Publicité

Canada : les 49,5°C mesurés mardi dépassent de loin les précédents records de températures

Par
Les 22 records de chaleurs enregistrés depuis le 26 juin au Canada représentent un tiers de tous les records enregistrés depuis le début du XXe siècle.
Les 22 records de chaleurs enregistrés depuis le 26 juin au Canada représentent un tiers de tous les records enregistrés depuis le début du XXe siècle.
© AFP - Don MacKinnon

Avec plus de 49°C observés mardi, le village de Lytton (Colombie-Britannique) a battu le record de chaleur le plus élevé jamais observé au Canada. Le précédent datait de... 1937.

Une chaleur extrême et meurtrière. Le Canada a enregistré un record de chaleur mardi, pour le troisième jour consécutif, le mercure atteignant 49,5°C à Lytton, village au nord-est de Vancouver, en pleine vague de chaleur dans l'ouest du continent américain. Un pic provoqué par un phénomène appelé "dôme de chaleur", à savoir de hautes pressions qui emprisonnent l'air chaud dans la région et dont nous vous expliquions le principe et son caractère exceptionnel à cette latitude dans un précédent article.

À Vancouver, le mercure a encore facilement franchi la barre des 30 degrés mardi, selon le service canadien de météorologie, bien au-dessus de la normale de 21 degrés en cette saison, pendant qu'à l'intérieur des terres, la température était insupportable. Elle est également montée à 42 degrés dans la station de ski de Whistler, au nord de Vancouver.

Publicité

Relevés historiques

Selon les relevés météorologiques effectués dans le pays d'Amérique du Nord, l'année 2021 enregistre donc la température la plus élevée depuis le dernier record qui date de 1937. 45°C avaient été relevés à Yellow Grass, dans le Saskatchewan, à une centaine de kilomètres au nord de la frontière américaine avec le Montana. Notre graphique indique clairement le caractère inédit de la vague de chaleur de cette fin juin 2021. 

Signe que cet épisode est particulièrement exceptionnel, les 22 records de chaleurs enregistrés depuis le 26 juin représentent un tiers de tous les records enregistrés depuis le début du XXe siècle. Jusqu'alors, au Canada, les thermomètres n'avait jamais homologué des températures au-delà de 45 °C. Ce seuil a été franchi dimanche, avec 46 °C observés, déjà à Lytton, en Colombie Britannique. 

Pic de chaleur meurtrier

Cette vague de chaleur inédite au Canada a eu, ces derniers jours, des conséquences importantes, dont plusieurs incendies de forêts de part et d'autre de la frontière canado-américaine et une surmortalité importante. Au moins 134 personnes, dont une majorité de personnes âgées, sont mortes subitement ces derniers jours dans la région de Vancouver, dans l'ouest du Canada.

"Vancouver n'a jamais connu une telle chaleur et, malheureusement, des dizaines de personnes en sont décédées", a déclaré un porte-parole de la police de Vancouver, Steve Addison, dans un communiqué.

De leur côté, les services du médecin-légiste de la province ont indiqué avoir "enregistré une augmentation importante du nombre de morts signalées" depuis la fin de semaine dernière "où la chaleur extrême a joué un rôle", ne laissant aucun répit y compris la nuit.  

Ironie de Joe Biden

Cette canicule historique, qui s'est étendue aux villes du nord-ouest des États-Unis, a suscité des commentaires teintés d'ironie du président américain Joe Biden sur les climatosceptiques. "Est-ce que quelqu'un avait imaginé qu'un jour en regardant les informations, ils diraient qu'il fait plus de 46 degrés à Portland, dans l'Oregon ? 46 degrés, mais ne vous inquiétez pas, il n'y a pas de réchauffement climatique. Cela n'existe pas. C'est le fruit de notre imagination", a-t-il lancé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

À Portland (Oregon) ou à Seattle (État de Washington), connues pour leur climat tempéré et humide, la température a aussi atteint des records inégalés depuis le début des archives, en 1940. Il a fait 46,1 degrés Celsius à l'aéroport de Portland lundi et 41,6 degrés à celui de Seattle, selon les relevés du service météorologique américain (NWS). 

Le changement climatique provoque en effet des températures record appelées à devenir plus fréquentes. Sur le plan mondial, la décennie qui s'est achevée en 2019 a été la plus chaude jamais enregistrée et les cinq années les plus chaudes l'ont été au cours des cinq dernières années.