Publicité

Ce que l'on sait sur la photo d'un bébé sauvé de la noyade par la garde civile espagnole à Ceuta

Une image publiée par la Guardia Civil espagnole le 18 mai 2021 montre un membre de la Guardia Civil espagnole tenant un bébé migrant dans l'eau au large de l'enclave espagnole de Ceuta.
Une image publiée par la Guardia Civil espagnole le 18 mai 2021 montre un membre de la Guardia Civil espagnole tenant un bébé migrant dans l'eau au large de l'enclave espagnole de Ceuta.
© AFP - Handout / Spanish Guardia Civil

La garde garde civile espagnole a posté mardi sur Twitter la photo d'un nourrisson sauvé de la noyage à Ceuta. Bouleversante, l'image a fait le tour de la toile, avant d'être soupçonnée - à tort - d'être un fake.

L'image est glaçante. En quelques heures, la photo d'un bébé sauvé de la noyade à Ceuta par un homme a fait le tour de la toile. Devenue le symbole de la crise migratoire qui se joue dans cette enclave espagnole située en face de Gibraltar, la photo est rapidement devenue virale. Dans quelle contexte a-t-elle été prise ? Que sait-on du nourrisson ? Pourquoi certains ont-ils émis des doutes - ensuite évacués - sur l'authenticité de l'image ? Voici ce que l'on sait. 

Comment la photo a-t-elle été diffusée ?

Mardi 18 mai, à 15h44, la garde civile a publiée sur son compte Twitter plusieurs photos, expliquant avoir sauvé "la vie de dizaines de mineurs qui arrivent à Ceuta par la mer avec leur famille". Celle du nourrisson en fait partie. La publication a été retweetée plus de 5 500 fois. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans quel contexte cette photo a-t-elle été prise ?

Depuis le début de la semaine, le port espagnol de Ceuta, au nord du Maroc, connaît un afflux sans précédent de candidats à l'exil qui profitent d'un relâchement des contrôles frontaliers côté marocain, en raison de la crise diplomatique qui oppose Madrid et Rabat. Parmi ces migrants, de très nombreux adolescents et enfants en bas âge, emmenés par leur famille. C'est dans ce cadre qu'est intervenue la Garde civile espagnole en début de semaine.

L'un des sauveteurs Juan Francisco Valle a expliqué au journal El Païs qu'en tant que plongeur dans la marine, il était prêt à répondre à toutes sortes de situations, mais qu'il n'avait jamais "rencontré une marée humaine comme celle-ci" avec des "centaines de personnes désespérées". Les personnes prises en charge avaient sauté d'un brise-lame pour rejoindre la côte à la nage. "Notre travail habituel consiste à récupérer les corps des morts dans les eaux, qu'ils proviennent de la mer, d'un marais ou d'une rivière. Mais cette fois, nous avons dû sauver des personnes vivantes, de tous âges, et faire la distinction entre les personnes dans l'eau qui avaient le plus besoin de notre aide"

Que sait-on du nourrisson de la photo ?

Sur Cadena Ser, le sauveteur a décrit le moment où il a découvert qu'une femme portait un enfant. "Mon collègue et moi pensions que la femme avait un sac à dos, mais dans l'un des mouvements, nous avons réalisé que c'était un bébé. Elle essayait de rester à flot avec une sorte de jouet, un flotteur. Nous sommes allés les chercher, j'ai enlevé le bébé de son dos et je suis allé rapidement vers la côte pendant que mon partenaire aidait sa mère".

Le bébé "était gelé, froid, ne bougeait plus. Sincèrement, je ne savais pas s'il était vivant ou non", a-t-il détaillé. Finalement, le nourrisson - dont l'âge est estimé à deux mois - est hors de danger, ont précisé les autorités espagnoles.

Non, il ne s'agit pas d'une vieille photo

La photo de Juan Francisco Valle publiée par la Garde civile a fait le tour de la toile. Mais son authenticité a été contestée par certains commentateurs en Espagne et sur des réseaux sociaux marocains. Le média Yabiladi a relevé une liste de sites d’information marocains, dont Hespress, qui prétendaient que l'image était ancienne et concernait des faits ayant eu lieu en Turquie. Ils en voulaient pour preuve une recherche inversée d'image, qui renvoyait sur un article turc de 2020. 

Pour autant, il ne s'agit pas de la même image. L'authenticité de la photo de la Guardia Civil est confirmée par d'autres clichés pris sous différents angles le 17 mai par Europa Press.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La garde civile a de son côté indiqué que "malgré les nombreuses images contrefaites et déroutantes qui ont émergé ces dernières heures, nous sommes confrontés à une image bien réelle. Félicitations et merci beaucoup à Juan Francisco Valle et à ses collègues".