Covid-19 : "Portons le masque" en présence des plus fragiles et dans les transports, exhorte Elisabeth Borne

Publicité

Covid-19 : "Portons le masque" en présence des plus fragiles et dans les transports, exhorte Elisabeth Borne

Par
Avec la baisse des températures et un nouveau variant, le virus refait parler de lui, près de trois ans après le début de la pandémie.
Avec la baisse des températures et un nouveau variant, le virus refait parler de lui, près de trois ans après le début de la pandémie.
© Maxppp - Mathieu Pattier

Après une brève accalmie, l'épidémie de Covid-19 semble repartir. le nombre de cas quotidiens augmente et, surtout, les hospitalisations sont également à la hausse. La Première ministre recommande aux Français de porter le masque avec les plus fragiles ou dans les transports.

"Je lance un appel solennel : portons le masque dès que nous sommes avec des personnes fragiles ou dans des zones de promiscuité comme les transports en commun" , a exhorté la Première ministre lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale mardi. Élisabeth Borne s'est dite inquiète d’un rebond des épidémies hivernales et du Covid : "L’épidémie repart, avec 40.000 cas détectés par jour, une progression de presque 10% des hospitalisations sur une semaine, une hausse de 22% des hospitalisations en soins critiques, et 400 décès du Covid la semaine passée." Et de souligner que "le virus n’a pas disparu" et demande aux Français de se vacciner et d'"être vigilants ensemble""Ce sont des petits gestes qui sauvent des vies."

"Notre hôpital va encore faire face à une pression supplémentaire" , indique-t-elle également car à la reprise du Covid s’ajoute l’épidémie de bronchiolite la plus élevée des dix dernières. Il y a aussi celle de grippe saisonnière qui s’avère virulente cette année. "Il reste trois semaines de mobilisation avant Noël, c’est maintenant que ça se joue" , prévient aussi le ministère de la Santé à propos de la vaccination. Car les taux contre la grippe et le Covid-19 sont jugés "insuffisants" , à moins d’un mois des fêtes de Noël.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les hospitalisations repartent à la hausse

Actuellement données concernant le nombre exact de cas de Covid en France sont parcellaires, notamment à cause d’un mouvement social des laboratoires de biologie. Et comme le note Le Parisien, les potentiels malades se testent moins ou utilisent les autotests, qui n'entrent pas dans les statistiques.

En revanche, les hospitalisations continuent d’être comptabilisées. Ainsi, plus de 4.500 patients sont entrés à l’hôpital à cause du Covid lors des sept derniers jours, soit une hausse de 6%. Il y a également actuellement plus d’un millier de malades en soins critiques. Après quatre semaines de baisse, l’épidémie repart, affirme à l'AFP Antoine Flahault, directeur de l'Institut en santé globale de l'Université de Genève : "Une neuvième vague est en train de se former en France et plus généralement en Europe, en Asie du sud-est, et en Amérique du Nord."

Trop peu de doses de rappel administrés

S'agissant de la vaccination, dans le détail, selon le ministère de la Santé, seuls 21% des 80 ans et plus et 37% des 60-79 ans sont aujourd'hui "suffisamment protégés par le vaccin ou une précédente infection" . Sur franceinfo, l’épidémiologiste Yves Buisson appelle "les personnes de plus de 80 ans dont le dernier rappel date de plus de trois mois" à aller se faire vacciner, tout comme "les personnes de plus de 60 ans, dont le dernier rappel date de plus six mois, qu'elles aillent vite se faire vacciner avec les vaccins bivalents" .