Publicité

Devant le Parlement français, Zelensky évoque Verdun, la devise tricolore et les entreprises françaises

Par
Volodymyr Zelensky était en visioconférence avec, en même temps, l'Assemblée nationale et le Sénat
Volodymyr Zelensky était en visioconférence avec, en même temps, l'Assemblée nationale et le Sénat
© AFP - Emmanuel DUNAND

Le président ukrainien s'est exprimé ce mercredi devant l'Assemblée nationale et le Sénat. Volodymyr Zelensky a appelé, comme précédemment devant les États-Unis, à l'aide des pays occidentaux.

"Les dégats à Marioupol et dans d'autres villes ukrainiennes rappellent les ruines de Verdun" : ce mercredi, le président ukrainien a fait appel à l'histoire de France pour s'exprimer en visioconférence devant l'Assemblée nationale et le Sénat. "L'armée russe ne distingue pas ce quelle cible, elle détruit tout, elle brûle tout, ne prend pas en compte les concepts de crimes de guerre", a déclaré Volodymyr Zelensky. 

"L'Europe n'a pas vu cela depuis 80 ans". 

Publicité

"Pour la première fois de notre histoire parlementaire, nous accueillons le président d'un pays en guerre", avait expliqué le président du Sénat Gérard Larcher avant le début de l'intervention de Volodymyr Zelensky. "Je suis reconnaissant d'avoir l'honneur de m'adresser à vous aujourd'hui, vous savez ce qu'il se passe en Ukraine aujourd'hui et vous savez qui est coupable", a déclaré celui-ci en ouverture. "Comment instaurer la paix en Ukraine ? La plupart des réponses sont dans vos mains, dans nos mains", a ajouté Volodymyr Zelensky, citant l'exemple de l'hôpital bombardé à Marioupol comme exemple des actes commis par l'armée russe, et avant de demander une minute de silence en hommage à ceux et celles qui sont morts en Ukraine.

"Vous savez ce que sont la liberté, l'égalité et la fraternité. Nous attendons de la France qu'elle fasse en sorte que la Russie cherche la paix, pour mettre fin à cette guerre contre la liberté, contre l'égalité, contre la fraternité".

Les entreprises françaises doivent "cesser d'être les sponsors de la machine de guerre"

"Les entreprises françaises doivent quitter le marché russe : Renault, Auchan, Leroy Merlin et autres doivent cesser d'être les sponsors de la machine de guerre de la Russie. Ils doivent cesser de financer le meurtre d'enfants et de femmes, le viol. Tout le monde doit se rappeler que les valeurs valent plus que les bénéfices". Il appelle la France à jouer "un rôle de premier plan" dans un nouveau système de sécurité international, pour préparer la situation après la guerre, et a conclu son intervention avec une référence - difficilement intelligible du fait de la traduction simultanée - à Jean-Paul Belmondo. 

Depuis le début de la guerre en Ukraine, Volodymyr Zelensky s'est exprimé, toujours en visioconférence depuis l'endroit où il se trouve en Ukraine, devant de nombreux parlements occidentaux, dont le Congrès américain la semaine dernière. "Nous voulons que Volodymyr Zelensky nous dise comment il organise les choses pour résister, où en sont les discussions qui sont menées par certains de ses ministres avec les Russes", avait déclaré avant sa prise de parole le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, également président du comité de campagne d'Emmanuel Macron.