Publicité

CRITIQUE - "Oxygène" d'Alexandre Aja (avec Mélanie Laurent) : ce qu'en a pensé Le Masque & la Plume

Le cinéaste français Alexandre Aja
Le cinéaste français Alexandre Aja
© Maxppp - L'EST REPUBLICAIN

Après "Crawl", le cinéaste français nous enferme aux côtés de Mélanie Laurent dans une unité cryogénique. Une intelligence artificielle est le seul recours par lequel elle tente désespérément de s'échapper et de se souvenir de son identité. Les critiques du Masque & la Plume se sont laissés tenter.

Le film présenté par Jérôme Garcin

Sur Netflix, on pourrait le rebaptiser "Anxiogène". Je ne suis pas sûr que ceux qui en ont marre du confinement doivent aller voir ce film en priorité. 

Un thriller américano-français déconseillé aux claustrophobes, avec Mélanie Laurent, Mathieu Amalric, Malik Zidi, et de très jolies petites souris blanches. 

Publicité

Elisabeth est une jeune femme qui se réveille dans un caisson cryogénique aux allures de cercueils blancs. Évidemment, elle est amnésique. Elle ne sait pas comment ni pourquoi elle se retrouve conservée à moins de 200° C, jusqu'au moment où l'oxygène vient à manquer. Il ne lui reste alors qu'une heure quarante. Autrement dit, exactement le temps du film suffocant d'Alexandre Aja qui, d'ailleurs, on le voit ici, ne s'est pas exilé pour rien à Hollywood. 

Le seul contact de Mélanie Laurent avec l'extérieur, c'est la voix de l'ordinateur, alias Milo, auquel Mathieu Amalric prête son timbre ici très robotique. Pressenti pour le rôle de Mélanie Laurent, il y a eu d'abord Ann Hathaway, qui a finalement été coproductrice du film. Il y avait aussi Noomi Rapace

Moi j'ai vraiment étouffé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

S'il trouve que "ce n'est pas un grand film", Pierre Murat estime que "c'est une vraie réussite"

"C'est plutôt une bonne surprise. J'ai trouvé ça plutôt angoissant. J'ai pensé à un autre film. Les 50 premières minutes, notamment quand elle est au téléphone, ça m'a rappelé un vieux classique qui est passé récemment à la télé qui s'appelle Raccrochez, c'est une erreur (1948) de Anatole Litvak avec Barbara Stanwyck qui, elle aussi était allongée sur son lit, elle ne pouvait pas bouger et se raccrochait au téléphone. Et là, elle se demande si la voix qui lui parle est vraie ou fausse, si elle la mène en bateau. C'est un remake inconscient de ce film et je trouve que Alexandre Aja s'en sort très bien. 

Ensuite, ça ressemble aussi à Gravity avec Sandra Bullock. J'ai un peu décroché à partir du moment où elle donne des instructions. 

Pour ceux qui aiment l'angoisse, je trouve qu'il s'en sort vraiment bien.

Ce n'est pas un très grand film, mais on est là jusqu'au bout assez pantelant en se demandant ce qui va arriver. Je trouve que c'est vraiment une réussite".

Eric Neuhoff regrette que Alexandre Aja n'ait pas son propre univers à lui…

"Le film s'appelle Oxygène mais contrairement à son héroïne, Aja ne manque pas d'air parce que ce n'est pas du tout un film personnel. C'est bourré de références. Lui, il n'a pas du tout d'univers. L'ordinateur, au lieu de s'appeler Hal comme dans 2001, il s'appelle Milo. 

On devrait se dire que la fille va comprendre qu'elle est sur Vénus mais ce n'est pas ça du tout parce qu'il n'y a absolument pas un gramme d'humour dans ce film-là. 

Il y a des moyens, le film l'est aussi, et c'est surtout une intrigue, mais d'une platitude, avec des flashback qui sont maladroits qui ressemblent vaguement à du Terrence Malick mais on voit là Malik Zidi en pyjama blanc… 

Mélanie Laurent s'en tire très très bien, elle porte très bien le film. La véritable angoisse c'est qu'elle est enfermée dans un endroit dont elle n'arrive pas à prononcer le nom correctement, c'est un caisson de cryogénisation. Il y a d'ailleurs des clins d'œil avoués puisqu'à un moment donné, on voit la fiche signalétique de quelqu'un et il est né en 2001 (rires)". 

Je regrette qu'il n'ait pas un univers à lui… Crawl, son film précédent était meilleur.

Malgré "un film qui se regarde agréablement bien", Eva Bettan regrette "la faiblesse du scénario"

"Je dois avoir un cœur de pierre. Je n'ai ni peur, ni sentiment de claustrophobie, j'ai regardé ça comme un vrai exercice tel MacGyver : à me demander si elle allait réussir à battre la machine, à trouver la manière de poser des questions à la voix synthétique pour arriver à contourner le fait qu'il ne veut pas l'ouvrir. 

Ça se regarde agréablement, mais ça ne crée pas de sensation.

Or, un film de ce genre devrait créer ces sensations. Ça a un petit côté petit pari sympathique. Il s'est dit qu'il allait faire un film unité de lieu, unité de temps, unité d'action avec une fille qui ne bouge pas et un tout petit lieu. 

Le scénario est assez faible et on l'a très vite compris, puisqu'elle ne sait pas qui elle est malgré des flashback très convenus

C'est une petite chose sympathique, mais pas effrayante". 

Michel Ciment y a pris malgré tout "beaucoup de plaisir et conseille de le regarder"

"Je le compare un peu au film de Brandon Cronenberg, Processor

Il n'y a rien d'original et, en même temps, j'ai pris vraiment beaucoup de plaisir à le voir

Il réussit par exemple à aérer le confinement par des flashbacks, par des vidéos. La voix, évidemment, c'est vrai qu'on pense à la Vénus de Milo et c'est tout à fait normal. La voix de Mathieu Almaric est très bonne, très bien posée, et je trouve que le film se suit avec beaucoup d'intérêt. 

Je n'ai vraiment pas senti de faiblesse narrative. J'ai trouvé que, encore une fois, c'est un dérivatif d'autres films de science-fiction. Ce n'est pas original mais, en même temps, je conseillerais à le voir".

Le film 

▶︎ Disponible sur Netflix

🎧  Écoutez l'ensemble des critiques échangées à propos de ce film sur le plateau du Masque et la Plume :

"Oxygène" d'Alexandre Aja

5 min

► Retrouvez les critiques du Masque et la Plume, réunis autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma, théâtre ou littérature.

Toutes les autres critiques de films du Masque et la Plume sont à retrouver ici