Publicité

Dans les archives de France Inter : retrouvez vos émissions préférées

24h sur 24 : affiche de France Inter en 1967
24h sur 24 : affiche de France Inter en 1967
© Radio France

A l'occasion du centenaire de la radio et de la journée spéciale que nous consacrons à la radio ce mardi 1er juin, nous vous avons demandé vos plus grands souvenirs de radio. Voilà une sélection des émissions et voix de France Inter - parfois de génériques ! - qui vous ont le plus marqués.

1 - Claude Villers 

  • "Marche ou rêve"

Découvrir le monde, le nez en l'air. Cela pourrait être la devise de ce curieux, passionné de radio. On l'a suivi dans ses périples tout au long d'émissions dont les titres sont déjà des voyages : Marchand d’histoires, Je vous écris du plus lointain de mes rêves, Comme on fait son lit on se couche, Visas ou Marche ou rêve. 

L'émission démarre à la rentrée 1976. C'est une bouffée d'air frais, des ballades en plein air, dans tous les recoins de France.

Publicité
L'équipe de Marche ou rève
L'équipe de Marche ou rève
© Radio France
  • Et au milieu, une pépite : "Le tribunal des flagrants délires"

Trois saisons de délires loufoques où Claude Villers entouré de Pierre Desproges, Luis Rego et la joyeuse équipe fait le procès de la personnalité invitée de l'émission.

(Ré)écouter les réquisitoires de Pierre Desproges et quelques émissions du Tribunal des flagrants délires : Jean d'Ormesson, Annie Cordy, Josiane Balasko, Claire Bretécher, Jean Yanne, Renaud

2 - Jean Luc Hees - "Synergie"

1990 - 1999 : une décennie au cours de laquelle chaque jour, de 18h à 19, Jean-Luc Hees reçoit ceux qui font l'actualité culturelle. L'émission s'arrête lorsque Jean-Luc est nommé directeur de France Inter. Une heure qui s'ouvrait sur les notes de Steely Dan.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

3 - Jacques Chancel - "Radioscopie"

Vingt minutes, c'est trop ou trop peu. Je te donne une heure, et tous les jours, à 17h.

Cette phrase fait partie de l'histoire de la radio. Elle a été prononcée un jour d'été, en 1968 par Roland Dhordain en réponse à une demande de Jacques Chancel.

Le journaliste veut réaliser des entretiens en longueur. Le directeur de France Inter lui offre une heure, "face à Bouvard sur RTL". La première a lieu le 5 octobre 1968. L'émission s'arrête en 1982 pour revenir en 1988 jusqu'au clap de fin le 5 janvier 1990.

Une quinzaine de saisons, près de 3000 entretiens et un générique mythique (même s'il ne fut pas le premier), signé Georges Delerue.

4 - Pierre Bouteiller - "Quoi qu’il en soit"

En 1996, Pierre Bouteiller quitte la direction des programmes de France Inter et retrouve l'antenne pour Quoi qu'il en soit. Un magazine culturel où sa voix, son érudition, son humour et son impertinence font merveille chaque jour dès 9h.

Pierre Bouteiller en 1971
Pierre Bouteiller en 1971
© Radio France

5 - Patrice Blanc-Francard – "Bananas" | "Loup-Garrou"

Loup Garou pub 1979
Loup Garou pub 1979
© Radio France

Patrice Blanc-Francard avait rejoint France Inter dix ans plus tôt dans l'équipe du Pop Club comme assistant de José Artur. Il passe de l'autre côté du micro avec Cool, puis Souvenirs souvenirs (avec Bernard Lenoir) ou encore Bananas. PBF et Lenoir ont fait entrer la musique Pop et rock sur France Inter.

6 - Macha Beranger - "Allô Macha"

Être l'oreille qui écoute et la voix qui réconforte

C'était sa seule ambition. La ligne des "Sans-sommeil" s'est ouverte le 5 avril 1977. Macha a accompagné les auditeurs dans "l'après-minuit" durant près de 30 ans. 

7 - Daniel Mermet 

  • "Dans la ville de Paramaribo, il y a une rue qui monte et qui ne descend jamais"

Le titre à lui seul est une histoire. Une histoire qui commence en 1979, deux ans après l'arrivée de Daniel Mermet, transfuge de France Culture, sur notre antenne.

L'émission dure 40 minutes et mêle sons, textes, poésie et voyage radiophoniques.  Télérama à l'époque s'était glissé en régie : "Dans le studio : Jean Garretto, chef d'orchestre, l'oeil sur la "partition" préparée par Daniel Mermet donne les départs ; Pierre Codou repère les morceaux choisis sur les disques ; Guy Seneaux, au pupitre, soigne le montage. Daniel Mermet est derrière la vitre : cigarette à la main, mains sur les écouteurs de son casque. Il raconte des histoires qui monte à la tête."

  • "Là-bas si j'y suis"

Atypique. Voilà sans doute le mot qui résume le mieux l'émission et le personnage. L'émission "modeste et géniale", critique et engagée, a donné la parole à ceux qui étaient moins exposés médiatiquement, en France comme hors de nos frontières. 

8 - Kriss - "Portraits sensibles"

Kriss, sur France Inter, dans "L'Oreille en coin"
Kriss, sur France Inter, dans "L'Oreille en coin"
© AFP - Dominique Gonot / INA

Parmi les nombreuses émissions imaginées et présentées par Kriss, vous avez plébiscité les très beaux Portraits sensibles. Entre 2000 et 2004, plus de 700 personnes sont venues se raconter, en toute intimité.

Et c'est Kriss qui en parle le mieux : "Dans deux minutes, l'antenne. Moment délicat où l'invité se décompose. Ses mains tremblent. Le faire rire. Où ai-je mis ma fiche ? Le distraire. Lui dire deux mots pour qu'il sente que j'ai compris ce qu'il vient défendre. Tenter une question comme on trempe un orteil dans la mer. Faire une gaffe, renverser mon verre, bafouiller, qu'il sache que c'est permis. Essais de voix. je mets mon casque. Mon casque c'est ma maison, mon cocon. J'écoute fort, à l'intérieur du son. J'entends les fêlures de sa voix, son souffle. Tout s'entend, la voix mouillée, la voix qui tremble, celle qui sourit, qui réclame. Les plaintes les plus lointaines sont inscrites dans la voix et les rires de l'enfance. Toutes ces voix qui s'envolent, invisibles et réelles. Est-ce bien raisonnable de déranger un satellite pour nos élucubrations ? Surtout ne jamais se poser cette question avant une émission." (Extrait de La sagesse d'une femme de radio, L'Œil neuf (Jean-Claude Béhar) / France Inter, 2005)

9 - "L’Oreille en coin"

Véritable laboratoire, L'Oreille en coin occupe alors une bonne partie de l'antenne le week-end, proposant des programmes le samedi de 14 à 18 heures, le dimanche de 9 à 12 heures et de 14 à 18 heures. Pierre Codou et Jean Garretto, les producteurs, en donnaient cette définition : "un spectacle radiophonique fragmenté permettant aux auditeurs de s’en détacher et d’y revenir sans craindre de perdre le fil."

Quelques voix qui vous accompagnent toujours y ont débuté : Noëlle Bréham et Denis Cheissoux, par exemple.

Jean Garretto et Pierre Codou, producteurs de l'Oreille en Coin
Jean Garretto et Pierre Codou, producteurs de l'Oreille en Coin
© Radio France - Roger Picard

10 - Jean Christophe Averty - "Les cinglés du music-hall"

Jean-Christophe Averty avait une passion pour les chanteurs, orchestrateurs, auteurs qui tenaient le devant de la scène avant guerre. Ces Cinglés du music-hall, qu'il déclina en une collection de disques, furent avant tout une émission hebdomadaire pendant 28 années.

11 - Françoise Dolto

D'octobre 1976 à octobre 1978, Françoise Dolto répondait au courrier des auditeurs. L'émission Lorsque l'enfant parait était présenté par Jacques Pradel. Elle n'a duré que deux saisons, mais a été déterminante pour la notoriété de la psychanalyste. Elle publiera trois ouvrages inspirés des témoignages recueillis au cours de l'émission.

12 - Bernard Lenoir - "Feedback"

Avec Feedback, Bernard Lenoir a fait découvrir la scène rock anglaise à toute une génération. La programmation assez variée des deux premières saisons se recentre sur la new wave au début des années 1980.

Remercié en 1984, Bernard Lenoir revient en 1990 (Les Inrockuptibles, devenu C'est Lenoir) et crée, en 1992 les Black sessions, des concerts diffusés en direct pendant l'émission.

Bernard Lenoir 1979
Bernard Lenoir 1979
© Radio France

13 - "Les Maîtres du Mystère"

Les Maîtres du mystère ont passionné les auditeurs de France Inter de 1957 à 1964. Ces dramatiques policières inédites ou adaptées de romans ont rassemblé jusqu'à douze millions d'auditeurs !

Ecoutez quelques épisodes des maîtres du mystère :

14 - Jean-Charles Aschero - "Les choses de la nuit"

De 1976 à 1996, il a été la voix de la nuit de France Inter avec Les choses de la nuit. Au cœur de ce rendez-vous nocturne, une pépite radiophonique : Les Enquêtes du commissaire Joubert : des histoires écrites par Jean-Charles Aschero lui-même, inspirées de ses promenades dans les rues de la capitale. Il a ainsi écrit 545 nouvelles policières, qu'il lisait lui-même à l'antenne.