Publicité

Dix initiatives concrètes qui ont fait avancer la lutte contre le sexisme en 2021

Par
En France, l'Assemblée Nationale a voté une loi obligeant les grandes entreprises à compter 40% de femmes dans leur Comex.
En France, l'Assemblée Nationale a voté une loi obligeant les grandes entreprises à compter 40% de femmes dans leur Comex.
© Getty - Klaus Vedfelt

Le sexisme est partout dans notre quotidien et il est parfois épuisant. Pourtant, certaines entreprises, fédérations ou gouvernements tentent de s'améliorer et des actions font bouger les choses. Petit palmarès.

En 2021, le sexisme a continué d'inonder notre quotidien. Il est encore prégnant dans les publicités, les appels à candidature et l'émergence d'une nouvelle vague #MeToo a révélé l'ampleur des violences sexistes et sexuelles dans le le monde de l'art, du sport, ou de l'enseignement supérieur. Selon l'étude annuelle du Forum économique de Davos, publiée en mars, la pandémie a fait perdre 36 ans à l'égalité entre les femmes et les hommes dans le monde. 

Pourtant, **cette année 2021 a aussi apporté son lot de victoires...**Textes de loi, mesures symboliques ou concrètes...Zoom sur dix initiatives emblématiques qui ont concrètement fait avancer la lutte contre le sexisme, en France et dans le monde. Le sexisme, entendu comme la discrimination en raison du sexe ou du genre

Publicité

Lego retire les étiquettes filles et garçons de ses jouets

En octobre dernier, le plus gros fabriquant de jouets au monde a annoncé dans le journal britannique The Guardian vouloir mettre fin à ses jouets genrés pour lutter contre les stéréotypes. Désormais, sur le site internet du groupe danois, il n'y a plus de moteur de recherche par genre, mais des catégories par thème, par âge, par fourchette de prix. Lego Group a pris cette décision après avoir menée une large enquête mondiale sur les stéréotypes de genre. Plus de 71% des garçons interrogés disaient avoir peur des moqueries parce qu'ils s'amusent avec des "jouets pour fille", une peur que l'on retrouve chez les parents. Cinq mois auparavant, Lego avait déjà sorti sa première collection de jouets non-genrés, baptisée "Everyone is Awesome", pour donner plus de visibilité aux minorités. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dès février 2021, Monsieur et Madame Patate avaient pris les devants. Le groupe Hasbro, qui fabrique les jouets héros de Toy story, a commercialisé une famille patate non-genrée, "afin de promouvoir égalité des genres et inclusion". 

Le ministère de l'éducation nationale reconnait des droits aux élèves transgenres à l'école

Le 30 septembre, le ministère de l'Éducation nationale a publié une circulaire destinée à mieux accompagner les élèves transgenres à l'école. Le texte, publié au Bulletin Officiel, est intitulé "pour une meilleure prise en compte des questions relatives à l’identité de genre en milieu scolaire". Il vise à clarifier le rôle de l'école et à proposer au personnel des établissements scolaires des directives pour orienter les élèves

La circulaire préconise notamment d'autoriser l'élève à changer de pronom, et ce sans avoir besoin de produire un certificat médical ; de respecter un changement de prénom et de veiller à ce que toute la communauté éducative l'utilise, de respecter les choix d'apparence et d'habillement des élèves, de répondre à leurs demandes concernant les lieux d'intimité et enfin, d'être particulièrement vigilant au risque de harcèlement. La sociologue du genre Gabrielle Richard pointe tout de même sur Twitter quelques limites.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L’Assemblée nationale vote des quotas pour imposer plus de femmes dans les directions d’entreprises

Le 16 décembre, le Parlement a adopté définitivement une proposition de loi qui instaure des quotas de femmes aux postes de direction des entreprises (Comex). Il y a dix ans, la loi Copé-Zimmermann avait imposé 40% de femmes dans les Conseils d'administration. Une mesure qui a fonctionné, puisque celles-ci occupent désormais 43,6%  des sièges d'administrateurs au sein des 120 plus grandes sociétés cotées en Bourse (contre seulement un peu plus de 26% en 2013). 

Toutefois, le "ruissellement" espéré sur les comités exécutifs et de direction n'est pas au rendez-vous. Avec la nouvelle loi, les entreprises de plus de 1.000 salariés devront donc avoir au moins 30% de femmes dans leur comité exécutif d'ici 2027, et 40% d'ici 2030. Les entreprises auront jusqu'à 2032 pour se mettre en conformité, et des pénalités financières pourront s'appliquer ensuite. 

En Espagne, les jouets font grève contre les stéréotypes

Le 9 décembre, le ministre de la Consommation en Espagne, Alberto Garzón a lancé une vaste campagne de communication, baptisée #HuelgadeJuguetes appelant les jouets à "faire grève" le 12 décembre, contre les stéréotypes de genre. Dans le clip vidéo, visionné 300 000 fois sur le compte YouTube du ministère, les jouets "crient au monde qu'ils ont le droit de jouer avec 100% des enfants, et pas seulement 50%".   

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les femmes peuvent désormais porter des shorts en jouant au handball de plage

Le 3 octobre, la Fédération internationale de handball (IFH) a modifié son règlement, autorisant les athlètes féminines de handball de plage à jouer avec des "shorts courts et serrés", et non plus seulement des "bikinis". La tenue règlementaire est désormais quasiment identique à celle portée par les joueuses norvégiennes, pénalisées lors du dernier championnat d'Europe parce qu'elles avaient refusé le bikini. L'amende de 1500 euros infligée à l'équipe avait provoqué un tollé dans les milieux sportifs norvégiens, appelant à un changement des règles. À noter, les beach-volleyeuses ne sont plus obligées de porter le bikini depuis 2012. 

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'éditeur DC Comics met en scène le premier Superman bisexuel

Dans la dernière bande dessinée publiée le 9 novembre, le nouveau Superman, le fils de Clark Kent et Lois Lane, est bisexuel. Jon Kent tombe en effet amoureux du journaliste Jay Nakamura (aux cheveux roses) avec qui il s'est lié d'amitié dans l'épisode précédent. "J'ai toujours dit que chacun avait besoin de héros et avait le droit de se représenter dans ces héros", a expliqué l'auteur de la BD, Tom Taylor dans un communiqué.

Le nouveau Superman embrassant Jay Nakamura, journaliste, avec qui il s'est lié d'amitié dans le précédent numéro. © DC Comics
Le nouveau Superman embrassant Jay Nakamura, journaliste, avec qui il s'est lié d'amitié dans le précédent numéro. © DC Comics

Quel rapport avec le sexisme ? Lutter contre ce phénomène passe également par la déconstruction des clichés associés à l'homme viril, supérieur et "sauveur" des femmes. En mettant en scène un héros bisexuel, DC Comics participe donc à l'émergence de nouveaux modèles de masculinités, moins sexistes. 

La Cour d'Appel de Paris rechiffre le préjudice d'une employée discriminée

C'est une décision passée inaperçue qui va pourtant faire date, rapportent les Echos. Dans un arrêt du 2 juin, la Cour d'Appel de Paris a condamné la Fédération nationale de la Mutualité Française (pourtant en pointe sur l'index égalité femmes-hommes) à verser plus de 400.000 euros de rappel de salaire à une de ses salariées discriminée, et non 60.000 euros comme l'avait prévu la Cour dans une première décision (2017). 

Pour la première fois, pour calculer le préjudice, la salariée a été repositionnée dans la grille salariale au niveau du plus haut salaire masculin de sa catégorie, et non pas au niveau du salaire moyen de ses collègues hommes (la méthode Clerc, d'ordinaire utilisée par la justice). L'avocat de la plaignante, Xavier Sauvignet parle d'"une condamnation exemplaire ; une décision inédite dans son principe et par son ampleur". La FNMF a par ailleurs été condamnée à verser les cotisations patronales associées à ces salaires, l'occasion de mesurer le coût pour les régimes sociaux de la discrimination sexiste. 

La taxe tampon abolie au Royaume-Uni

C'est une conséquence inattendue du Brexit. Le 1er janvier 2021, la TVA sur les protections périodiques, appelée plus communément "taxe tampon", a été abolie au Royaume-Uni. En l'espèce, depuis le 31 janvier 2020, fin de la période de transition ayant suivi le Brexit, le Royaume-Uni n'est plus tenu de se conformer à la législation européenne. Or celle-ci impose aux Etats membres une taxe minimum de 5% sur les produits hygiéniques, jugés non essentiels. Seule exception : l'Irlande, car son taux d'imposition nul était en place avant que l'UE ne fixe ce seuil plancher. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'abolition de cette taxe, dite sexiste, a été largement saluée par les collectifs féministes. Le Royaume-Uni rejoint ainsi la courte liste des pays ne taxant plus les protections périodiques, dont l'Australie, le Canada, le Kenya et la Colombie. En France, la taxe tampons a été abaissée de 20% à 5,5% en 2015, grâce à la campagne du collectif féministe Georgette Sand. 

Une entreprise française octroie un congé menstruel à ses salariées

C’est une mesure expérimentale unique en France. Depuis le 1er janvier 2021, la coopérative montpelliéraine La Collective octroie une journée de congé supplémentaire par mois à ses salariées femmes, pour surmonter leurs règles douloureuses. L'employée doit simplement envoyer un mail le jour même au directeur de la Scop, qui s'engage à respecter la confidentialité des informations. Cette journée est payée intégralement. Au mois d'avril, neuf des seize femmes de l'entreprise (sur 37 salariés) avaient déjà utilisé ce congé. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Il évite la double peine : les douleurs physiques et la perte de salaire" explique Dimitri Lamoureux, cogérant de la coopérative au site d’actualité sociale actuEL-RH. Selon le Collectif Osez le féminisme, cette mesure n'est pas forcément une bonne idée, dans la mesure où les règles sont encore trop taboues pour que les femmes osent prendre ce congé s'il était généralisé. On salue tout de même l'initiative, concrète pour les femmes et qui pourrait inspirer. 

Le Parlement adopte une loi contre les thérapies de conversion

Le 14 décembre, députés et sénateurs se sont mis d'accord sur la rédaction d'une proposition de loi pour interdire les "thérapies de conversion". Le texte prévoit un nouveau délit (deux ans de prison et 30.000 euros d'amende) pour condamner les soi-disant "thérapeutes" ou religieux qui prétendent "guérir" les homosexuels ou les personnes transgenres. La rapporteuse du texte, Dominique Vérien a insisté sur la nécessité de "nommer le délit pour permettre aux victimes de se reconstruire". 

Le Sénat le 15 janvier 2021. Photo d'illustration.
Le Sénat le 15 janvier 2021. Photo d'illustration.
© AFP - QUENTIN DE GROEVE / HANS LUCAS

La sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio a tenté, sans succès, de faire passer des amendements visant à supprimer la notion "d’identité de genre". Ceux-ci auraient rendu le texte inapplicable aux personnes transgenres, pourtant particulièrement visées par ce genre de thérapies.  Lors d'une mission parlementaire de 2019, Laurence Vanceunebrock, à l'origine du texte, évoquait une "centaine de cas récents", s'alarmant de "l'augmentation des signalements".

Quelques bonnes nouvelles, en gardant en tête qu'il reste un immense travail. Voici 14 trucs sexistes qui semblent tout droit sortis des années 1970 et qu'on a (aussi) glanés en 2021