Publicité

Covid-19 : "Ce qui a le plus d'impact, c'est de fermer les écoles", concède Jean Castex

Par
Jean Castex était l'invité JT de France 2, ce mardi 11 mai
Jean Castex était l'invité JT de France 2, ce mardi 11 mai
© AFP - Christophe ARCHAMBAULT

La phrase lâchée par le Premier ministre, mardi à 20h, sur le plateau de France 2, a été perçue par certains comme une volte-face, alors que le gouvernement répète depuis des mois que les écoles ne sont pas un haut lieu de contamination.

La petite phrase prononcée par Jean Castex mardi soir, au détour de son interview sur le plateau de France 2, n'a pas manqué de faire réagir tous ceux qui s'inquiètent de la circulation du virus dans les écoles. Dans ce contexte épidémique, "la véritable variable, ce qui a le plus d'impact, on le sait, c'est fermer les écoles", a lâché le Premier ministre.

Face à Anne-Sophie Lapix, Jean Castex défendait le choix de l'exécutif de ne pas avoir reconfiné la France dès la fin janvier, soulignant l'impact d'une fermeture des écoles sur les enfants. Pour autant, les propos du chef du gouvernement ont très vite été entendus comme une volte-face.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un revirement ?

De fait, le gouvernement soutient depuis des mois que les établissements scolaires ne sont pas des lieux particulièrement propices à la diffusion de la Covid-19. "Le virus circule très peu dans les écoles", déclarait ainsi Jean Castex le 3 mai

"L'école n'est pas le nid du virus", assénait de son côté Jean-Michel Blanquer fin septembre lors d'une interview au Figaro. Rebelote fin mars devant des cadres LREM : "L'école n'est pas le lieu social principal des contaminations", assurait le ministre de l'Éducation. "Il ne faut jamais oublier que l'enceinte scolaire est protectrice dans le sens où les gestes barrière y sont plus respectés qu'ailleurs", insistait-il également le 23 avril dans un entretien au Parisien

D'après les études, l'école joue un rôle mineur dans la transmission du virus

Sur les sujet, les différentes études concluent plutôt à un rôle mineur de l'école dans la transmission de l'épidémie, à l'image de l'étude VIGIL dont nous vous parlions dans cet article, et pour laquelle 4 000 enfants ont été suivis depuis juin 2020. "Sept à huit fois sur dix, la famille a été le lieu de contamination", indique le docteur Robert Cohen, pédiatre infectiologue à l'hôpital intercommunal de Créteil. "Si l'on distingue les contaminateurs, ce sont plus souvent des adultes que des enfants." Ainsi, pour la Société française de pédiatrie, les écoles ne sont pas la cause, mais le reflet de la situation épidémique

Une autre étude menée cette fois au Texas souligne, à l'inverse, l'impact significatif de la réouverture des établissements scolaires sur le nombre de contaminations. Un phénomène que les chercheurs américains expliquent par les contacts au sein de l'école mais aussi par les comportements des parents, dont la mobilité est plus importante s'ils ne doivent pas garder leurs enfants à domicile : présence au bureau, transports, sorties, etc. Bien que les enfants se contaminent peu entre eux, la fermeture des écoles est aussi une façon de faire chuter les interactions sociales... entre les adultes.