Publicité

Concert-test d'Indochine : 20 000 volontaires inscrits, objectif atteint

Par
Nicolas Sirkis, le chanteur d'Indochine, à Londres en 2014
Nicolas Sirkis, le chanteur d'Indochine, à Londres en 2014
© Getty - Marc Broussely

Le 29 mai à l'Accor Hôtel Arena, 5 000 fans d'Indochine danseront et chanteront dans la fosse, testés, masqués, mais sans distanciation sociale. L'événement doit permettre d'expérimenter à grande échelle un protocole sanitaire, en vue de la reprise des grands concerts avec public debout.

Ce fut laborieux mais l'objectif a finalement été atteint. Plus de 20 000 volontaires se sont inscrits pour participer au concert-test d'Indochine à l'Accor Hôtel Arena, a annoncé ce jeudi le Prodiss, syndicat du spectacle musical, qui coordonne aussi l'opération. "Les candidatures sont désormais closes", a-t-il fait savoir sur Twitter. Ce concert, qui se tiendra le 29 mai, se veut une expérimentation scientifique à grande échelle : 5 000 personnes seront réunies dans un espace clos, masquées mais sans obligation de distanciation sociale. 

Il s'agira de démontrer, sept jours plus tard, l'absence de contamination parmi les participants, en comparant les chiffres avec ceux des 2 500 autres participants auront suivi le concert à distance, depuis leur canapé. L'enjeu est de taille pour le secteur : arriver à mettre au point un protocole sanitaire qui permette la reprise des grands concerts avec public debout

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un cadre très strict

Or, pour réussir l'expérience, les conditions définies par l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui gère la partie sanitaire, sont très précises : 

  • sélection rigoureuse des participants entre 18 et 45 ans, sans symptôme Covid ni contact depuis deux semaines avec des personnes positives au SARS-CoV-2 ;
  • test PCR trois jours avant ;
  • test antigénique le jour-même puis nouveau test à J+7. 

De quoi refroidir les ardeurs de certains ? Des appels au boycott de l'opération avaient fleuri sur les réseaux sociaux. Le 18 mai dernier, Malika Séguineau, directrice générale du Prodiss, indiquait sur Franceinfo qu'il manquait 5 000 volontaires pour que l'expérimentation aille à son terme. 

Maintenant que les organisateurs ont réuni des candidatures en nombre suffisant, place désormais à la seconde étape du protocole : la phase des tests virologiques. Avant de pouvoir à nouveau entendre la musique résonner sous les voutes de l'Accor Hôtel Arena.