Publicité

Covid-19 : des innovations technologiques pour vivre avec le virus

Par
Ce tunnel gonflable désinfecte par brumisation et peut accueillir plusieurs personnes à la fois.
Ce tunnel gonflable désinfecte par brumisation et peut accueillir plusieurs personnes à la fois.
© Radio France - Kathleen Comte

Pour apprendre à vivre avec le Covid-19, des entreprises innovent et cherchent des solutions : cabine de désinfection par ionisation à l'entrée pour les salariés qui vont au travail ou encore tunnel gonflable à brumisation sèche pour les festivals... Ces solutions feront peut-être partie de notre quotidien demain.

"Avant de penser au monde d'après, il faut réfléchir au monde d'avec", c'est en partant de cette phrase que deux entreprises  - Bisley France et AS Conseil EPI - ont décidé de s'associer pour créer "BeLifeLine". Le but : inventer ou repenser des machines, des nouvelles technologies pour vivre avec le Covid-19. Depuis un an, la nouvelle entreprise créé des sas de désinfection par ionisation, par brumisation ou encore par rayons UVC.. Mais aussi des tunnels gonflables ou encore des brumisateurs haute performance. À terme, François-Louis Guelfucci et Laurent Dides espèrent que leurs créations nous permettront de retrouver une vie normale en retournant dans les festivals ou les écoles en sécurité et surtout permettront de faire repartir l'économie du pays.

Ce SAS de désinfection s'appelle Isola et fonctionne par ionisation.
Ce SAS de désinfection s'appelle Isola et fonctionne par ionisation.
© Radio France - Kathleen Comte

Parmi les produits mis au point par "BeLifeLine" et ses partenaires, il y a le sas Isola. Une cabine vitrée longue de quelques mètres dans laquelle il faut entrer un par un, après y avoir été invité par un robot qui vérifie que l'on porte bien son masque et que notre température n'est pas trop élevée. Une fois à l'intérieur, il faut y rester environ 10 secondes, le temps d'être désinfecté par ionisation et de ressortir. 

Publicité

Comment marche la désinfection par ionisation ? 

Pour l'expliquer simplement, le procédé de ionisation change la charge d'un atome. Les molécules - ici négatives - capturent les polluants, les bactéries etc. pour les plaquer au sol. Quand on sort, on ne porte donc plus de charge virale sur nos vêtements. "Le processus d'ionisation désagrège les composés organiques volatils et les membranes protéiques des virus et des bactéries, lors du passage d'une personne dans l'équipement", explique l'entreprise conceptrice. Tony Bordelo, responsable du développement de Be Life Line, l'affirme : "Toutes les personnes et tous les objets qui ont pénétré à l'intérieur de la cabine sont désinfectées. La réduction de la charge virale atteint 99,99%." Ce sas pourrait donc être installé à l'entrée des entreprises ou bien des hôtels. 

Et la cabine Isola n'est pas la seule technologie développée par l'entreprise. Des dalles lumineuses qui désinfectent par rayons UVC ont également été mises au point. 

La désinfection par UVC peut s'utiliser par exemple dans les entreprises ou les écoles.
La désinfection par UVC peut s'utiliser par exemple dans les entreprises ou les écoles.
© Radio France - Kathleen Comte

Rayon UVC et tunnel gonflable

Cette dalle LED UV se veut éclairante et purifiante. Elle permet d'assainir l'air ambiant et peut remplacer des dalles lumineuses déjà existantes, au plafond par exemple, dans le local d'une entreprise ou bien d'une école. Problème : les êtres humains ne doivent pas être exposés aux UVC. La couche d'ozone ne laisse en effet passer que les UVA. Les UVB et les UVC ne passent pas. Si c'était le cas, "nous aurions des problèmes de peau" explique Jean-Christophe Oliveri, partenaire de "BeLifeLine", qui présente ce projet : "Quand on développe des produits comme ça, on est donc obligés d'intégrer des capteurs, des détecteurs infra-rouges, pour détecter toute présence humaine. Une deuxième sécurité a été rajoutée : un autre capteur qui utilise cette fois la radio-fréquence et qui permet là encore la détection d'un humain dans un local en cours de désinfection.

Autre produit mis au point : un tunnel gonflable qui désinfecte en utilisant la brumisation sèche.

Ce tunnel gonflable coûte environ 2 500 euros à l'achat.
Ce tunnel gonflable coûte environ 2 500 euros à l'achat.
© Radio France - Kathleen Comte

À l'inverse de la cabine Isola, ce tunnel gonflable - qui s'installe en trois minutes selon ses concepteurs - permet le passage de plusieurs personnes à la fois et pourrait donc servir pour des concerts, des festivals par exemple, ou bien encore à l'entrée des centres de vaccination. Il utilise la désinfection par brumisation sèche. Il n'est pas nécessaire de marquer l'arrêt à l'intérieur, il suffit donc de le traverser. "La brumisation sèche va venir se déposer sur les vêtements et va agir pour arriver à une réduction de charge virale au bout de 30 secondes à 99,99%.", explique William Decourty, chargé d'affaire et partenaire de "BeLifeLine". La solution désinfectante utilisée elle est "aux normes TP1, TP2, TP3 et TP4. La dernière norme - TP4 - étant apte au contacte alimentaire."

"Ils ont les idées ; on a la connaissance du terrain"

D'autres solutions sont également proposées par l'entreprise afin de concerner tous les secteurs possibles. Angelo Gopee, est directeur général de Live Nation, société de l'évènementiel. Parmi les produits présentés, il pourrait bien se laisser tenter par le tunnel gonflable mais il faudrait lui apporter quelques modifications : "C'est intéressant, explique-t-il. On va les contacter pour qu'ils viennent nous voir et essayer de modéliser leur connaissances et leurs compétences par rapport à nos spécificités. Ils ont des idées et nous on a la connaissance du terrain et des salles. À nous d'essayer de les accompagner pour qu'ils produisent au mieux ce qui correspond à nos métiers__."

Selon Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef et présent lors de la présentation, il n'est pas nécessaire que l'État aide financièrement les entreprises à acquérir, si elles le souhaitent, ces technologies : "Je crois qu'on a été largement compensés pour les restrictions sanitaires. Ces solutions qui existent sont à des prix acceptables pour les entreprises."

Comptez 500 euros pour une dalle LED UVC, puis 30 euros tous les ans pour changer les filtres. 2 500 euros pour un tunnel gonflable. Et entre 8 000 et 30 000 euros - en fonction du modèle - pour un sas de désinfection par ionisation.