Publicité

Déconfinement : voici ce qui change et ce qui ne change pas ce 3 mai

Par
Les élèves du  secondaire reprennent le chemin de l'école. Mais les cours en présentiel ne seront dispensés qu'en demi-jauge pour les lycéens.
Les élèves du secondaire reprennent le chemin de l'école. Mais les cours en présentiel ne seront dispensés qu'en demi-jauge pour les lycéens.
© AFP - Thibaut Durand/ Hans Lucas

Ce lundi 3 mai marque un premier allègement des mesures sanitaires après que le déconfinement a été détaillé la semaine dernière à la presse régionale par Emmanuel Macron. Parmi les changements : la fin de la règle des 10 km et le retour en classe pour les élèves du second degré après une semaine de cours à distance.

Déconfinement, acte 1. Avant un premier recul du couvre-feu le 19 mai et la très attendue réouverture des bars, restaurants et lieux de culture, comme l'a annoncé Emmanuel Macron la semaine dernière, de premières mesures d'assouplissement entrent en vigueur dès ce lundi. Voici les changements de ce 3 mai qui marquent le début du retour à la normale. 

Fin de la règle des 10 kilomètres

Plus besoin de restreindre ses déplacements dans un rayon de 10 km depuis son domicile et plus besoin de se munir d'une attestation de déplacement. Il est désormais autorisé de faire ses courses, de pratiquer une activité sportive ou de se promener sans restriction de distance. Idem pour les déplacements entre régions, vous pouvez à compter de ce lundi circuler d'un territoire à l'autre. Les justificatifs de motifs impérieux, professionnels ou familiaux ne sont plus requis.

Publicité

Les collégiens et lycéens retournent en classe

Autre changement de taille ce lundi 3 mai : après une rentrée en distanciel durant une semaine, retour en classe pour les 5,6 millions élèves du secondaire. Mais les règles ne sont pas les mêmes pour tous. Les lycéens alterneront cours à distance et cours en présentiel, pour rester en demi-jauge. Un fonctionnement identique pour les élèves de troisième et de quatrième dans les quinze départements où le covid circule le plus activement. Il s'agit du Nord, de l'Aisne, de l'Oise, de la Seine-et-Marne, de la Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine, du Val d’Oise, du Val-de-Marne, de l'Essonne, de Paris, des Yvelines, de la Sarthe, de la Loire, du Rhône et des Bouches-du-Rhône. Le but est notamment de faire diminuer le nombre d'élèves dans les cantines. 

Les autres collégiens (6e et 5e, et donc 4e et 3e dans les départements où le virus circule moins) renouent avec des enseignements en présentiel. Les cours d'éducation physique en intérieur et sans masque reprennent également dans le second degré (piscines comprises). Reprise aussi des activités du sport périscolaire. 

Mais pour éviter que cette rentrée ne se traduise par une explosion des contaminations, élèves, enseignants et autres personnels travaillant au sein des établissements scolaires devront aussi s'autotester chaque semaine. Le matériel sera distribué d'ici le 10 mai. Soixante millions de kits seront livrés en mai et juin. Par ailleurs, le protocole concernant les fermetures de classe n'évolue pas, au moindre cas de covid, elles seront fermées. 

Une liste de personnes éligibles au vaccin rallongée

Concernant la vaccination, les personnels navigants des compagnies aériennes qui se rendent dans des pays à risques pourront se faire injecter leur première dose à partir de ce 3 mai, et ce sans restriction d'âge. Les destinations concernées sont le Brésil, le Chili, l'Afrique du Sud, l'Inde et l'Argentine. Les autres pilotes, stewards et hôtesses de l'air de plus de 55 ans ont eux été rajoutés à la liste des professions prioritaires à  la vaccination. 

En outre depuis le 1er mai, tous les Français et Françaises de plus de 18 ans qui souffrent de pathologie pouvant les rendre fragiles face au virus ont la possibilité de se faire vacciner : les personnes souffrant d'hypertension artérielle, ayant été victimes d'un AVC ou qui ont eu une opération de chirurgie cardiaque ; mais aussi les diabétiques de type 1 ou 2, les insuffisants rénaux, les personnes touchées par le cancer ou une maladie hépatique, et enfin les personnes souffrant d'obésité, c'est-à-dire dont l'Indice de masse corporelle (IMC) est supérieur à 30. 

Ce qui ne change pas

Reste que le couvre-feu de 19 à 6h est maintenu dans toute la France, tout comme la fermeture des commerces qui ne sont pas de première nécessité, des lieux culturels et des terrasses. Statu quo aussi concernant le télétravail et les règles pour les rassemblements de six personnes maximum. La levée progressive des restrictions sanitaires devrait s'achever le 30 juin en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.