Publicité

CRITIQUE - "La grande traversée" de Steven Soderbergh (avec Meryl Streep) : ce qu'en dit Le Masque & la Plume

CRITIQUE - "La grande traversée" de Steven Soderbergh (avec Meryl Streep) : ce qu'en dit Le Masque & la Plume
CRITIQUE - "La grande traversée" de Steven Soderbergh (avec Meryl Streep) : ce qu'en dit Le Masque & la Plume
- Warner

Après "Logan lucky" ou encore "The laundromat", le cinéaste prolifique et éclectique nous embarque cette fois-ci en pleine mer pour une traversée des plus originales vers l'Angleterre. Une comédie noire et jubilatoire qui nous invite aux côtés de Meryl Streep, une romancière en panne d’inspiration.

Le film présenté par Jérôme Garcin

Le nouveau film du prolifique Steven Soderbergh, avec 35 films à l'âge de 35 ans. Avec Meryl Streep. C'est leur deuxième collaboration après The Laundromat : L'Affaire des Panama Papers. Il y a aussi Candice Bergen et Dianne Wiest. Un film qui, faute de salle, se retrouve en VOD sur Canal, depuis le 20 avril. Le réalisateur de Ocean Eleven part en croisière sur le Queen Mary 2 avec Alice Hughes (Meryl Streep) une romancière américaine à succès, lauréate du prix Pulitzer, qui est en panne d'inspiration et qui compte sur la grande bleue pour la retrouver. 

Elle vogue vers l'Angleterre, où on doit lui remettre un Grand Prix littéraire. Elle est accompagnée de son agente, jouée par Gemma Chan, et deux amies qu'elle n'a pas vu depuis trente ans pour cause de dispute, c'est Roberta (Candice Bergen) et Susan (Dianne Wiest), ainsi que son neveu, le jeune Lucas Hedges, entre la rancœur de Roberta, les histoires sentimentales de l'agente et la présence d'un autre auteur de best-sellers, la croisière s'amuse, puis se noircit. 

Publicité

C'est quand même un peu suranné et un peu long. On a du mal à comprendre ce que ça veut raconter

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Xavier Leherpeur regrette un film "cliché sur cliché" et "un scénario injustifié"

XL : "C'est surtout la croisière ça use… C'est un vrai souci. Pourtant j'ai lu une presse plutôt favorable au film, des choses comme "une finesse d'esprit dans l'analyse de ce qui inspire un auteur". Même je tique sur cette espèce d'idée qui consiste, quand on est auteur, de prendre la vie privée de quelqu'un pour en faire une matière romanesque. Comme si les écrivains n'avaient pas assez d'imagination. 

Je trouve que ça enfonce des portes ouvertes. Il est clair que c'est une immense publicité pour le Queen Mary 2. Je pense qu'il n'y a aucune autre raison qui ait justifiée l'écriture de ce scénario et le fait qu'il embarque comme cela des stars avec lui. 

Alors on a des plans entiers qui nous font visiter le bateau comme si nous y étions. L'air de dire prenez donc un billet, vous verrez des bibliothèques extraordinaires, des scènes de la vie…

Mais avec ce mélange entre "La croisière s'amuse" et "Arabesque" on aura tous compris d'avance dans le principe : l'autrice est suivie pas à pas par son neveu, j'aurais préféré qu'il y ait un polar, qu'il y ait un meurtre parce que, malheureusement, on s'ennuie de manière éhontée. 

Ça n'arrête pas de ne jamais démarrer. C'est cliché sur cliché

Et alors Meryl Streep… Non, je suis désolé… mais Meryl Streep, elle a arrêté de jouer il y a quinze ans et elle continue à ne rien faire à l'écran ! C'est quand même impressionnant… Elle se repose sur elle-même, face à elle. Lucas Hedge, qui est un acteur intéressant perd ici complètement de son mystère. C'est un acteur qui a un peu d'opacité, eh bien là, il a une espèce de rôle de neveu nunuche, insipide, tout est tiré vers le bas". 

C'est peut-être une grande contre-publicité

Jean-Marc Lalanne a "adoré" et l'a trouvé "magnifique"

J-M L : "C'est un film absolument magnifique. J'ai adoré. J'ai mis du temps à l'adorer car, au début, on se demande un peu où il va. Et peu à peu, il y a quelque chose de très languissant dans le rythme même si on comprend où il va. 

Le film est d'une puissance émotionnelle inouïe

Meryl Streep a arrêté de jouer et, moi, j'ai presque envie de dire heureusement. C'est une actrice qui avait tendance à trop jouer. Je voyais beaucoup la fabrication dans son jeu. Depuis quelques années, je trouve qu'elle a trouvé quelque chose de très très juste où elle stylise beaucoup et toujours, mais d'une manière plus fine et beaucoup plus délicate qui me convient beaucoup mieux. 

Les deux titres du film, français et original, sont très beaux. On peut juste penser que c'est une manière ironique de désigner le film comme très très bavard puisque c'est un film très bavard, un peu à la Woody Allen. C'est même plus que ça puisque c'est la libération de la parole et le film montre comment, aujourd'hui, on suspecte beaucoup les écrivains de raconter l'expérience des gens à des fins personnelles.

Le personnage de Meryl Streep serait une prédatrice qui aurait volé sa vie à Candice Bergen, pour la raconter dans un roman. C'est une question judiciarisée. Il montre aussi cette violence-là. Il dit combien l'écrivain va semer quelque chose qui fait que tous les personnages, à la fin du film, vont pouvoir avoir accès à leur propre parole, c'est le sens secret du film. Et je trouve que La Grande Traversée est aussi sublime parce que le film a trois niveaux qui sont de plus en plus poétiques et donnent accès à la matière émotionnelle du film. C'est aussi une grande traversée, puisqu'on comprend peu à peu que c'est un voyage vers la mort, c'est aussi la traversée qui sépare l'expérience de l'art, puisque tous les personnages vont apprendre à ressaisir leur expérience pour trouver leur propre parole". 

Charlotte Lipinska trouve que le film "manque de rigueur" cinématographique 

CL : "J'aurais tellement aimé voir le même film que Jean-Marc, ou avoir ses lunettes, son filtre pour avoir autant d'enthousiasme. Chez Meryl Streep, il y a quelque chose que je trouve très intéressant dans ce film, c'est que, à aucun moment, elle cherche à rendre son personnage sympathique, elle est d'un narcissisme terrible. Mais elle aurait pu chercher à le rendre un peu plus sympathique que cela, mais non. Et, jusqu'au bout, elle tient sa ligne. 

Soderbergh dit aussi que 70 % des scènes ont été improvisées. Les actrices sont en roue libre et ça se voit à certains moments. 

Je trouve qu'il manque une rigueur dans les dialogues parce que, bizarrement, ça parle, ça parle et il ne se passe rien… 

Et, en même temps, ça n'est que des non-dits puisqu'ils parlent, ils parlent mais, finalement, personne ne dit rien de ce qu'il a au fond de lui… Ça brasse la trahison, l'amitié, l'inspiration créatrice, mais toujours en sous-couche… J'ai l'impression que, nous, en tant que spectateurs, on saisit les enjeux avant même les protagonistes… On a tout compris avant eux. Même si je sauve quand même Candice Bergen".

Un film "très très pépère" qui a profondément ennuyé Nicolas Schaller…

NS : "C'est un film qui m'a ennuyé, qui m'a submergé d'ennui et, en même temps, Soderbergh est un cinéaste presque plus théorique. J'ai l'impression que le défi ou l'exercice l'intéressent plus que le résultat final. 

Il s'est dit qu'il allait aller sur un bateau avec Meryl Streep, pour improviser et, au final, il donne une matière à remplir les blancs d'un film qui laisse une interprétation assez vague…

Il n'est jamais meilleur que quand il donne à voir son côté expérimentateur comme dans "Traffic" (2000) où il prend des codes narratifs plus classiques et insère ses petites touches d'expérimentations. Là, je trouve vraiment que, en termes de mise en scène, c'est quand même très pauvre. On a l'impression qu'il recycle les lumières de "Ocean's Eleven" un peu mordorées… Les plans en contre-plongée fixe qui déforment limite au dessus des tables quand elles jouent au Scrabble…"

C'est quand même très, très pépère en termes de mise en scène

Le film

▶︎ En VOD sur MyCanal

🎧  Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

"La grande traversée" de Steven Soderbergh

9 min

► Retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici