Publicité

Cinq euros de remise sur un plein d'essence : l'annonce de Total en cinq questions

Par
 Des voitures font le plein de carburant dans une station-service TotalEnergies le 27 janvier 2022.
Des voitures font le plein de carburant dans une station-service TotalEnergies le 27 janvier 2022.
© AFP - Patxi Beltzaiz

À partir de lundi, TotalEnergies promet "une déduction de cinq euros pour 50 litres" d’essence en zone rurale et un chèque de 100 euros pour les abonnés au gaz. Quels clients vont en bénéficier et ces remises permettent-elles de contrer la hausse des prix de l'énergie ?

Total veut alléger la facture des français. Le groupe avance deux mesures concrètes : un chèque gaz de 100 euros attribué par TotalEnergies pour ses clients et des remises sur les carburants dans ses stations-services situées en zone rurale. Le PDG du groupe Patrick Pouyanné était interrogé mercredi sur RTL, alors que les prix de l’énergie atteignent des sommets. "Il faut qu'on fasse quelque chose vis-à-vis de nos clients, c'est aussi cela le partage de la valeur ajoutée" explique-t-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Quels clients vont bénéficier du chèque gaz de cent euros ?

Le chèque de 100 euros sera distribué aux abonnés au gaz en situation de précarité énergétique. 200.000 clients sont concernés. Il s’agira d’une remise automatique sur leur facture. Les foyers ciblés seront ceux qui ont déjà bénéficié des chèques énergies du gouvernement envoyé en décembre. Le coût de l’opération est d’environ "20 millions d’euros pour l’entreprise" d’après le PDG du groupe pétrolier français, "ce qui représente 30% de la marge de Total sur cette affaire" poursuit-il.

Publicité

Qui va bénéficier de la remise pour les carburants ?

En ce qui concerne les carburants, le groupe va proposer des remises en caisses pour les clients de ses stations-service dans les zones rurales, "là où il y a les populations pour qui la voiture est indispensable". "Pour un plein de 50 litres, ils auront une remise de cinq euros" précise Patrick Pouyanné, "ou de 2 euros pour 20 litres", c'est en moyenne une réduction de dix centimes par litres selon le calcul de l'entreprise. Plus de 1.150 stations Total sont situées dans des communes de moins de 6 000 habitants. La mesure entrera en vigueur lundi 14 février et s’appliquera pendant trois mois. La liste sera publiée sur le site de TotalEnergies.

Pourquoi cette annonce ?

Ces mesures dévoilées par le PDG du groupe pétrolier interviennent à la veille de la publication des résultats financier de 2021 de TotalEnergies. Ils s'annoncent record d'après l’estimation réalisée par l’agence Bloomberg, avec un bénéfice net de près de 15 milliards d'euros. De quoi interroger alors que les prix de l'énergie flambent, comme ceux du gaz et des carburants. Est-ce un effet d'annonce pour tenter de s'éviter certaines critiques ? La moitié des profits de l'entreprise seront versées aux actionnaires. A l'étranger, les groupes britanniques BP et Shell ont également publié des bénéfices colossaux. 

Les deux mesures annoncées mercredi "représentent une contribution d'environ 50 millions d'euros, équivalent à 30% de la marge des activités de fourniture de gaz, électricité et carburants en France", a précisé le groupe. 

Ces remises permettent-elles de contrer la hausse des prix de l'énergie ?

Les prix des carburants routiers vendus en France ont continué de grimper vers de nouveaux records la semaine dernière, alimentés par la hausse des cours du brut : le litre de gazole a atteint 1,6854 euro en moyenne et celui de super SP95 1,7654 euro. "Je pense que le prix du pétrole est haut durablement", a dit M. Pouyanné mercredi matin. 

D'après le ministère de la Transition écologique, le litre de gazole à la pompe s’élevait à 1,6704 euro le 28 janvier, c'est 13,73 centimes de plus que le dernier record atteint à la mi-octobre 2018, où le litre atteignait 1,5331 euro. Le prix du litre d’essence (sans plomb 95) s'élève lui à 1,7202 euro. Le précédent pic datait de l'automne 2018.

Entre le 25 juin 2021 et le 28 janvier 2022, le gazole a augmenté, toujours d'après les données du ministère, de 24,88 centimes, et le SP95 de 19,44 centimes. Après calcul, en six mois, le plein de 50 litres de gazole a augmenté de 12,04 euros, et celui de SP95 de 9,72 euros.

Quelles réactions politiques ?

Le candidat d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle Yannick Jadot a réagi à ces mesures. Il appelle sur LCI le groupe TotalEnergies à changer de modèle économique plutôt que de faire la "charité" à ses clients. "Vous savez pourquoi il fait ça ?" interroge Yannick Jadot, "parce qu'il va sortir que son bénéfice net cette année c'est le record absolu, 15 milliards d'euros". Le candidat trouve que Total "fait aujourd'hui beaucoup, beaucoup d'argent sur le dos des Français". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le député écologiste Mathieu Orphelin est sur la même longueur d’onde. Il dénonce "un geste tardif". "Je propose depuis des mois la taxation exceptionnelle des bénéfices faits sur la crise pétrolière, ou encore des prêts à taux zéro garantis par l’Etat pour changer de véhicule et un chèque carburant massif ciblé vers les actifs précaires."

Le chiffre vertigineux de 15 milliards d'euros probable de bénéfice a été dénoncé par le candidat LFI à l'élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, lors d'un meeting à Tours la semaine dernière : "Cette année, Total a fait le bénéfice le plus important de toute l'histoire de toutes les entreprises en France, le plus immense profit". Avant d'ajouter, alors que la foule huait Total : "Comment ça 'ouh' ? Mais enfin, vous plaisantez, il n'y a qu'à leur prendre, tant mieux."

Pour le député La France insoumise du Nord et coordinateur de LFI Adrien Quatennens, ce coup de pouce "est une bonne chose mais c'est clairement insuffisant". Sur BFM TV, le député de la Somme François Ruffin réclame au gouvernement "de bloquer les dividendes de Total et de bloquer les prix à la pompe".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un autre candidat à la présidentielle réagit à cette annonce, le communiste Fabien Roussel :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.