Publicité

Dix anecdotes rigolotes sur la série "Resident Evil", référence de l'horreur en jeu vidéo

Par
Capture d'écran du jeu "Resident Evil: Village", huitième épisode de la série principale de jeux vidéo horrifiques
Capture d'écran du jeu "Resident Evil: Village", huitième épisode de la série principale de jeux vidéo horrifiques
- Capcom

Alors que le nouvel opus, "Resident Evil: Village", sort ce vendredi, retour sur dix choses que vous ignorez peut-être autour de cette série de jeux vidéo d'horreur entamée en 1996 sur la toute première PlayStation.

Le jeu devait s'appeler "Psycho"

On cite souvent George Romero, le cinéaste américain qui a sublimé le film de zombies, comme inspiration principale de "Resident Evil". Mais il y en a d'autres, moins évidentes : Shinji Mikami, principal créateur de la série, est ainsi un grand fan d'Alfred Hitchcock, au point qu'il voulait d'abord appeler son projet de jeu horrifique "Psycho", comme le film du réalisateur britannique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le jeu s'appellera finalement "Biohazard" au Japon, ce qui pose un problème au moment de l'exporter, puisqu'un groupe de metal américain porte le même nom. Il adopte alors en Occident le titre un peu plus "ringard" (selon Mikami lui-même) de "Resident Evil", qui n'a pas vraiment de sens mais "sonnait bien" en anglais.

Publicité

Le tout premier épisode aurait dû ressembler au septième

En 2017, "Resident Evil VII" révolutionnait la série en adoptant un point de vue à la première personne, ce qui procure une immersion jamais vue dans son univers horrifique (et des accélérations soudaines de rythme cardiaque chez la plupart des joueurs).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mais c'est en fait un retour aux ambitions initiales de la saga, puisque le premier jeu devait au départ proposer cette vue immersive. Sauf que la première PlayStation n'était pas assez puissante pour supporter un tel parti pris : il a donc fallu se rabattre sur un système de décors fixes (mais plus jolis) dans lesquels se déplacent des personnages en 3D.

"Resident Evil" n'aurait pas été le même sans un Français

D'ailleurs, cette idée de gameplay si particulière a rappelé des souvenirs aux joueurs français : quatre ans avant "Resident Evil", un jeu vidéo proposait presque exactement le même. Il s'agit de "Alone in the Dark", de Frédérick Raynal, un pionnier du jeu vidéo.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le truc, c'est que cette inspiration n'a jamais été officiellement assumée par l'équipe de Shinji Mikami, au grand désespoir de Raynal et du patron de son éditeur Infogrames, Bruno Bonnell. Dans une interview au Monde, ce dernier raconte : "On a montré le jeu avant même qu’il soit fini à des éditeurs japonais comme Nintendo, Capcom, ou encore Sega, qui était d’ailleurs très intéressé pour l’éditer au Japon." Selon lui, il est impossible que les équipes de Resident Evil (édité par Capcom) n'aient jamais entendu parler du jeu, et très improbable qu'ils aient inventé sans le savoir le même concept créé quatre ans plus tôt.

Dans le zombie, tout se recycle

Après le succès des trois premiers épisodes, l'éditeur Capcom commence à lancer des projets pour un "Resident Evil 4". Parmi les maquettes proposées par les équipes de l'éditeur, l'une d'elles propose un nouveau personnage, un détective nommé Dante, qui affronte des démons dans un vieux château. Les dirigeants trouvent l'idée trop éloignée du concept de départ, mais l'idée n'est pas mise à la corbeille : renommée, elle devient en 2001 "Devil May Cry", une autre série à succès de Capcom. "Resident Evil 4", tel qu'on le connait, sortira quatre ans plus tard.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Autre projet abandonné avant d'être métamorphosé, un épisode de "Resident Evil" se déroulant dans le Japon médiéval. Là encore, l'idée est trop originale, et deviendra le premier épisode de la trilogie "Onimusha".

"Resident Evil" existe sur PlayStation... et Game Boy Color

On parlait plus haut des limitations techniques de la première PlayStation pour réaliser le premier "Resident Evil", alors imaginez sur une Game Boy Color, console portable encore plus modeste techniquement... Pourtant il y a bien eu une tentative d'adaptation du jeu culte en version de poche, finalement abandonnée car trop éloignée visuellement de l'original. On vous laisse apprécier.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un épisode spécifique fut toutefois développé sur Game Boy Color, "Resident Evil Gaiden", là encore en faisant de très grosses concessions sur la qualité.

Une des blagues du jeu est devenue culte

On a beau adorer la série, on peut aussi faire preuve d'objectivité en reconnaissant que le doublage du tout premier jeu était... étonnant. Répliques qui tombent à plat, acteurs plus ou moins convaincus : on était souvent plus proches du nanar horrifique que des superproductions que sont devenues ses suites.

L'une des répliques est tellement ridicule qu'elle est devenue culte : après avoir été sauvée de justesse d'une pièce où le plafond s'effondrait sur elle (une expérience pas franchement amusante, vous en conviendrez), l'héroïne Jill Valentine s'esclaffe en écoutant son camarade Barry Burton plaisanter en lui expliquant qu'elle a failli "finir en sandwich de Jill".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La réplique fut tellement moquée et reprise par les joueurs que Capcom finit par l'intégrer en clin d'œil dans un autre de ses jeux vidéo, "Dead Rising", où l'on peut croiser un restaurant nommé "Les sandwiches de Jill".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On peut jouer au quatrième épisode avec une tronçonneuse

Pour fêter la sortie du quatrième opus, qui vous proposait notamment une horrible rencontre avec un psychopathe masqué armé d'une tronçonneuse (toute référence à un film de Tobe Hopper est sans doute à 100 % assumée), la société NubyTech a sorti une manette de la même forme.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il existe une version rouge pour la PlayStation 2, et une jaune pour le Game Cube. Et on ne va pas se le cacher, ça a l'air aussi encombrant que peu pratique pour jouer à quoi que ce soit. En plus d'être assez ridicule, puisque le jeu ne vous permet à aucun moment d'utiliser une telle arme.

Resident Evil VIII n'est pas le huitième épisode

"Resident Evil Village" est censé être le huitième opus de la série (d'où l'effet visuel habile sur son titre, qui mêle le mot "Village" et le "VIII" en chiffre romain). Mais techniquement, même en ne regardant que la série principale, il s'agit du douzième. On peut citer par exemple "Resident Evil: Code Veronica", "Resident Evil Zero", ou "Resident Evil Revelations" qui allongent la liste. Si l'on ajoute les jeux dérivés, on est plus proche de la trentaine.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On souhaite tout de même bon courage à Capcom pour trouver un mot effrayant contenant le chiffre romain "IX". "Resident Evil FranprIX" ? "Resident Evil PerdrIX" ? "Resident Evil Casse-noIX" ?

4 min

Il n'a jamais été bien adapté au cinéma

Il existe à l'heure actuelle sept films portant le nom "Resident Evil". La décence nous empêche de les appeler "adaptations" tant le résultat est éloigné du matériau d'origine. On doit quatre de ces longs-métrages à Paul WS Anderson, un spécialiste de la conversion forcée de jeux vidéo en films puisqu'il a également assassiné "Mortal Kombat" en 1995 avant de dépecer "Monster Hunter" en 2020. Bref, "Resident Evil" en film, c'est Karim Debbache qui en parle le mieux :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

On croise très fort les doigts pour la série "Resident Evil: Infinite Darkness" prévue sur Netflix en juillet prochain.

Et pourtant, George Romero a travaillé sur la question

Mais malheureusement pour les fans, il n'a réalisé aucun des films adaptés de "Resident Evil". Par contre, il a réalisé la publicité télévisée américaine pour le jeu vidéo "Resident Evil 2". Il faudra s'en contenter, puisque Romero est lui-même mort en 2017.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.