Publicité

CARTE - Quels sont les départements les plus sous-cotés en médecins généralistes ?

Par
Les déserts médicaux sont de plus en plus présent en France.
Les déserts médicaux sont de plus en plus présent en France.
© Maxppp - Fred Haslin

Selon la Drees, près de 26 départements ont au moins 200 communes sous-dotées en médecins généralistes.

Les Français ont de plus en plus de mal à décrocher un rendez-vous chez le médecin, selon une étude statistique de la Drees menée entre 2019 et 2021 sur toute la France. Elle confirme un constat : il est difficile, voire impossible aujourd’hui d'avoir un rendez-vous chez son médecin généraliste dans certains départements. Une partie d’entre eux étaient d'ailleurs en grève jeudi.

Ils dénoncent leurs conditions de travail et demandent un doublement du prix de la consultation, de 25 à 50 euros. Le patron de l'Assurance maladie s'est dit favorable à des revalorisations, mais pas de cette ampleur. L'un des problèmes soulevés par les généralistes est le manque de professionnels sur le terrain à cause du manque d'attractivité du métier.

Publicité

L’Aisne, l’Eure, la Seine-et-Marne, départements les plus sous-dotées

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) établit chaque année un indicateur d’accessibilité aux médecins généralistes. Selon ses dernières données, les Français vont consulter leur médecin généraliste en moyenne 3,4 fois par an. Un indicateur en baisse, il était de 3,5 en 2019 et 3,7 en 2016. La logique est simple : une commune est considérée comme sous-dotée en médecins généralistes quand son "APL", l’indicateur d’accessibilité potentielle localisée est inférieur ou égal à 2,5 consultations par an.

Depuis 2015, le constat est le même chaque année, un nombre croissant de communes se retrouvent dans ce qu’on appelle un désert médical. La grande majorité de ces villes se situe dans le centre-est du pays. Dans le détail, près de 26 départements ont au moins 200 communes sous-dotées en médecins généralistes. En tête arrive l’Aisne, l’Eure, la Seine-et-Marne, la Saône-et-Loire, puis vient l’Oise et la Côte d’Or. En revanche, le Sud et l’Ouest du pays sont un peu mieux dotés. Par exemple, il y a seulement sept communes des Bouches-du-Rhône dont l’indicateur d’accessibilité potentielle localisée est inférieur à 2,5 consultations par an. Le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine sont peu confrontés au manque de médecins.

"On produit chaque année un indicateur d’accessibilité au médecin généraliste, qui est un indicateur local", explique Jehanne Richet, la cheffe du bureau des professions de santé au sein de la Drees. "On met en regard le nombre de professionnels de santé d’un côté autour d’une commune avec les besoins de la population. Plus une population sera âgée, plus elle va avoir besoin de consulter un médecin généraliste. Notre indicateur permet de tenir compte de ça."

Cet indicateur permet de mesurer les disparités territoriales. "Elles viennent du fait qu’il y ait soit moins de médecin au sein d’un département, soit du fait que les besoins de la population sont plus élevés, car ils ont une population relativement plus âgée", poursuit Jehanne Richet.

Plus de sages-femmes et d'infirmières

En revanche, selon la Drees, à la différence des médecins généralistes, "les professions de sages-femmes, d’infirmières et de masseurs-kinésithérapeutes suivent une dynamique démographique croissante". Elle se traduit "par une augmentation de l’accessibilité, particulièrement marquée dans le cas des sages-femmes". Elle est de + 11 % entre 2019 et 2021, après +16% entre 2016 et 2019.