font réfléchir" déclare Hervé Le Treut, climatologue et membre de l'Académie des sciences, contacté par France Inter. "Il faut en tout cas prendre cela comme des indices très forts à partir desquels on doit travailler." D'après cet ancien membre du GIEC, "derrière cela, il y a certainement des choses qui peuvent se produire de manière naturelle mais c'est évident aussi qu'il y a la présence humaine qui change énormément la donne aujourd'hui." D'après Hervé Le Treut, il faut donc "anticiper ce qui va se produire. S'il y a des démarches à faire pour avoir un monde qui soit un peu différent, il faudra le faire. Ce ne sont pas des petits gestes généralement qui vont permettre de résoudre ces problèmes-là."