Publicité

Dans quels lieux risque-t-on d'être contaminé le plus vite par le Covid-19 ?

Par
Première soirée de couvre-feu à 21h à Paris, le 17 septembre 2020
Première soirée de couvre-feu à 21h à Paris, le 17 septembre 2020
© Maxppp - Luc Nobout

Vous avez envie de voir un film, d'aller au restaurant, ou simplement au bureau, mais vous ne connaissez pas précisément les risques. Le MIT a la solution : il vient de mettre en ligne un simulateur qui vous dit au bout de combien de temps vous risquez d'être infecté par le virus. France Inter l'a testé pour vous.

Nous connaissons tous la règle : il faut se tenir à au moins un mètre de distance les uns des autres pour limiter la propagation du coronavirus. Mais est-ce suffisant pour passer entre les gouttes d'aérosols ? Non, pour des chercheurs du MIT, le Massachusetts Institute of Technology, qui estiment que cette distanciation physique "n'offre que peu de protection", comme ils l'expliquent dans une étude publiée mardi.

Pour pallier l'absence de consignes de sécurité sur comment nous comporter, ils ont mis en ligne un modélisateur très précis qui nous dit quand et comment nous risquons d'être contaminés dans un lieu clos, en s'appuyant sur des calculs savants. L'outil prend en compte le temps passé dans un endroit, l'aspect "cumulatif" du temps d'exposition, les dimensions du lieu, la ventilation, le port du masque, le nombre de personnes et, surtout, leurs comportements.

Publicité

Tous les scénarios répondent à la même question : si un porteur du Covid-19 entre dans le lieu où je suis, combien de temps puis-je y rester avant d'être exposé au virus ?

Déjeuner au restaurant, entre jeunes, quadragénaires ou quinquagénaires non-vaccinés

Selon le modélisateur, si des jeunes, des quadragénaires et quinquagénaires non-vaccinés et qui n'ont pas encore contracté le virus déjeunent tranquillement, en parlant normalement mais sans masque, à l'intérieur d'un restaurant de 90 mètres carré environ et comptant 30 personnes au total, ils risquent d'être infectés par le Covid-19 au bout de 64 minutes précisément. 41 minutes, si le malade présent dans la salle est porteur du variant britannique, plus contagieux.

Déjeuner au restaurant, entre jeunes, quadragénaires ou quinquagénaires non-vaccinés qui parlent beaucoup trop fort

Si tout le monde se met à crier pour essayer de couvrir les voix de la tablée d'à côté, le temps est réduit à 35 minutes pour le Covid-19 et à 24 minutes pour le variant britannique. À peine de quoi engloutir une bonne assiette.

Déjeuner au restaurant entre sexagénaires et plus, primo-vaccinés

Si ce même type de restaurant, spacieux et bien ventilé, a une clientèle uniquement sexagénaire ou plus âgée, mais que tout le monde a reçu une dose de vaccin - sauf le porteur trouble-fête - et est donc partiellement immunisé contre le virus, comme dans la cantine d'un Ehpad par exemple, le temps avant d'être infecté monte à deux heures pour le Covid-19 et à 69 minutes pour le variant britannique.

Déjeuner au restaurant entre sexagénaires et plus, totalement vaccinés

Cependant, en cas d'immunisation à 90%, cela monte à sept heures pour le Covid-19 et quatre pour le variant britannique. Rappelons que la vaccination permet surtout d'éviter de contracter des formes graves du virus, et non d'éviter le virus tout court.

Masqué à la salle de sport

Les salles de sport sont fermées depuis bien longtemps, pourtant le modélisateur présente des données plutôt positives. Dans un lieu ayant les mêmes dimensions que le restaurant, bien ventilé également, où 30 sportifs non-vaccinés de moins de 60 ans font un effort intense, respirent fortement, mais portent tous bien un masque chirurgical, ils peuvent rester neuf heures avant d'être exposés au Covid-19, cinq heures avant le variant britannique.

À la salle de sport avec un masque en coton et/ou mal mis

En revanche, pas question de porter un masque en coton d'une seule couche : le temps baisserait alors à 44 et 30 minutes. Pire, pas question de mettre le nez en-dehors du masque, ou alors le temps diminuerait à 41 et 27 minutes pour un masque chirurgical, et 24 et 17 minutes pour un masque en coton. Sans masque, le temps se réduit à 15 et 11 minutes, et là franchement ça ne sert plus à rien d'aller à la salle.

Tranquillement au cinéma ou au théâtre avec un masque chirurgical

Si et quand les salles de cinéma ou de théâtre rouvriront, selon le modélisateur, il y aura très peu de risques d'y être contaminé. Prenons une salle très mal ventilée, de 300 mètres carré et quatre mètres de hauteur sous plafond. Cent spectateurs non-vaccinés de moins de 60 ans pourront y être installés, avec un masque chirurgical bien mis, sans parler, sans s'activer, pendant 97 heures avant d'être exposés au variant britannique, 156 heures même pour la forme classique du virus.

Tranquillement au cinéma ou au théâtre avec un masque en tissu simple

Si ces mêmes spectateurs, dans les mêmes conditions, portent correctement un masque en coton mono-couche, les durées s'abaissent à huit et treize heures, donc au moins quatre films.

Fredonner à un concert

Pour les concerts, les chiffres sont très variables. Dans un même espace - 300 mètres carré, quatre mètre de hauteur sous plafond, et très mal ventilé - avec un même type de population - 100 personnes non-vaccinées de moins de 60 ans, portant un masque chirurgical - mieux vaut être assis et seulement fredonner les musiques qu'on aime. Dans ce cas, les durées sont longues : sept heures avant d'éventuellement contracter le Covid-19, quatre heures pour le variant britannique. Si l'on se met debout, le chronomètre descend à six heures pour la forme classique et ne bouge pas pour le variant.

Chanter à un concert

Si le public se met à chanter en chœur, c'est la dégringolade : 61 et 44 minutes s'il reste assis, 52 et 38 s'il se lève, 15 et 12 s'il se met à danser légèrement tout en continuant à chanter, faisant accélérer sa respiration. Les durées sont réduites à néant si le public porte mal son masque chirurgical ou porte un masque en tissu simple.

Retour à l'école masqué

Prenons une salle de classe de 40 mètres carré, 3 mètres de hauteur sous plafond et moyennement bien ventilée. Si les 25 élèves et l'enseignant portent bien leurs masques chirurgicaux et qu'ils dialoguent normalement, ils peuvent y rester 34 heures sans être inquiétés par le Covid-19, 22 heures pour le variant britanniques. Cela vaut avec des élèves de moins de 15 ans, donc en maternelle, en primaire ou au collège.

Retour à l'école pas franchement bien masqué

Mais, comme de nombreux professeurs l'ont signalé et comme de nombreux parents l'auront remarqué, les enfants en bas âge tendent à mal porter leur masque. S'ils mettent le nez dehors, la durée s'abaisse à deux heures, pour toutes les formes du virus. Si le masque est très mal ajusté, alors il ne s'agit plus que de 52 et 35 minutes, selon que le porteur a la forme classique du coronavirus ou son variant britannique.

Retour au lycée en demi-effectif

La sécurité du retour au lycée dépend beaucoup du nombre d'élèves dans la salle. S'ils sont 30, comptez 25 heures avant de contracter le Covid-19, 16 heures avant le variant britannique. S'ils sont en demi-effectif, alors comptez plutôt 51 et 33 heures.

Safe dans un open space

Sachez que dans un open space de 100 mètres carré bien ventilé, vous êtes en sécurité. 40 personnes non-vaccinées peuvent y rester 36 et 23 heures sans être inquiétées, si tout le monde porte correctement un masque chirurgical et parle tranquillement, sans crier sur les collègues. Si la moitié de l'effectif est en télétravail et qu'il ne reste plus que 20 salariés sur place, alors cela monte à 73 et 47 heures.

Masque chirurgical et distance d'un mètre dans le métro

Sachez aussi que vous pouvez vous installer tranquillement dans une rame de métro, même si elle ne fait que 50 mètres carré, est très mal ventilée comme à Paris, et contient 14 personnes - en respect de la distanciation physique - si tout le monde porte bien son masque chirurgical et ne parle pas, à moitié endormi, plongé dans un livre ou dans un jeu sur son smartphone, vous pouvez restez là longtemps, très longtemps : 251 heures, soit dix jours avant d'être inquiété par le Covid-19 et 155 heures, soit six jours, par le variant britannique. Mais ça, c'est si la distance d'un mètre est respectée dans le métro.

Masque chirurgical sans distance dans le métro

Si 100 personnes se tassent dans une rame comme d'habitude, forcément, les durées baissent à 32 et 20 heures

Masque en tissu dans le métro

Si elle ne l'est pas, forcément, ça baisse en revanche, avec un masque en tissu simple, faites un trajet plus court. Cela descend à 19 et 12 heures, quand il y a 14 passagers et à trois et deux heures quand il y en a 100. Et cela diminue encore si les masques sont mal ajustés.

Et à la maison ?

Si l'un des membres de votre foyer est malade, le décompte est lancé. Trois heures avant d'être contaminé par le Covid-19, deux heures par le variant britannique - partant du principe que les cinq habitants d'un même foyer de 100 mètres carré ne portent pas leur masque et discutent entre eux. Le temps augmente grâce à la vaccination, jusqu'à atteindre une journée pleine pour des personnes immunisées à 90%.