Publicité

Covid-19 : Véran inquiet du développement des variants brésilien et sud-africain, notamment en Moselle

Par
Olivier Véran, le ministre de la Santé, lors de sa conférence de presse jeudi soir.
Olivier Véran, le ministre de la Santé, lors de sa conférence de presse jeudi soir.
- Capture d'écran

Les variants sud-africain et brésilien représentent 4 à 5% des nouvelles contaminations en France, d'après le ministre de la Santé, Olivier Véran. La situation est particulièrement inquiétante en Moselle. Quant au variant anglais, il serait à l'origine de 20 à 25% des nouveaux cas.

Olivier Véran a pointé, jeudi soir, les risques liés aux développements des variants, notamment les souches repérées à l'origine au Brésil et en Afrique du Sud. "Il y a deux catégories", a expliqué le ministre de la Santé lors d'une conférence de presse. La première, représentée par le variant britannique, responsable de 20 à 25 % des infections en France, soit une infection sur quatre. La seconde, à travers les variants sud-africain et brésilien, qui représentent 4 à 5 % des nouvelles contaminations, a détaillé le ministre. 

Olivier Véran a souligné la situation "plus inquiétante" du département de la Moselle, où 300 cas de mutations aux variants brésilien et sud-africain ont été identifiés en quatre jours, en plus des 200 cas identifiés les jours précédents, sans pouvoir expliquer cet élément. "Ces cas ne correspondent pas tous à des clusters. Les personnes malades n'ont pas nécessairement voyagé, n'ont pas nécessairement été en contact direct avec d'autres personnes ayant voyagé" a précisé le ministre.

Publicité

Le ministre de la Santé se rendra sur place dès demain pour discuter avec les acteurs publiques. Pour décider de la marche à suivre, "le préfet engagera ce soir à 19 heures les discussions avec les différents élus du territoire", a-t-il ajouté. 

"Nous prendrons nos responsabilités en cas de croissance exponentielle des contaminations et de risque de saturation des hôpitaux", rappelle le ministre.

"Éviter un confinement"

La proportion du variant britannique de la Covid augmente "de 50 % toutes les semaines" à indiqué Olivier Véran. Il est "plus contagieux", "circule vite", mais précise : "Chaque semaine que nous gagnons sur ce variant est une semaine de respiration pour notre pays. Nous constatons que nous avons déjà gagné du temps." Le ministre évoque un "pari sur l'avenir" et espère gagner "suffisamment" de temps "pour éviter un confinement"

"La proportion de virus qui présente des mutations évocatrices des variants brésilien et sud-africains a augmenté. Elle serait de l'ordre de 4 à 5 % à l'échelle du pays. Leur répartition est très hétérogène. Dans certains département on n'en trouve pas la trace. Dans d'autres, on en trouve quelques dizaines de cas, notamment dans des clusters", a expliqué Olivier Véran. 

Plus inquiétant, ces deux variants "peuvent occasionner des réinfections chez des personnes qui ont déjà été contaminées au Covid-19", dit-il. Mais "nous considérons que la diffusion de ces deux variants n'est pas encore inéluctable", précise-t-il.   

Jeudi soir, 21.063 nouveaux cas de Covid-19 avaient été détectés dans les dernières 24 heures, selon les dernières données publiées par Santé publique France. On dénombre 3.337 personnes en réanimation et 27 007 personnes hospitalisées.