Publicité

Disneyland Paris fête ses 30 ans : ces attractions disparues… ou qui n’ont finalement jamais vu le jour

Par
Space Mountain fait partie des attractions phares... mais le concept d'origine était très différent
Space Mountain fait partie des attractions phares... mais le concept d'origine était très différent
© AFP - JEAN-PIERRE MULLER

Ce 12 avril marque le 30e anniversaire du parc Disneyland Paris, un parc qui a beaucoup changé au fil des années. Si de nombreuses attractions ont fait leur apparition depuis son ouverture, beaucoup ont aussi disparu, certaines même avant d'avoir eu le temps d'ouvrir.

C’est un lieu qui suscite autant de rêveries que d’oppositions et de réticences : Disneyland Paris, temple du divertissement et de l’univers du mastodonte américain Disney, fête ce mardi ses 30 ans. Ouvert le 12 avril 1992, il s’est depuis largement étendu, avec l’ouverture d’un nouveau parc, Walt Disney Studios, en 2002 et des extensions régulières.

Certaines des attractions arrivées après l’ouverture sont devenues des incontournables du parc, comme Space Mountain (1995). Mais au-delà de ces projets phares et de ces nouveautés, il y a aussi des fermetures d’attractions, et des projets lancés qui n’ont finalement pas eu le temps d’aboutir. La sphère très active des passionnés du parc Disneyland (avec des chaînes comme Hello Maureen ou WonderHook sur YouTube, ou des podcasts comme "Rien que d’y penser") s’en fait régulièrement écho. Voici quelques-unes des transformations les plus notables du parc porté par une souris aux grandes oreilles.

Publicité

Le colossal projet initial de Space Mountain

Dans le monde, les parcs "principaux" de Disney (officiellement nommés "Magic Kingdoms") obéissent tous à une répartition similaire en "lands", des pays imaginaires à thème : Frontierland (le far-west), Fantasyland (le pays des contes de fées), Adventureland (une jungle tropicale) et Tomorrowland (le pays futuriste). Certains parcs ont une adaptation locale de ces lands, et l’une des principales est à Paris avec Discoveryland qui prend la place de Tomorrowland : le monde de l’avenir est remplacé par une vision du futur tel qu’on l’imaginait à la fin du XIXe siècle, avec une très nette influence des récits de Jules Verne.

Mais à l’origine, là où trône aujourd’hui l’immense dôme qui abrite les montagnes russes Space Mountain, devait s’élever… une montagne. Discovery Mountain était le projet original des "imagineers" de Disney, les concepteurs d’attractions : une immense montagne de 100 mètres de diamètre (plus d’une fois et demi plus que l’actuel Space Mountain), abritant à la fois un grand huit, une tour de chute libre, un hommage à Vingt Mille lieues sous les mers, un restaurant et un parcours dédié aux visions du futur. Mais les difficultés financières d’EuroDisney à son lancement ont conduit le parc à revoir ses ambitions à la baisse, et à remplacer cette montagne par une base de lancement pour un voyage lunaire, le fameux "Space Mountain : De la terre à la Lune".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les autres concepts qui devaient être repris dans Discovery Mountain ont tous trouvé leur place à Disneyland, mais plus tard : le Nautilus a pris place au pied de Space Mountain, sous l’eau, et la tour de chute libre, plus de quinze ans plus tard, est devenue la "Tour de la Terreur". Pour l’anecdote, le nom "Discovery Mountain" n’a été modifié qu’à la dernière minute, de sorte qu’aujourd’hui encore on peut voir des initiales "DM" en fer forgé dans Space Mountain.

Discovery Mountain est loin d’être le seul projet d’attraction abandonné à Disneyland, et notamment pendant la conception du parc : sur les premiers plans du parc avant son ouverture en 1992, on trouvait notamment des attractions dédiées à La Belle et la Bête et à La Petite Sirène.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Attractions disparues et rénovations

Parmi les attractions officiellement considérées comme disparues à Disneyland, on trouve beaucoup d’installations qui ont été mises à jour, comme "Indiana Jones et le temps du péril à l’envers" qui a été remis à l’endroit, ou "Space Mountain : De la Terre à la Lune" devenu "Mission 2" puis "Hyperspace Mountain". Même chose avec "Star Tours", l'attraction inspirée de la saga Star Wars, fermée puis rouverte sous le nom "Star Tours : l’aventure continue".

Beaucoup d'attractions disparues sont méconnues, comme les Pirouettes du Vieux Moulin, une grande roue cachée derrière un moulin situé dans la zone Fantasyland, et fermée en 2002 - le moulin, lui, est toujours visible. Des balades en bateau ou en canoë ont aussi cessé de fonctionner. Et il y a le Visionarium, un cinéma à 360° qui proposait un voyage temporel escorté par deux robots loufoques, Timekeeper et 9-Eyes. Un film à grand spectacle dans lequel on apercevait notamment Michel Piccoli dans la peau de Jules Verne, Jean Rochefort en Louis XV ou Nathalie Baye dans le rôle de la Pompadour. L'attraction a fermé en 2004 pour laisser place à un jeu basé sur le personnage de Buzz L'Eclair – et il en fut de même dans le monde entier, tous les homologues du Visionarium ont disparu.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le cas Walt Disney Studios

Si dans le parc principal (nommé simplement "Parc Disneyland"), on compte somme toute assez peu d'attractions majeures disparues, la situation est légèrement différente dans le parc d'à-côté, Walt Disney Studios : entre sa version initiale ouverte en 2002 et aujourd'hui, il n'y a strictement aucune attraction en commun, à l'exception du grand studio qui accueille les visiteurs dans un décor hollywoodien.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Du parcours en petit train "Studio Tram Tour" aux spectacles "Animagique" et "Cinémagique", en passant par les coulisses de la chaîne Disney Channel, les apparitions du film Armaggedon ("Armaggedon : les effets spéciaux") ou du groupe Aerosmith (dans le grand huit "Rock n'roller coaster"), toutes ces attractions ont fermé ou changé de thématique. Le parc lui-même a changé de morphologie avec, comme point culminant, la Tour de la Terreur ouverte en 2007, puis, d'un côté, l'apparition d'une zone consacrée aux cartoons mettant les films Pixar à l'honneur, en particulier Toy Story, le Monde de Nemo et Ratatouille, et de l'autre, la fermeture totale d'une zone, amenée à devenir le "Avengers Campus" cet été. Une série de repositionnements éditoriaux pour un parc qui a eu du mal à trouver son public dans ses premières années.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C'est ce parc qui est amené à s'étendre encore, avec des zones consacrées à la Reine des Neiges et - dans un second temps - à Star Wars. Du côté du parc principal, aucune attraction nouvelle n'est à l'ordre du jour.