Publicité

CRITIQUE - "Magistral", "hilarant" et "délirant" : le Masque a adoré "M. Je-sais-tout" de John Waters

Le cinéaste américain John Waters, octobre 2020
Le cinéaste américain John Waters, octobre 2020
© AFP - ANDREAS SOLARO

Le réalisateur de "Cry-Baby" avec Johnny Depp ou encore "Serial Mother" avec Kathleen Turner se livre à 74 ans comme on l'a toujours connu, déjanté et transgressif. En même temps que les "conseils impurs d'un vieux dégueulasse", il partage ses meilleures anecdotes. Une liberté de ton qui a conquis Le Masque.

Le livre présenté par Jérôme Garcin

John Waters est un réalisateur de films underground, dont tous se passent à Baltimore, sa ville natale, parmi lesquels Pink Flamingos, ce qui lui vaudra une amende pour obscénité pour son film "Polyester" (1981) avec son acteur fétiche, le travesti Divine. 

"Bizarrement, je suis devenu quelqu'un de respectable. Je me demande bien comment le dernier film que j'ai réalisé a été descendu par la critique et interdit aux moins de 17 ans. Six de mes contacts personnels ont été condamnés à la réclusion à perpétuité. Et puis j'ai produit une œuvre d'art intitulée "12 trous de balle et un pied sale" composés de gros plans de films pornos et un musée l'a acquise pour sa collection permanente, sans que personne ne se fâche. Qu'est-ce qui a bien pu se passer ? Bordel !" 

Publicité

Question à laquelle répond ce livre où John Waters écrit comme on fait du stand-up. Il a quand même 74 ans. Il donne des conseils aux apprentis cinéastes, comme celui-ci : "la désobéissance civile, c'est mieux que le Botox". 

Pour Jean-Louis Ezine, "c'est un livre de maître"

J-L E : "Ma phrase préférée dans le livre est page 11 : "Je suis né avec un boulon en moins". 

C'est un livre magistral, c'est un livre de maître.

Les maîtres ont changé de nature. Là, c'est un livre qui pose clairement la question du statut du bouffon dans la littérature contemporaine. Le bouffon, jusqu'à présent, c'était quelqu'un de plutôt récréatif, et là, je trouve que John Waters pourrait tenir le rôle que tenaient les moralistes au XVIIIe siècle. C'étaient des gens extrêmement libres qui trouvaient, dans les bassesses humaines, une occasion, un prétexte pour faire de l'esprit. 

Il faut être un bad boy aujourd'hui pour montrer sa liberté, je n'irai pas voir ses films mais je me suis bien marré quand même ! 

Arnaud Viviant l'a trouvé "drôle" voire "hilarant"

AV : "On rigole vraiment ! Ce n'est pas de l'humour anglais. 

C'est drôle, c'est hilarant.

C'est un peu le professeur Choron américain. Ce type s'est spécialisé dans le mauvais goût, il a extrêmement bon goût partout. Quand il aime un groupe punk, c'est les Buzzcocks ; quand il aime de l'art contemporain, il ne fait pas partie de ces groupes qui disent que l'art contemporain, c'est nul.

Il a toujours bon goût partout.

Il y a des moments où ce n'est pas que ça soit sérieux mais, quand il parle des mouvements gays à San Francisco et la liaison avec les Black Panthers, c'est juste très intéressant historiquement".

Olivia de Lamberterie a adoré !

OL : "La première partie, qui est plus biographique, m'a rendue extrêmement mélancolique parce que je ne me souvenais plus que j'avais vu ses films. Je ne me souvenais plus de l'actrice Melanie Griffith, de Kathleen Turner, j'ai adoré ces actrices ! Je ne me souvenais plus de Johnny Depp parce, aujourd'hui, il ressemble à une sorte de pirate surmaquillé. Toute cette époque, je l'ai adorée. Ça m'a rendue vraiment mélancolique. 

La deuxième partie est plus thématique. Il y a un texte qui pourrait faire une nouvelle sur l'avion, qui est la chose la plus drôle du monde, mais qui est d'une méchanceté géniale". 

Le dernier chapitre sur la mort peut vous faire pleurer.

Frédéric Beigbeder salue "un livre trash et délirant comme aucun jeune ne pourrait en écrire actuellement" 

FB : "Ce qui est intéressant, pour parler sur le plan sociétal, c'est que, aujourd'hui, les livres emmerdants sont écrits par des jeunes et les livres subversifs par des vieux. Je constate qu'il a 74 ans et que c'est le livre le plus trash et le plus délirant. 

Il y a un truc qui s'est inversé car il y a quelques années, c'étaient les jeunes qui dérangeaient. Maintenant, les jeunes sont bien propres et bien gentils. Ce sont les vieux qui font les fous !"

Le livre

Écoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

"M. Je-sais-tout" de John Waters

5 min

📖  LIRE - John Waters : M. Je-sais-tout (Actes Sud)

► LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume sont à retrouver ici.

🎧  Chaque dimanche à 20h, retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, littérature ou théâtre

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.