Publicité

CRITIQUE - "A Teacher", la nouvelle série de Canal+ qui dérange et divise nos critiques

Nick Robinson et Kate Mara
Nick Robinson et Kate Mara
- FX Productions, LLC

Il a 17 ans ; elle en a 30. Elle est prof d'anglais d'une banlieue texane ; il est l’un de ses élèves. Ils vont s'aimer et provoquer un cataclysme. Que vaut la nouvelle mini-série (10 épisodes) « A Teacher » imaginée par Hannah Fidell ? Retrouvez ici les avis des critiques de « Une heure en série ».

Cette série est produite par Jason Bateman (acteur entre autre de "Ozark") et surtout Hannah Fidell. Cette dernière est également l’autrice du livre dont est tirée cette série, la scénariste et l’une des principales réalisatrices. Kate Mara (que l’on a vue entre autres dans "House of Cards" et "Pose" et qui également productrice de "A Teacher") interprète la professeur_._ Face à elle, dans le rôle de Eric, l'élève : Nick Robinson vu dans "Love Victor".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Autour de Xavier Leherpeur pour évoquer la série : Marjolaine Boutet (Phosphore) Isabelle Danel (bandeàpart.fr) et Benoît Lagane (le 5/7 de Mathilde Munos et Télématin). Et ils ne sont pas d'accord !

Publicité

Isabelle Danel : "C'est un drôle d'objet"

ID : "J'ai commencé à la regarder et je vous avoue que je l'avais laissée en plan parce que c'était une espèce de petite bluette, assez sexuée mais pas très incarnée. Je trouvais que la mise en scène était un peu molle et je n'étais pas follement intéressée par ça."

L'émission décidant de mettre la série au programme, Isabelle s'y est replongé : "Je tombe des nues parce que clairement, au cinquième épisode, ça bascule. Tout ce qui est dans la mise en scène à partir du cinquième épisode nous pointent à quel point ces gens sont ravagés par ce qui leur arrive, et notamment le jeune homme. 

C'est assez compliqué, je trouve, de basculer à ce point-là dans une série. Et pour dire quoi ? Pour dire 'C'est pas bien ce qui se passe messieurs-dames'. Pour pointer qu'il y a quelque chose d'anormal dans cette relation alors qu'on nous la passe pendant quatre épisodes pour quelque chose de normal. Je trouve que c'est à moitié honnête."

53 min

Benoît Lagane : "On reste centré sur les deux protagonistes et c'est dommage"

BL : "Je fais le même constat sur la structure en deux parties de la série et c'est ce que j'ai trouvé très intéressant parce que justement, toutes les questions que soulève Isabelle sont justes. Mais la série nous les fait vivre, c'est à dire qu'elle nous met en permanence à la place de ces deux protagonistes. J'aurais aimé voir un peu plus le regard des autres : le mari, la collègue, la mère du jeune homme. Ils ne sont pas assez exploités.

À partir du moment où on accepte l'idée qu'on est dans leurs regards et dans l'amour naissant entre ces deux-là, alors on accepte - mais on est gêné, on est en colère, on se dit 'Mais ce n'est pas possible, ils vont quand même prendre conscience qu'il y a quelque chose qui ne va pas là dedans'. Et puis, il y a le twist, effectivement. 

Ça fait partie de ces séries qu'il faut regarder vraiment en intégralité pour bien saisir leur force. 

Marjolaine Boutet : "Il y a une vrai malaise"

BL : "J'ai vu tout de suite la relation de pouvoir entre la prof et l'élève. Et je ne suis pas du tout rentrée dans le côté romantique. Dès le premier épisode, il y a une scène très révélatrice : elle vole un rouge à lèvres dans un magasin. Elle ne va pas bien, elle cherche le danger, etc.  

Elle se retrouve en situation de pouvoir en devenant sa tutrice, c'est-à-dire qu'elle va l'aider à entrer dans l'université dont il rêve. Elle le fait se sentir finalement déjà adulte et elle a la clé vers son avenir. C'est un gamin qui a des responsabilités d'homme déjà, parce qu'il s'occupe de ses petits frères, avec une mère qui travaille beaucoup et qui est donc absente. 

Donc, il y a d'un côté un garçon qu'on met en position d'homme et de l'autre cette femme qui fuit justement ses responsabilités de femme. A la fois, ça explique la force de la passion qui les unit. Mais cette histoire n'existe qu'en dehors du regard des autres. Parce que dès qu'il y a le regard des autres, tout explose. Et c'est ce qui se passe dans la deuxième partie de la série. Et je trouve vraiment que ça montre très bien les ravages psychologiques sur le gamin. En revanche, moi, je suis moins convaincue par sa trajectoire à elle. On nous la montre dans un rôle assez traditionnel et je pense qu'il y avait des choses à creuser sur son évolution à elle, après cette histoire. 

Il y a un vrai malaise, une vraie réflexion sur le genre. J'ai trouvé ça intéressant - un peu court, mais vraiment intéressant. 

Aller Plus Loin

Ecoutez Une heure en série et pour ne rater aucune émission, abonnez vous au podcast

54 min